Sans croissance économique inclusive locale. RDC: la fête du travail commémorée dans une forte controverse 

Sans croissance économique inclusive locale. RDC: la fête du travail commémorée dans une forte controverse 

This post has already been read 982 times!

Le travail informel a gagné le marché d’emplois en République Démocratique du Congo. Il avoisine autour de 95 pourcent, selon les statistiques publiées par les Nations Unies. A peine cinq (5) pourcent de travail formel. Avec des statistiques  alarmantes de ce genre, ajoutées aux recettes à l’informel qui échappent au contrôle du fisc, il est quasi difficile pour la République, de constituer de ressources fortes pour le fonctionnement du pays et assurer le bien être social. L’informel occupe une très grande place avec comme effets collatéraux, un taux de chômage généralisé de plus de 90%. Le chômage existe bel et bien dans chaque pays du monde y compris les Etats Unis d’Amérique (USA). Sauf que ces pays-là, ont l’avantage d’être dans une situation de plein emploi, vu que le taux de chômage n’accède pas 10% de la population totale. Soit un taux de chômage à un (1) chiffre.  Autrement dit, 91% de la population a de l’emploi. A l’inverse, la RD-Congo compte près de 91% de chômeurs (un taux de chômage à 2 chiffres). Ceci ne permet pas à la population de mener une vie décente. D’où, l’absence remarquée du développement.

Pour y remédier, le gouvernement devrait arriver à créer des emplois grâce à des investissements publics qui peuvent booster les dépenses publiques en plus de l’augmentation de Produit Intérieur Brut (PIB). Ce qui entrainerait la croissance économique inclusive à travers la production locale. Car, pense-t-on, un pays ne peut pas prétendre consolider son économie rien qu’avec des importations pour lesquelles, le pays va enrichir l’extérieur. On parlera du déséquilibre économique.

Un Smig qui moisisse dans les tiroirs

C’était en 2008, le Chef de l’Etat Joseph Kabila promulguait une Ordonnance n°08/040 du 30 avril 2008, portant fixation du Salaire Minimal Interprofessionnel Garanti (SMIG) pour tous les travailleurs œuvrant en République Démocratique du Congo. Celle-ci, fixait une base de 3 dollars américains par  jour, pour chaque travailleur au taux de 550 FC. Soit un total de 1680 FC à partir de Janvier 2009. C’était dérisoire certes, mais, il vaut mieux commencer quelque part. Le ministre de Travail et Prévoyance Sociale sous le Gouvernement Gizenga 2, était chargé de la mise en application de l’Ordonnance qui entrait en vigueur à la date de sa signature. Dans le cas d’espèce, c’était Madame Marie Ange Lukiana Mufwankol.

A cette même période, cette dernière, signait un Arrêté ministériel interdisant le licenciement massif, dans les entreprises publiques, privées et celles d’économies mixtes.

Au jour d’aujourd’hui, tous ces textes légaux sont restés lettres mortes et moisissent dans les tiroirs de ceux qui les avaient produits. Il en va pour preuve, les fonctionnaires de l’Etat continuent à revendiquer l’application de l’Accord de Mbudi.

Pire encore, pendant que Mme le ministre publiait son arrêté  l’interdisant le licenciement des travailleurs en masse, Bralima, Bracongo, la Sucrière de Kwilu Ngongo, Starcel, Marsavco… pour ne citer que celles-là, licenciaient sans préavis, des agents et cadres. Aucune solution favorable, n’avait été trouvée pour la plupart d’entre eux qui, en majorité sont morts d’AVC.

Le travail anoblit l’homme

Le monde du travail  en RD-Congo est truffé de plusieurs contraintes ou controverses. L’Organisation Internationale du Travail (OIT) recommande aux Etats d’assurer chacun, un travail décent à sa population. Par travail décent, on sous-entend, un travail digne qui permet à chacun de se procurer un revenu qui puisse lui permettre de tenir les deux bouts du mois. (A travail égal, salaire égal).

Par ailleurs, l’OIT interdit formellement le pire travail des enfants. C’est-à-dire, l’on ne peut permettre aux enfants de travailler dans des mines, ni de les confier des tâches, qui dépassent leurs niveaux de croissance.

Non seulement, le taux de chômage a atteint la barre des 90% mais aussi, ceux qui travaillent ont des salaires de misère. La frasque est à son comble surtout pour ces Congolais qui prestent chez les Indo-pakistanais, les Chinois et les entreprises de gardiennage. Ils ont un salaire qui ne dépasse pas les 100 $ US. Les jeunes qui terminent leurs cursus universitaires n’ont aucune garantie d’avenir de trouver de l’emploi.

Le travail dans le contexte biblique

Le travail existe depuis la création du monde. Dieu le Père est, depuis de nuit de temps, le travailleur suprême pour avoir créé l’humanité toute entière et tout ce qui s’y trouve. Joseph le Charpentier, (père de Jésus) à Nazareth est le Saint patron des travailleurs. Jésus-Christ lui-même est un artisan aux vertus du travail. Le périscope ci-dessous en dit plus: C’était au Lac Génésareth, ‘’Jésus vit au bord du Lac, deux barges d’où, il vit deux pêcheurs en train de laver leurs filets. Jésus monta dans une d’elles chez Simon Pierre et le pria de s’éloigner un peu de la terre. Puis, il s’assit dans la barge et enseigna la foule. Lorsqu’il cessa de parler, il dit à Simon ‘’avance en pleine eau et jette vos filets. Simon lui répondu, maître, nous avons travaillé toute la nuit sans rien prendre mais, dit-il, sur ta parole, je jette le filet. L’ayant jeté, ils prirent une grande quantité de poissons et leur filet se rompait’’. Luc 5: 1-11.

Comme quoi, Dieu a voulu bénir l’œuvre de mains de ses hommes.

En conclusion, tout travail mérite un salaire. En République Démocratique du Congo, Kinshasa en particulier, la fête du 1er mai, fête du travail a été commémorée dans un climat de morosité de crise.

Qu’à cela ne tienne, des Syndicats  ont mobilisé leurs syndiqués dans des débits de boissons en vue de leur offrir à boire. Ils ont bu pendant que chacun, a laissé sa maison affamée. Voila, une autre controverse.

Eugène Khonde

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com