Renouveler l’intelligence !

This post has already been read 1240 times!

Un fait longtemps resté dans la conscience finit par tomber dans le subconscient, sans pour autant disparaître. C’est parce qu’il y a possibilité qu’il remonte encore dans la conscience et agir. Seulement, quant à son intensité, il peut y avoir divergence des vues selon l’approche considérée. Pour ceux qui comptent les mois de l’année, ailleurs à travers le monde et au Congo-Kinshasa, singulièrement, du 1er février au 1er mars 2017, cela fait exactement un mois que le Sphinx de Limete, le patriarche Etienne Tshisekedi wa Mulumba est décédé en Belgique. A ce jour, le rapatriement se fait toujours attendre. Que des langages contradictoires. Au dernier moment, la famille biologique semble taire les discours, mais reste trop regardant, parce que le Gouverneur de la ville-province de Kinshasa, André Kimbuta, a donné un signal fort. Il y a quelque trois jours, il a pris un arrêté fixant un emplacement du site au cimetière de la Gombe, dans sa partie extérieure longeant la devanture de l’entrée principale de ce cimetière déjà fermé. Un autre élément de dernière minute fait état de la position de Félix Tshisekedi, fils politique de l’illustre disparu, qui annonce le rapatriement du corps de son père dans deux semaines, en suivant bien entendu l’avancement des travaux de construction du site, dont les débuts ont été lancés hier. Au sein de la famille politique, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), un mois vient de s’écouler sans que l’on ne s’active à parler de la succession du Feu charismatique leader. Les statuts du parti étant muets quant à ce, il a été rapporté qu’une présidence collégiale sera organisée, avant la tenue du Congrès du parti, qui viendra mettre fin à cet hiatus. Il en est de même du Conseil des Sages du Rassemblement où, d’ailleurs, quelques candidatures se bousculent, avant que les membres parviennent à un consensus que les Evêques, autant que le Conseil de Sécurité attendent de toute urgence. Voilà qu’un mois après, ce sont les Evêques qui retournent encore chez les politiques pour exiger la conclusion des arrangements particuliers. Cette fois-ci, ils ont tempêté, en interpellant tous les Congolais, en commençant par le Chef de l’Etat, la classe politique, la CENI, la Police et les Forces armées, jusqu’au souverain primaire ainsi qu’aux nations unies, chacun en ce qui le concerne, à agir dans le sens d’accélérer l’application de l’Accord de la Saint Sylvestre. Le Premier Citoyen, lui, doit s’impliquer dans le processus. Ce faisant, il est appelé à sortir de son silence, transcender les divergences, pour être le chapiteau. Il permettrait à sa famille politique, une fois que le dauphin sera désigné, de se mettre en ordre de bataille pour la victoire aux élections prévues pour fin décembre 2017. Si, sombre est le tableau politique, la sécurité et l’économie n’en sont pas épargnées. Il y a un mois que certaines milices sont en ébullition et la force pour arrêter leurs velléités jugées disproportionnées par les Nations Unies, qui réclament une enquête impartiale avec l’assistance de la Monusco. Puis, c’est la fausse monnaie qui circule, au point de plonger toute la population dans une insécurité grandissante. Alors, pendant que les catholiques préparent la semaine des cendres, qui ouvre la voie à la préparation de la fête de pâques, solennité de la résurrection de Christ, la classe politique doit parvenir au renouvellement de l’intelligence, pour sortir le pays de la crise politique actuelle.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com