Grande experte française d’imagerie. Santé : Jocelyne Le Goazigo explique les contours de l’imagerie de la femme

Grande experte française d’imagerie. Santé : Jocelyne Le Goazigo explique les contours de l’imagerie de la femme

This post has already been read 1120 times!

Jocelyne Le Goazigo, une grande figure française en matière d’imagerie de la femme, séjourne en RDC pour participer au 9ème congrès international d’imagerie d’Afrique Francophone. Ce rendez-vous s’est tenu à l’Hôtel Venus situé à Gombe, dans la Ville-Province de Kinshasa. Elle a accordé au Journal La Prospérité un bref entretien, quelques heures avant son intervention à cette conférence. Très préoccupée par les problèmes qui touchent directement la femme notamment, le cancer du sein, elle invite, ici, les manipulateurs des équipements appropriés à une utilisation intelligente et prudente en vue de favoriser l’épanouissement des patientes souffrantes de cette maladie. Ci-dessous, l’intégralité dudit entretien.

La Prospérité : Bonjour Madame ! Vous êtes en RDC, il y a de cela quelques jours, pour répondre au rendez-vous du 9ème congrès international d’imagerie médicale. Pouvez-vous vous présenter?

Jocelyne Le Goazigo : Bonjour ! Mbotee ! Je suis Jocelyne Le Goazigo. Je suis une directrice d’école de radiologie en France. Et je suis membre du Bureau National de l’Association française des techniciens radiologiques français.

La Pros. : Vous allez intervenir d’ici peu en ce qui concerne l’imagerie de la femme. Brièvement, que peut-on retenir de votre intervention ?

J.LG : Donc, c’est déjà, dans le congrès précédent, il a été demandé aux congrétistes de faire un atelier et un enseignement sur l’imagerie de la femme. L’imagerie de la femme est assez vaste. Mais autour de cet atelier, on va plus parler de la sénologie qui est une étude de sein. C’est-à-dire qu’on va parler de la mammographie dans le cas du dépistage du cancer de seins. Donc, l’objectif, est celui d’apporter des connaissances sur l’utilisation de ces pratiques professionnelles. Au cours de cet atelier, nous allons parler de contrôle de qualités des appareils de mammographie et on va parler de bonnes pratiques pour réaliser des images de qualité qui permettront de donner un diagnostic précoce aux patientes, éventuellement, sur une pathologie bénigne ou maline.

La Pros. : Et quelles sont les bonnes pratiques en termes de mammographie ?

J.LG : Les bonnes pratiques en termes de mammographie, c’est qu’il faut disposer d’abord d’un appareil qui soit correctement réglé et correctement entretenu pour avoir une image de qualité. Il faut savoir que le cancer du sein avec une image de bonne qualité peut se décrypter relativement tôt. Ce qui est un meilleur pronostic pour les patientes. Deuxième chose, il faut se mettre à la bonne position pour avoir des images orthogonales très correctes et avoir la totalité de la glane mammaire.

La Pros. : Vous avez visité quelques sites hospitaliers ici en RD Congo. Dans quel état avez-vous trouvé les équipements d’imagerie médicale ? Vous vous êtes inquiétée ou largement satisfaite ?

J.LG : J’ai visité plusieurs sites ici au Congo. J’ai vu un mammographe sur un site hospitalier très bien entretenu, de très bonne qualité. Mais ça ne suffit pas pour faire de l’imagerie performante parce qu’il faut que toute la chaîne soit entretenue. Il y a l’appareil, mais il y aussi l’entretien des machines à développer des films, il y a le stockage des films et puis il y a l’apprentissage à bien positionner la patiente.

La Pros. : Comment appréciez-vous le combat que mène le Conseil National des Professionnels d’imagerie médicale au Congo ?

J.LG : Actuellement, ils se battent beaucoup, et ils sont motivés à mettre en place une bonne radioprotection aussi bien pour les patients avec les appareils appropriés, avec des bonnes pratiques pour réaliser de bons examens, mais aussi une radioprotection pour eux afin qu’ils se protègent des rayons x, savoir comment bien entretenir ces appareils et avoir des locaux adéquats pour pouvoir, eux, également se protéger. Il n’y a pas seulement la radioprotection du patient, il y a également la radioprotection du personnel.

Propos recueillis par Aubin Kandembi

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com