Désacralisation !

This post has already been read 9085 times!

Pourtant, beaucoup de gens étaient réticents quant au lancement à la va-vite ou dans la précipitation du processus de démembrement des provinces. Celui-ci est finalement intervenu. Ce faisant, certains ténors du pouvoir croyaient mieux faire et s’en étaient félicités pour cela. Pour l’heure, c’est le fonctionnement de ces entités qui pose problème, mieux, leur gestion. Il suffit d’analyser le spectacle, somme toute désolant, dans ces entités où à la faveur des motions de défiance, les députés provinciaux arrivent, en toute légalité, à déboulonner les Gouverneurs, parfois aussi les Vice-gouverneurs. C’est le cas dans la province de Haut-Lomami. Célestin Mbuyu, en dépit de toutes les vaines démarches pour obtenir un Arrêt de la Cour constitutionnelle, a été évincé. Dans le Haut-Katanga, alors déplumé, Jean-Claude Kazembe a bénéficié d’une réhabilitation. A la Tshuapa, déchu puis réhabilité, Cyprien Lomboto ne sait plus mettre ses pieds dans sa juridiction. Il en a été empêché, l’on ne sait par quelle autorité. Comme par l’effet de la contagion, il se passe une ambiance électrique en Ituri où une motion contre le Gouverneur a été rejetée. A la Tshopo, il s’observe une vive tension, au point que le siège de l’Assemblée provinciale se trouve lui-même assiégé par les éléments de la police nationale congolaise. Dans le Bas-Uélé, une confusion règne, en plus de la maladie d’Ebola, bien qu’en voie d’être maîtrisée. A Mbandaka, Chef-lieu de la province de l’Equateur, c’est la rue qui s’agite. Au Kasaï Central, le Gouverneur Alex Kande est frappé par une sanction de l’Union européenne et au Kasaï Oriental, c’est plutôt le Vice-président et le Questeur qui ont été déchus, hier, au Bureau de l’Assemblée provinciale. Pourquoi en est-il ainsi ? Difficile d’expliquer les réalités, qui sont spécifiques à chaque cas. Sinon que l’on peut parler de la désacralisation. Si les Gouverneurs ne peuvent être à la hauteur des tâches attendues d’eux, la fonction est désacralisée. Si les Assemblées provinciales agissent en-dehors de la loi et règlement intérieur les régissant, l’institution l’est, autant que les hommes qui les animent. Par ricochet, si l’intervention de la Cour constitutionnelle, qui prend des Arrêts de réhabilitation, le fait par complaisance, alors que les Assemblées provinciales ont respecté toute la procédure quant aux motions de défiance, c’est elle qui se désacralise et désacralise tout l’appareil judiciaire du pays. Dès lors, l’on peut bien comprendre la cacophonie dans certaines provinces où le Gouverneur, muni de l’Arrêt le réhabilitant, ce qui est légal, se heurte à la résistance populaire, mêlée à celle des députés provinciaux, qui ne lui reconnaissent pas la légitimité. Et là, on est en présence de trois pouvoirs traditionnels (le législatif, l’Exécutif et le Judiciaire) qui s’affrontent, étalant au grand jour le risque de chaos, ou des effets retour négatifs, voire contre productifs vis-à-vis de l’Etat, qui voit ses fondements s’affaisser. Pareil aussi à tout ce qui se passe autour des obsèques de Feu Etienne Tshisekedi, dont le corps, partant le combat politique de longue date, pour l’instauration de la démocratie et d’un Etat de droit en République Démocratique du Congo, sont en passe d’être désacralisés par des appétits gloutons, liés à la tentative de récupération politique ou de repositionnement ou encore de recherche d’honneur. Le rapprochement tripartite, famille biologique, politique et délégation gouvernementale, peut permettre à ce que le corps soit vite rapatrié, afin de recevoir des hommages dignes.

La Pros.  

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com