Quotidien d'Action pour la Démocratie
et le Développement
Get Adobe Flash player
 



Respect de la Constitution. Primature : le Rassemblement hors jeu !
Le 09/01/2017

La situation politique va mal. Et même très mal. Au centre de la polémique, l’accord issu des négociations directes sous les auspices de la CENCO. Cet accord, faut-il le noter, offre beaucoup plus d’avantages au Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, famille politique d’Etienne Tshisekedi, excluant ainsi les signataires de l’accord du 18 octobre dernier à la cité de l’Union Africaine. Les voix se lèvent de partout, des contestations se multiplient au jour le jour, pour dire non à cet accord au regard de son caractère non inclusif. Ne fallait-il pas attendre l’application intégrale de l’accord de la cité de l’union africaine ? Pourquoi le Rassemblement se montre-t-il gourmand ? Des questions restent posées à ce sujet. A ce jour, la République se retrouve avec deux accords. Lequel faut-il appliquer ? Et pourquoi l’un et pas l’autre ? La vérité reste têtue et elle démontre qu’à ce jour, rien n’est encore gagné pour le Rassemblement en ce qui concerne notamment la primature.

Plus les jours passent, mieux échappe de justesse la primature au Rassemblement. Aujourd’hui bon nombre des personnes se posent la question sur le pêché qu’a commis Samy Badibanga pour mériter tant de haine ? Pourquoi donner la primature quand on sait qu’au fond, c’est une coquille vide. Ce regroupement politique se voulant si grand, ne compte même pas 30 Députés en son sein. Qu’est-ce qui rassure que si, par chance, la primature est accordée à cette famille politique, le parlement va investir ce gouvernement ? Fortement contesté, l’accord du centre interdiocésain ne résout pas tout les problèmes, bien au contraire, soutient l’opposition signataire de l’accord du 18 octobre 2016. Ce qui démontre clairement que les uns ont gagné sur les autres. Donner la primature à une coquille vide, relève de la pire injustice. Certaines personnes accusent les Evêques de faire trop de concessions au Rassemblement. Il y a lieu de rappeler que cet accord offre la primature et le Conseil National de suivi au Rassemblement des Forces Politiques et Sociales acquises au changement que dirige Etienne Tshisekedi. Or, faut-il insister, à ce jour, l’UDPS, qui réclame la primature, n’a aucun Député National au Parlement, car, tous ceux qui ont été élus sur sa liste, ont été radiés par Etienne Tshisekedi.

«Etienne Tshisekedi ne peut pas se dédire, car il a lui-même chassé tous ceux qui ont été élus sur sa liste, parce qu’ils ont accepté de siéger», s’est confié à La Prospérité, un acteur politique. Rechercher la primature, est une guerre perdue d’avance pour le Rassemblement.

«Et si les différentes manifestations qui, d’ailleurs, ont causé la mort à quelques centaines de congolais, avait pour objectif de réclamer la primature ? A voir les différentes déclarations des membres du Rassemblement, on croirait que la plateforme que dirige Etienne Tshisekedi convoitait, depuis longtemps la primature, chose qu’elle n’aura pas aussi facilement qu’elle le croit », a dit un acteur politique qui a requis l’anonymat.      

Il y a lieu de rappeler que pour avoir la primature, il faut sans nul doute avoir un soutient considérable  de la représentation  nationale, en vue de permettre au premier ministre issu de ses rangs d’obtenir l’investiture et de mener à bien sa mission. C’est ici qu’il faudra rappeler les prescrits de la Constitution, plus précisément en son article 78 qui stipule ce qui suit : «que le Président de la République nomme  le premier  ministre au sein de la majorité parlementaire, après consultation de celle-ci. Il met fin à ses fonctions sur présentation par celui-ci de la démission du gouvernement ». A lire ces dispositions   constitutionnelles, le Rassemblement, dont le Chef de file n’a jamais  reconnu l’actuel parlement, risque de se buter  devant l’impossibilité  de réunir la majorité nécessaire autour  du futur  premier ministre qu’il présentera au chef de l’Etat  pour nomination, conformément au compromis  politique  du Centre Interdiocésain.

Bien plus, malgré l’euphorie qui s’observe dans ses rangs, les choses ne semblent pas aussi faciles qu’on ne le croit. Pour  nommer  un nouveau premier ministre, le poste  doit être vacant. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, surtout que Samy Badibanga est en fonction. La constitution elle-même dispose qu’il y a vacance à la primature dans deux hypothèses seulement, à savoir la démission volontaire de l’actuel  premier ministre, une hypothèse peu probable dans les conditions actuelles où Samy Badibanga, député le mieux élu du Mont-Amba, à Kinshasa, chef de file d’un grand  groupe parlementaire à l’Assemblée Nationale, n’a aucune intention de se faire marcher sur les pieds. Deuxième possibilité, la chute du gouvernement par motion de censure. Encore une hypothèse  inimaginable  dans ce contexte où les 300 députés  nationaux qui ont soutenu  et continuent  à faire  confiance  à Samy  Badibanga ne sont pas, en toute  logique, disposés  à vivre un tel scenario. La question qui reste à poser est sans doute  celle de savoir  comment  le Rassemblement  des forces politiques et sociales  acquises au changement pourra prendre la primature.  Tout compte fait, la plateforme  de Tshisekedi n’a que trente (30) députés, l’UDPS n’ayant pas reconnu ses élus  depuis le début de la deuxième législature de la troisième  République. L’attribution de ce poste au Rassemblement n’est que la conséquence d’un arrangement particulier. Il apparait clairement qu’un arrangement   pris  par 32 citoyens n’a aucune  valeur ni pouvoir  de contredire toute une constitution. Parlant de cet arrangement justement, il faudra dire que le Rassop est au bord de l’implosion. Chacune de ses différentes tendances  ne jure que par ce poste stratégique.

Tous les yeux sont rivés sur Etienne Tshisekedi, qui doit comme le fait le Saint  père en toute  discrétion, désigner l’oiseau rare. Celui-là, estiment certains analystes bien que proposé, ne sera pas immédiatement nommé par le Chef de  l’Etat tant que les préalables évoqués ci-haut n’auront pas trouvé solution. A en croire toutes les déclarations faites dans la presse ces derniers jours par les différents cadres du Rassemblement, il ne fait l’ombre d’aucun doute, qu’il y a péril  en la demeure.

Au-delà de sa cohésion interne qui est mise à rude épreuve, l’arrogance des cadres de cette plateforme politique risque  de jouer  contre eux dans quelques mois.

Quant aux évêques membres de la conférence Episcopale du Congo, ils ont  fait leur travail en dépit  des injustices  qui l’entourent. Après leur rencontre, vendredi 6 janvier avec le premier ministre Samy Badibanga, les prélats se sont rendus  compte  que leur tâche n’est pas facile. Ils sont appelés à corriger les erreurs , s’il y en a eu dans leur accord, pour ne pas  jeter comme de mal propres 67 dignes fils du pays, qui n’auront  eu comme tort que d’avoir participé au dialogue national de la cité de l’union africaine pour éviter le chaos au pays. Les 67 membres  du gouvernement  sont autant congolais  que ceux du Rassemblement. Il n’est donc pas question  d’une victoire des uns sur les autres. Il faut  donc négocier avec Badibanga et les siens. 

K.I



Réagissez à cet article
Pseudo :  
Commmentaire  
Il vous reste caractères.




CIRCULAIRE DU FPI
17/04/2017 République Démocratique du Congo Fonds de Promotion de l’Industrie Ord. N°89/171 du 07 août 1989 Le Directeur Général, Note aux... Lire l'article
Communiqué n° 263/ PADIR.CN/MINDER/PM/SEDI-GMD/2017
13/04/2017 République Démocratique du Congo Ministère du Développement Rural Projet  d’Appui au Développement des Infrastructures Rurales... Lire l'article
COMMUNIQUE N°261/ PADIR.CN/MINDER/PM/SEDI-GMD/2017
13/04/2017 République Démocratique du Congo Ministère du Développement Rural Projet  D’Appui au Développement des Infrastructures... Lire l'article
AVIS DE REPORT DE LA DATE DE DEPOT DES OFFRES
13/04/2017 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L’ENERGIE ET RESSOURCES HYDRAULIQUES SOCIETE NATIONALE D’ELECTRICITE (SNEL S.A) SOUTHERN AFRICA POWER MARKETS... Lire l'article
COMMUNIQUE OFFICIEL N°01/011/DGI/DG/DESCOM/MT/2017
12/04/2017 DIRECTION GENERALE DES IMPOTS LA DIRECTION GENERALE DES IMPOTS INFORME TOUS LES CONTRIBUABLES ASSUJETTIS A L’IMPOT PROFESSIONNEL SUR LES REMUNERATIONS (IPR), A L’IMPOT... Lire l'article
FPI : Avis d’Appel d’offres National (AA0N)
05/04/2017 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L’INDUSTRIE FONDS DE PROMOTION DE L’INDUSTRIE (FPI) Source de financement: Fonds propres Budget FPI 2017 Appel... Lire l'article
AVIS DE REPORT DE LA DATE DE DEPOT DES MANIFESTATIONS D’INTERET
31/03/2017 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L’ENERGIE ET DES RESSOURCES HYDRAULIQUES SOCIETE NATIONALE D’ELECTRICITE (SNEL... Lire l'article
COMMUNIQUE N°196/PADIR. CN/MINIDER/PM/SEDI-GMD/2017
27/03/2017 PADIR Kinshasa, le 24 mars 2017 Concerne : REPORT OUVERTURE DE PLIS L’ouverture de plis pour l’annonce N°AON02 BIS/PADIR-BIENS/UGP/CN/GP/CN/GP/CB... Lire l'article
AVIS D’ATTRIBUTION DU MARCHE
27/03/2017 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES FINANCES Comité d’Orientation de la Réforme des Finances Publiques « COREF » PROJET DE... Lire l'article
Avis d’appel d’offres International (AAOI)
24/03/2017 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO « RDC » SOUTHERN AFRICA POWER MARKETS PROJECTS « SAPMP » P097201 Recrutement de... Lire l'article
APPEL A LA MANIFESTATION D’INTERET
15/03/2017 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L’ENERGIE ET DES RESSOURCES HYDRAULIQUES SOCIETE NATIONALE D’ELECTRICITE (SNEL SA) N°... Lire l'article
Avis d’Appel d’Offres N°01/TVX/INFRA/PADIR/PM/02/2017
15/03/2017 La Coordination Nationale de l’Unité de Gestion du Projet PADIR Cet Avis d’appel d’offres fait suite au plan de Passation des Marchés qui a... Lire l'article
COMMUNIQUE OFFICIEL N°01/005/ DGI/DG/DESCOM/MT/2017
13/03/2017 La Direction Générale des Impôts rappelle aux contribuables assujettis à  l’Impôt Professionnel sur les Rémunérations ... Lire l'article
INS : température hebdomadaire de l’inflation
13/03/2017 L'inflation hebdomadaire du 06 au 11 Mars 2017 est de 0,213% au niveau national et 0,204% à Kinshasa. En cumul, l’inflation se situe à 4,266% au niveau... Lire l'article






   
  PARTENAIRES
SUR LE WEB !



 
Nom :  
E-mail :

Copyright 2013 La Prospérité. Tous droits Réservés


requete invalide del ip