Jean-Marc Kabund : l’appel des derniers espoirs !

Jean-Marc Kabund : l’appel des derniers espoirs !

This post has already been read 1012 times!

Entre le pouvoir et l’Opposition politique incarnée par le Rassemblement/Udps rien, plus rien ne marche. La nomination de Tshibala a été le premier pas vers la rupture de l’entente – de surface- trouvée depuis les assises du Centre Interdiocésain et coulée dans l’Accord de la Saint Sylvestre. Et, à plus d’un titre, le coup  de grâce aura été donné par la signature de l’annexe de ce compromis politique, l’arrangement particulier, le jeudi 27 avril 2017 au Palais du Peuple. L’oral d’hier tenu par le Secrétaire Général de l’Udps au siège de ce parti le prouve. Oui, après la mort de son fils dans des circonstances pour le moins obscures, Jean-Marc Kabund est, enfin, sorti de son silence pour éclairer l’opinion sur le bras de fer désormais engagé avec le pouvoir de Kinshasa sur deux axes. Primo, les obsèques de Tshisekedi et, secundo, sur tant l’arrangement particulier que l’Accord du 31 décembre.  Toutes tournures bues, le speech de Kabund parait comme celui du dernier espoir ou du désespoir, c’est selon. L’homme y laisse transparaitre une perte de foi envers une quelconque intervention de la communauté internationale pour une alternance en RDC. Radicalisé, il personnifie la crise au Congo-Kinshasa en pointant du doigt le sommet de l’Etat. Et, d’en appeler, en définitive, à la rue pour le changement radical. Son discours, pour plusieurs observateurs, laisse entrevoir que Kabund place un dernier espoir au changement par la dissuasion ou pire, par le soulèvement.

Rapatriement

Le Secrétaire Général de l’UDPS vient de confirmer le rapatriement du corps d’Étienne Tshisekedi à Kinshasa le 12 Mai prochain. « Qu’ils soient d’accord ou pas, le corps du Président Étienne Tshisekedi sera à Kinshasa le 12 mai et sera enterré ici [au siège du parti] », a-t-il déclaré aux fins limiers. Pour rappel, l’autorité provinciale s’était déjà opposée à cette option d’enterrement au siège de l’UDPS évoquant des textes légaux et réglementaires en la matière. Pas plus tard que ce week-end, le Secrétariat Général de l’UDPS a saisi la Ville de Kinshasa pour lui informer du rapatriement et du début des travaux de construction du caveau qui recevra la dépouille pour l’inhumation. Jean-Marc Kabund a, par la suite, lancé l’opération «Mandalala» pour signifier que la dépouille mortelle d’Étienne Tshisekedi arrive.

Kimbuta saisi

«Tenant compte de l’envergure nationale de l’illustre disparu et nous référant à la loi et à la pratique en matière des inhumations dans la ville de Kinshasa et à travers le pays, notamment le cas du professeur Bianganyi Tampon enterré dans l’enceinte de l’Université chrétienne Cardinal Malula située sur l’avenue Saïo dans la commune de Kasa-Vubu, nous avons choisi d’enterrer le président Etienne Tshisekedi Wa Mulumba à la permanence du parti située sur le petit boulevard Lumumba dans la commune de Limete», dit l’Udps dans une correspondance à André Kimbuta. Ce dernier dont les services ont reçu le document n’a pas encore répondu.

Précision

La mort par pendaison de son fils le 26 Avril dernier, alors qu’il animait le point de presse du parti, a tellement fait grand bruit que le Secrétaire général de l’UDPS, Jean Marc Kabund a tenu à clarifier et fixer les esprits. Crime d’Etat? Meurtre simple? Suicide? Les supputations allaient dans tous les sens tant à Kinshasa qu’ailleurs, surtout sur la toile. Après les obsèques de son fils aîné, Jean-Marc Kabund  a révélé que son enfant ne s’était pas suicidé. A l’en croire, l’Officier de Police Judiciaire qui est saisi du dossier lui a dévoilé le résultat de l’enquête scientifique. Trouvé avec une corde au coup et à genoux, Kabund fils a été tué. Ce n’était pas un suicide, a-t-il indiqué. Cette révélation relance le débat sur l’identité du meurtrier.

Face-à-face

Le Secrétaire général de l’UDPS a, dans sa communication de cet après-midi, demandé aux combattants de se prendre en charge faisant allusion au recours de l’article 64 de la Constitution. Par cette même occasion, il a lancé l’opération « Face-à-face à Kabila ». Sans utilisé une langue de bois, il personnifie la crise en RDC en un seul homme : Joseph Kabila. Pour lui, toute supputation bue, le diagnostic du mal congolais, c’est le fait que son Président ait décidé de le rester ad vitam aeternam.

Sur ce, les congolais, précisément les combattants ne doivent pas dormir sur les promesses des Ambassades ou de l’ONU. Mais, en se prenant en charge. D’où, le sens de l’opération « face-à-face à Kabila ».

Danny Ngubaa

1 Comment

  1. Pasteur Bwana

    Jamais une dictature abrupte et sans idéal d’Etat n’a été vaincue par simple négociations politiques. Joseph Kabila connaît toutes les faiblesses et la fourberie des hommes politiques congolais, quasi tous de bouffons et ne se souciant que de leur ventre. La Rdc n’a pas une classe politique, juste de mercenaires. Le Sg Kabund a raison de s’en référer au peuple.

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com