Quotidien d'Action pour la Démocratie
et le Développement
Get Adobe Flash player
 



Responsabilités et compétences de la presse. CSAC: Tito Ndombi tient à la valeur intrinsèque des médias et leurs contenus
Le 14/03/2016

*’’Des futurs défis nous attendent tous. Imaginons ensemble comment les relever d’ores et déjà, afin de permettre aux médias congolais d’être concurrentiels grâce à l’excellence de leurs contenus et, par le temps qui courent, de ne pas être des simples instruments entre les mains des hommes politiques’’. Cette déclaration tonitruante est de Christophe Tito Ndombi K., Président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication «CSAC», prononcée lors de la réunion de concertation ou d’échange avec les patrons de presse en République Démocratique du Congo, le jeudi 10 mars 2016, à Sultani Hôtel. A en croire Christophe Tito Ndombi, les médias congolais doivent cesser de présenter l’image d’un parent pauvre avec un contenu creux. Car, insiste-t-il, parmi les défis, à la fois majeurs et incontournables que les médias congolais se doivent de relever, se dresse principalement celui de la qualité des contenus. En ce qui concerne le message publicitaire, seule la publicité revêtue de l’Avis de conformité préalable du CSAC peut être diffusée dans les médias. Tandis que pour ce qui est de soins de santé, la loi interdit la publicité sur l’art de guérir et les maisons de soin, a martelé, le président du CSAC.

Découvrez, ci-dessous, la pensée du Président du CSAC, reprise dans son discours lu devant les patrons de presse. 

 

Discours d’introduction du Président du CSAC à l’occasion de la rencontre d’échange avec les patrons de presse

La réunion de ce jeudi est une séance de réflexion commune, une réunion de concertation. Il s’agit d’échanger, avec vous les patrons de presse, sur les défis majeurs que doit relever notre presse, de vous appeler à plus d’implication dans l’amélioration des contenus des médias et à travers vous, d’appeler les directeurs de Publication, de l’information, les rédacteurs en chef et les journalistes à faire davantage preuve de responsabilité dans le traitement de l’information, surtout à un moment où notre pays a le plus besoin d’apaisement. L e Conseil exprime toute sa satisfaction de constater qu’un grand nombre d’entre vous ait répondu présent à son appel.

D’entrée de jeu, nous aimerons vous rappeler les missions de notre institution. Le CSAC a pour mission de garantir la liberté de presse, de veiller au respect de la déontologie en matière d’information, de veiller à l’accès équitable des partis politiques, des associations et de toute autre personne aux moyens officiels d’information et de communication.

Et entre autres attributions, le Conseil doit veiller à la qualité des productions des médias du secteur tant public que privé et en promouvoir l’excellence; veiller au respect des normes sur la publicité et le sondage d’opinions.

Nous voudrions, vous dire un peu dans quel esprit nous avons voulu que nous puissions réfléchir ensemble, débattre et, nous l’espérons, faire émerger des propositions et des pistes d’action commune en ce moment où au nom de la liberté d’expression certains se permettent tous les écarts possibles. Quand on considère, en effet, le foisonnement d’organes de presse, de la  grande liberté de ton et de l’extrême variété des contenus, il ne fait aucun doute que le paysage médiatique congolais réunit les conditions de la liberté de la presse et de la liberté d’expression tout court. Mais la liberté de la presse ne saurait s’exercer sans prise en compte d’un minimum d’exigences.

Le Conseil a toujours communiqué, échangé et favorisé des rencontres comme celle de ce jour, en vue de rationnaliser ses rapports, de renforcer sa collaboration avec les médias. Nous avons déjà organisé, au siège du Conseil ou dans d’autres cadres, comme celui qui nous accueille aujourd’hui, des séances de travail avec des professionnels des médias. Lors de ces différentes rencontres, nous les avons sensibilisés et avons même attiré leur particulière attention sur les contenus de leurs médias respectifs.

Nous sommes heureux de constater que, hormis quelques  exceptions, la majorité des médias ont assimilé avec bonheur et responsabilité les enseignements de nos séances pédagogiques et sont devenus des ‘’ bons élèves’’ des auditoires du CSAC. Bref, les remarques maintes fois formulées, les séances pédagogiques répétées et les rares sanctions du Conseil ont permis d’améliorer les contenus de quelques médias de manière durable.

Malgré cela, il subsiste encore des cas des médias qui pêchent contre la loi et les principes de la profession. De nombreux observateurs, dans le public et même parmi les journalistes, relèvent régulièrement des comportements problématiques dans le contenu des médias.

Point n’est besoin de citer toutes les outrances fréquentes dans nombre de nos médias,  pour observer qu’il y a encore un grand nombre de praticiens congolais qui se soucient peu de savoir jusqu’où ils risquent d’aller trop loin dans la liberté d’expression. Ajoutons à cela le fait que la presse, en général mais surtout audiovisuelle, est dans une phase de transition.

Jamais, une révolution technologique n’a bouleversé à ce point les modèles économiques, la hiérarchie des supports, les pratiques journalistiques.

Parmi les défis, à la fois majeurs et incontournables que les médias congolais se doivent de relever, se dresse principalement celui de la qualité des contenus.

Nous voulons exhorter les patrons de presse que vous êtes à vous impliquer personnellement pour des contenus médiatiques d’excellente qualité, respectueux du Code de déontologie des journalistes Congolais  et des lois de la République.

La RDC entre lentement, mais sûrement dans la période électorale, avec l’élection imminente des gouverneurs des provinces. Nous sommes tous suffisamment avertis au sujet des temps d’élections dans notre pays. Les patrons de presse doivent s’impliquer pour que les contenus de leurs médias respectifs accompagnent la CENI et le CSAC dans le processus en Cours pour des élections crédibles, équilibrées et apaisées. A ce sujet, le CSAC  a publié, en collaboration avec la CENI, une directive sur la campagne électorale à travers les médias.

L’autre défi pour les médias, c’est la publicité. Il est plus que temps de nous concerter et de mener ensemble une profonde réflexion sur la problématique de la publicité dans les médias pour la viabilité des entreprises de presse. Si les médias veulent vraiment profiter de la manne publicitaire pour la survie et le développement des entreprises de presse, nous devons travailler ensemble pour l’organisation du secteur ; cela doit commencer par respecter la réglementation.

Le Règlement intérieur du CSAC, en son article 63, charge le Conseil ‘’d’exercer un contrôle relatif à la conformité, à la législation et à la publicité ; à la conformité des programmes, émissions, spot et autres message publicitaire, à l’éthique, aux bonnes mœurs et à la déontologie de la profession publicitaire, à la conformité de bonne mœurs de tout spectacle diffusé par les médias et de toute information diffusée par les médias en ligne’’.

Le même article 63, à l’alinéa 5 stipule que le Conseil est ‘’chargé d’auditionner et/ou visionner tout spot ou élément publicitaire en vue de l’Avis de conformité du Conseil… ‘’En clair, seule la publicité revêtue de l’Avis de conformité préalable du CSAC peut être diffusée dans les médias.

Les médias doivent également s’interdire de diffuser des émissions des tradipraticiens non revêtus de l’avis favorable du Conseil. D’autant plus que le CSAC accorde cet avis favorable à tout requérant gratuitement. Ces émissions sont beaucoup de cas truffés des messages publicitaires déguisés sur les tradipraticiens eux-mêmes et sur leurs maisons de soins ainsi que de propos mensongers. Des vendeurs d’illusions sont entrés par effraction dans le secteur de la phytothérapie, sollicitant les médias, dont la mission est d’informer correctement la population, pour faire leur publicité, alors que la loi interdit la publicité sur l’art de guérir et les maisons de soin.

Nous avons l’obligation de commencer la réflexion sur la tenue d’un forum pour organiser le secteur publicitaire et in fine le rendre profitable aux entreprises des médias en vue de leur rentabilité.

Sans organisation structurée et réaliste du secteur de la publicité, les médias courent droit vers une mort assurée et même programmée. Il est temps, plus que temps, que nous puissions y réfléchir tous.

Nous profitons de cette opportunité pour attirer votre attention sur un autre défi : la transition numérique qui menace tous les médias aussi bien audiovisuels qu’écrits. Faisons en une opportunité pour le développement de la presse congolaise. La fin du moratoire accordée par le Comité de pilotage de la transition vers la TNT semble avoir sonné le glas pour certains médias congolais.

Le CSAC qui a l’obligation de suivre cette évolution technologique se doit d’intégrer cette nouvelle donne dans ses actions. A cet effet, il nous faut tous mener une réflexion profonde et contribuer quant aux moyens et à la manière de surmonter les écueils qui se dressent face aux médias, à leur survie et face à la profession elle-même avec cette convergence numérique.

Il faut que les entreprises médiatiques congolaises saisissent donc toutes les opportunités qu’offre la TNT et les technologies de l’information et de la communication pour améliorer leurs contenus et repenser enfin leurs modèles économiques face à la concurrence, sinon elles seront contraintes à battre de l’aile, à faire de la figuration voire à disparaître.

Nous ne pouvons terminer notre mot sans épingler le dépôt tardif de grille de programmes au CSAC et leur inéquation avec la réalité.

Nous terminerons en précisant que le CSAC se tient à vos côtés. Il croit, comme vous, en l’évolution et au développement de la presse congolaise. Il mesure vos sacrifices et espère que vos efforts porteront, un jour, des fruits.

Des futurs défis nous attendent tous. Imaginons ensemble comment les relever d’ores et déjà, afin de permettre aux médias congolais d’être concurrentiels grâce à l’excellence de leurs contenus et, par le temps qui courent, de ne pas être des simples instruments entre les mains des hommes politiques.

Encore une fois merci d’être venu et merci pour votre attention.

Fait à Kinshasa, le 10 mars 2016

Christophe Tito Ndombi K.   



Réagissez à cet article
Pseudo :  
Commmentaire  
Il vous reste caractères.




FPI : AVIS A MANIFESTATION D’INTERET N° AMI 002/MININDUS/FPI/DG/DGA/DPL/PM/2017
13/01/2017 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L’INDUSTRIE FONDS DE PROMOTION DE L’INDUSTRIE (FPI) Pays : République Démocratique du Congo Source... Lire l'article
AVIS A MANIFESTATION D’INTERET DU FONDS DE PROMOTION DE L’INDUSTRIE (FPI)
13/01/2017 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L’INDUSTRIE FONDS DE PROMOTION DE L’INDUSTRIE (FPI) N° Avis : AMI 003/MININDUS/FPI/DG/DGA/DPL/PM/2017 Pays :... Lire l'article
OGEFREM : AVIS AUX CHARGEURS
12/01/2017 OFFICE DE GESTION DU FRET MULTIMODAL Direction des Facilitations et d’Assistance aux Chargeurs DG/DFAC/SIRCC/N°001/ML/01/2017   CONCERNE : SOUSCRIPTION... Lire l'article
REGIDESO S.A : COMMUNIQUE
11/01/2017 La Régideso SA, Direction Générale, informe son aimable clientèle habitant Kimwenza-Mission, Kindele, Unikin,  Plateau des Professeurs,  CNPP,... Lire l'article
AVIS A MANIFESTATION D’INTERET
09/01/2017 ENREGISTREMENT DES CANDIDATURES POUR LE RECRUTEMENT AU POSTE DE SPECIALISTE EN VSBG, DU PROJET D'URGENCE RELATIF A LA VIOLENCE SEXUELLE ET BASEE SURLE GENRE ET LA SANTE DES... Lire l'article
Télédistribution en RDC : Bilan et perspectives 03/01/2017
2016 a été une année marquée dans le secteur de la télédistribution. En effet, de plus en plus les operateurs de la télédistribution offrent leur service et essayent de conquérir le marché qui devient... Lire l'article
Avis n°AOI/DG/DCAPL/DAP/DIMP/015/2016
02/01/2017 Section 0. Avis d’Appel d’Offres (AAO) Avis d’Appel d’offres sans pré-qualification REGIDESO SA/DG Cet Avis d’Appel d’Offres fait... Lire l'article
AVIS N°A0I/DG/DCAPL/DAP/DIMP/014/2016
30/12/2016 Section 0. Avis d’Appel d’offres/Sans pré-qualification (AAO) REGIDESO SA   Cet  Avis  d’Appel d’Offres fait suite au plan de... Lire l'article
DGI : COMMUNIQUE OFFICIEL N°01/037/DGI/DG/CR/GM/2016
26/12/2016 République Démocratique du Congo Ministère des  Finances Le Directeur Général N.I.F. A0707219 F COMMUNIQUE OFFICIEL... Lire l'article
AVIS A MANIFESTATION D’INTERET
26/12/2016 Agrément d’Agences Locales d’Exécution pour la gestion de l’exécution de sous-projets  d’infrastructures de basedans le cadre de la... Lire l'article
Avis d’Appel d’Offres National
13/12/2016 République Démocratique du Congo Bureau Central de Coordination (BCECO) DAO n° 548/INTERV-GOUV/MIN-ITP/BCECO/DG/DPM/LYY/2016/SC Services de gardiennage et de... Lire l'article
AVIS PORTANT MODIFICATION DE L\'AVIS N° AMI 02/FSRDC/STEP/FA/12/2016 du 05 décembre 2016
12/12/2016 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO FONDS SOCIAL DE LA REPUBLIQUE AVIS A MANIFESTATION D’INTERET PRE-QUALIFICATION DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES (PME) POUR LA MISE EN... Lire l'article
COMMUNIQUE OFFICIEL N° 01/035/DGI/DG/DESCOM/MT/2016
10/12/2016 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Impôts Le Directeur Général La Direction... Lire l'article
Avis d’Appel d’Offres Restreint
07/12/2016 Ministère de l’Enseignement Technique et Professionnel Bureau Central de Coordination  (BCeCo) Source de Financement  : PRRIS Appel d'offres... Lire l'article






   
  PARTENAIRES
SUR LE WEB !



 
Nom :  
E-mail :

Copyright 2013 La Prospérité. Tous droits Réservés


requete invalide del ip