En route vers le dépistage systématique de nouveau-nés. Kinshasa : ZenTech met à la disposition des congolais les matériels adéquats !

En route vers le dépistage systématique de nouveau-nés. Kinshasa : ZenTech met à la disposition des congolais les matériels adéquats !

This post has already been read 880 times!

Il s’est tenu le jeudi, 10 mars 2016, à Majestic River, une conférence organisée par l’entreprise ZenTech, dernier expert en diagnostic médical in vitro. Le thème retenu au cours de cette activité est le dépistage systématique des nouveau-nés et enfants en République Démocratique du Congo. Cette rencontre a été marquée par la présence de plusieurs corps médicaux sortis de différentes organisations de la place. L’objectif poursuivi dans ces assises était de permettre d’établir le diagnostic de la situation en RDC, de découvrir les technologies présentes et futures proposées par ZenTech et de partager les nombreuses et diverses expériences en la matière. Pour ce faire, les Professeurs, Directeurs et Docteurs du domaine de la santé ont tenté, chacun à son tour, d’expliquer à l’assistance la quintessence de la problématique.

En effet, le Docteur en Immunologie, chef des opérations Bosseloir, a axé son allocution sur l’organisation d’un dépistage systématique. Il a fait avoir que ZenTech offre des solutions efficaces et abordables qui rencontrent la qualité et l’exigence organisationnelle attendue par les utilisateurs. ZenTech développe, a-t-il poursuivi, le produit et commercialise ses propres trousses de dépistage. Par ailleurs, il a dit que sa structure opte pour une approche flexible quant à certaines exigences. L’officier de ZenTech a fait comprendre à l’auditoire que des solutions transversales, depuis le prélèvement sanguin jusqu’aux résultats, sont disponibles. Cela, indépendamment de la taille du laboratoire. Ces produits permettent entre autre, un accès rapide au diagnostic, même en milieu défavorisé. Abordant le papier néonatal de prélèvement sanguin, il a expliqué que le dépistage néonatal basé sur les tâches de sang séché utilise du sang prélevé au talon du nouveau-né, placé sur un papier filtre. Ce dernier est disponible pour les utilisateurs et fourni avec le certificat de conformité approprié. Le Docteur Bosseloir a démontré que l’appareil puncher BSD permet un échantillonnage rapide et précis. Cette machine réduit les risques de microtraumatismes liés à des perforations via puncher manuel. Les punchers BSD sont conçus pour réaliser des échantillonnages rapides et fiables d’échantillons biologiques séchés. Ils sont disponibles au travers de plates formes spécifiques pour des laboratoires de moyenne capacité et à forte capacité.

Pour sa part, le Virologue et Professeur Muyembe a éclairé l’opinion sur la place des tests rapides dans la détection des pathologies infectieuses. Le but est d’améliorer la performance de la stratégie de dépistage. Il a, à cet effet, distingué le diagnostic direct et indirect.

Le direct, dixit le Directeur Général de l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) de Kinshasa, est d’isoler la bactérie et identifier durant 48 heures. Le second, recherche des anticorps par sérologie, c’est-à-dire un sérum précoce ou tardif. Il a fait remarquer que les caractéristiques d’un test diagnostic: sensibilité est la probabilité d’obtenir un résultat positif chez un sujet malade. Il a développé le concept de faux négatif (FN) et le faux positif (FP). Le FN est la proportion de sujets identifiés comme non malades, alors qu’ils sont malades. Le FP est la proportion de sujets identifiés ayant la maladie, alors qu’ils n’en ont pas. Le Directeur de l’INRB a étalé le choix d’un examen sensible qui consiste à exclure un résultat faussement négatif. Il a, par ailleurs, argumenté que lorsque l’analyse est positif, il faut estimer la probabilité que l’individu soit réellement malade. Cette probabilité s’appelle ‘’Valeur Prédictive positive’’ VPP. Son contraire est la Valeur Prédictive Négative ‘’VPN’’. Par conséquent, le virologue a énuméré les principes d’un bon test dépistage le coût au programme doit être acceptable, le programme doit cibler la population à risque, les techniques de dépistage et de traitement doivent être capables ainsi que l’intervention doit se faire au stade précoce.

Pour le Pédiatre hématologiste et Directeur du CEFA, le Professeur Léon Tshilolo, il a exposé sur l’utilité des tests rapides et du dépistage des drépanocytoses et de la déficience en G-6-PD en RDC ». D’emblée, le professeur a tenu à définir la drépanocytose comme une maladie qui est très fréquente, avec un taux de mortalité très élevé. Il n’a pas manqué de signaler qu’il faut des équipements appropriés pour faire le dépistage. Néanmoins, il a indiqué qu’un enfant sur 4 de moins 5 ans pourra survivre. Avant d’ajouter que les causes de la mortalité sont les infections. Le Directeur du CEFA, partant d’une étude comparative, a déclaré que chaque année, 50.000 enfants en RDC naissent avec la drépanocytose. Au Nigéria, 120.000 naissances, donc ces deux pays sont des pourvoyeurs dans le monde en la matière.

Quant au spécialiste en ORL et professeur aux Cliniques Universitaires de Kinshasa, le professeur Nyembue, il a souligné que les maladies allergiques sont émergentes dans notre pays. Elles se développent de plus en plus suite aux différents facteurs qui y sont à la base. En dehors des allergiques, il y a de personnes qui sont exposées suite à leurs génétiques

Jimmy Biata

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com