Abidjan : une fille de Papa Wemba crache sur l’ex-ministre de la Culture !

Abidjan : une fille de Papa Wemba crache sur lâex-ministre de la Culture !

This post has already been read 541 times!

C’est une drôle d’histoire qui s’est déroulée pendant que Sylvain Masheke était encore à la tête du Ministère de la Culture et des Arts de la RDC. Ella SHUNGU WEMBADIO n’a pas caché sa colère contre  cet homme qui, pour elle,  a négligé si pas saboté sa mère lors d’une audience dans son cabinet.  La fille cadette de Papa Wemba et mère Amazone a refusé de tendre sa main à Sylvain Maurice MASHEKE, lors de la cérémonie de baptême de la « Place Papa Wemba », à Abidjan.  C’était une honte monstrueuse  pour  Sylvain Masheke qui,  malheureusement ou heureusement,  vient de quitter le Gouvernement. L’ex- locataire du ministère de la Culture a été publiquement humilié devant les autorités ivoiriennes et sa propre délégation, en présence de l’Ambassadrice de la RDC en Côte d’Ivoire.

Ce qui est évident, tout le monde était offusqué par cet acte posé à dessein par la fille du Roi de la rumba, à Anoumabo, à Abidjan, à  quelques minutes du dévoilement de la petite plaque bleue portant l’inscription ‘‘Place Papa Wemba.  Juste après la cérémonie,  renseigne-t-on, l’Ambassadrice Isabelle IBULA avait convié le Ministre de la Culture ainsi que la délégation de l’orchestre Viva-la-Musica, y compris Ella SHUNGU, à un dîner, toujours dans le cadre de la commémoration de l’An 1 de la disparition de Wemba.  L’occasion était propice, alors, pour la diplomate congolaise d’interroger la jeune fille sur le mobile qui l’a poussé à saboter  Sylvain MASHEKE en public dans un pays étranger.

Ainsi, elle a rétorqué en ces termes : ‘‘ J’ai refusé de le saluer parce qu’il nous a fait balader inutilement  moi et ma maman,  dans son cabinet à Kinshasa.  Pis encore, il nous répondait comme des indigents venus quémander de l’argent au Ministère,  alors que nous étions venus pour savoir ce que l’Etat congolais avait prévu par rapport à l’organisation de l’An 1 de la mort de notre papa. Parce qu’on s’approchait pratiquement de la date du 24 avril’’.

Les larmes d’une orpheline  

A la fille de Wembadio d’ajouter, en pleurant : Je n’ai pas apprécié la façon dont il nous a accueillis, et surtout de nous répondre en présence de ses conseillers  et collaborateurs, en disant : l’Etat congolais n’a pas d’argent pour organiser la célébration de l’An 1 de la disparition de mon défunt Papa Wemba.

‘‘Alors comment et par quel moyen, tu te retrouves ici à Abidjan avec toute une délégation de 12 personnes ? ’’.

Très fâchée,  Ella SHUNGU a fini son speech avec ardeur, tout en interpellant l’ex-Ministre Sylvain MASHEKE de mettre dans sa tête que Papa Wemba est mort, mais qu’il n’était pas n’importe qui dans sa vie de famille. ‘‘Ma mère n’est pas son amie et mon père ne nous a pas laissés comme de mendiants parce qu’il avait assuré notre avenir en nous envoyant à l’école’’, a conclu  la fille d’Amazone.

Ce qui est évident, la délégation de Viva-la-Musica s’est indignée de constater la présence du Ministre congolais de la Culture et des Arts au FEMUA, à Abidjan (lieu où l’artiste est décédé). Et pourtant, il n’a rien organisé de conséquent à Kinshasa pour célébrer ce digne fils  du pays, alors que la date du 24  avril, a été instituée  Journée internationale de la musique africaine en mémoire de Papa Wemba, autrement dit « Wemba Day ».

« Wemba day » : Où est passé l’argent affecté pour la célébration ?

A Kinshasa, s’il faut encore en parler, l’An 1 de  commémoration de la disparition de Shungu ne s’est limité que sur des minables manifestations, qui ne correspondent pas à la dimension d’une star de renommée. Et cela, en comparaison avec ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire. Pourtant, révèle une source proche de la Viva, le Chef de l’Etat avait  demandé au Premier Ministre Samy Badibanga, à l’époque,  d’engager un budget pour l’organisation d’une série d’activités en hommage au Chef du Village Molokaï.

Certaines indiscrétions parlent de centaine de milliers de dollars américains qui seraient soutirés dans le Trésor public, pour réussir l’an 1  de cette icône de la musique congolaise. Malheureusement, fustige-t-on, cette grosse somme aurait été dilapidée et partagée par certaines autorités et quelques amis de Wemba.

Comme l’a dit l’Ivoirien A’Salfo, commissaire du FEMUA : Papa Wemba s’en est allé mais son héritage demeure. Donc, il appartient, aux artistes d’ici et d’ailleurs, aux dirigeants africains, particulièrement, Congolais d’assumer cet héritage culturel colossal, que nous a légués Papa Wemba.

Qui dit mieux ?

Jordache Diala

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com