Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Arrangement Particulier signé. Gouvernement : Bruno Tshibala  libéré !

Arrangement Particulier signé. Gouvernement : Bruno Tshibala  libéré !

This post has already been read 2512 times!

*Alors qu’à Limete, la colère est montée jusqu’à son paroxysme, le ton n’a pas baissé, dans les rangs de ceux qui avaient déjà cru en la justesse du schéma de l’intrusion du Parlement, dans l’affaire liée notamment, à la signature, illico presto, du texte constitutif de l’Arrangement Particulier. Delly Sesanga Hipung a Kaseng et Christophe Lutundula Apala Pen Apala, de l’AR et du G7,  sont signalés du côté de l’Europe. Tshisekedi, fils,   et Lumbi de l’aile dure du Rassemblement,  seraient, eux aussi,  en route vers le  vieux continent, pour des  contacts au contenu,  jusqu’ici,  imprécis et dont nul de ceux qui s’en réclament, n’ose  avancer  le moindre détail d’un tel  agenda. Derrière eux, tout a changé en RD. Congo.  Le paysage politique a subi, depuis ce jeudi, dans la soirée,  une nouvelle métamorphose. Du coup, la Majorité s’est reconstituée. L’Opposition s’est fissurée davantage.  Tandis que la société civile s’est, quant à elle,  requalifiée.

Tshibala en avant !

Ce n’est plus qu’une question d’heures, pour connaître les noms des membres du nouveau gouvernement Tshibala.  L’Arrangement Particulier qui   manquait est déjà là. Peu importe la surprise réservée aux prélats catholiques constellés autour de la  CENCO et  les contestations aigres  de la part du Rassemblement de Félix-Antoine Tshisekedi  et son colistier  Lumbi, la machine est, désormais, en marche.  La classe politique, dans ses multiples morphologies,  en aurait décidé ainsi.  La cérémonie d’hier, jeudi 27 avril 2017, en a donné, si besoin en était encore,  les vraies marques.

Visiblement, les Opposants issus de la souche de ceux qui, à une certaine époque, ont su drainé des foules, étaient  au rendez-vous. La Majorité, devenu  le bras séculier de Joseph Kabila, était bien représentée. La Société civile, au-delà de son caractère hétéroclite, s’y est ajoutée.

Têtes couronnées

L’Accord du 31 décembre est aujourd’hui plus qu’hier,  activé.  L’arrangement Particulier devant constituer la trame essentielle de sa mise en œuvre a été signé, ce jeudi 27 avril 2017,  vers les heures d’après-midi, sous la vigilance de Minaku et Kengo, désignés, à cet effet, par Joseph Kabila, pour faire aboutir les efforts des Evêques. Majorité, Opposition signataire et non-signataire, sans oublier la société civile, dans ses nombreuses ailes, y ont pris une part active. Des têtes bien connues de l’agora politique, parmi celles qui, plus d’une fois, ont été citées dans les médias, sont sorties au grand jour, pour confirmer leur signature au bas de l’Arrangement Particulier, un document  ‘’toiletté’’ dont Jean-Lucien Bussa Togba s’est  fait, pour la circonstance, le lecteur attitré.

Exception à la règle

A l’exception du Front pour le Respect de la Constitution et du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au changement de Félix-Antoine Tshisekedi, tous les délégués de l’Opposition signataire de l’Accord du 18 octobre 2016 ayant participé aux discussions directes, officiées par les Evêques au Centre Interdiocésain, à la Gombe,  ont signé, hier, jeudi 27 avril 2017, au Palais du Peuple, l’Arrangement Particulier.

Ainsi, des figures  de cette Opposition qui avaient  été à la Cité de l’Union Africaine, y compris la branche de l’Opposition Républicaine de Léon Kengo wa Dondo  et la société civile de Maguy Kiala et Marie-Madeleine Kalala  ont été happées.   Kamerhe, Jean-Lucien, José Makila, Steve Mbikayi, Kengo et  Azarias Ruberwa sont, donc,  embarqués  dans ce nouveau navire qui, sans plus tarder, pourrait permettre à Bruno Tshibala de sortir sa dernière artillerie lourde, pour piocher les derniers gros poissons en vue de la constitution, quoiqu’au-delà de  trois semaines, de son nouveau gouvernement.

La Majorité présidentielle qui, en principe, s’est réjouie de cette démarche au niveau de deux chambres du Parlement, serait la première à sauter sur l’occasion, pour recaser, dans les prochaines heures, tous  les siens aux premières loges de cette machine gouvernementale, appelée, aux dires de certains caciques, à conduire le pays vers les  élections, fin décembre 2017.

LPM