Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Formation du Gouvernement d’Union Nationale : la Monusco martèle sur l’inclusivité  et un plus large consensus !

Formation du Gouvernement d’Union Nationale : la Monusco martèle sur l’inclusivité  et un plus large consensus !

This post has already been read 1439 times!

Au Congo-Kinshasa, les yeux d’une frange importante de la population sont rivés sur la prochaine formation du Gouvernement Tshibala qui, jusqu’à l’épreuve du contraire, tarde à venir. Cette situation mène les  congolais à s’interroger sur tout, sauf rien. Bien avant le passage en action dudit gouvernement quasi contesté par les ténors du Rassemblement dit de Limete, l’Onu semble être catégorique quant à la représentativité de toutes les forces vives du pays pour une cohabitation devant aboutir à la tenue d’élections dans le délai prévu par l’Accord du 31 décembre 2017. C’est pour cette raison que Maman Sidikou Sambo s’époumone pour la réussite totale de la mission des bons offices telle que dictée dans la résolution 2348 du Conseil de Sécurité de l’Onu. D’après les infos livrées ces jours-ci par Charles Bambara, les choses iraient bon train. La question reste à savoir s’il parviendra à gagner ce pari pendant que l’aile dure du Rassop continue à hausser le ton par des manifestations en vue…  

Tout est presque suspendu en RD Congo. La signature de l’arrangement a marqué le passage vers un autre épisode de l’histoire politique du pays. Pendant que les ténors du Rassemblement se réunissent dans la capitale bruxelloise, afin de concocter les stratégies pour contraindre le pouvoir en place, Bruno Tshibala, quant à lui, poursuit les tractations pour former son gouvernement. Maman Sidikou aussi intensifie ses efforts. Le nœud du problème est la question de savoir s’il y aura un aboutissement heureux de cette mission qui paraît, à première vue, très accommodante. Ce, dans la mesure où le décor planté au niveau de la MP et du Rassemblement n’augure aucune volonté de cogestion mutuelle. C’est ici alors le lieu de rappeler le communiqué du 29 avril  2017 du SG de l’Onu, Antonio Guteress qui a exhorté les parties prenantes à travailler à la mise en œuvre diligente de l’Accord politique global et inclusif du 31 décembre 2016.  Il a  également noté  que les arrangements particuliers ont été signés par plusieurs, mais pas par la totalité des parties ayant pris part aux discussions directes.  Encore, ce vœu profond de l’Onu est vu comme une goutte d’eau dans l’océan.

Par ailleurs, dans leur camp, très fâchés, les ténors du Rassemblement se sont réunis à Bruxelles. De là, ils ont accusé le Président en exercice d’avoir exacerbé les tensions en RDC, et ont annoncé la tenue d’un conclave à Kinshasa. Selon les fuites d’infos en provenance de la Belgique, cette énième rencontre qui intervient après le départ du sphinx de Limete viserait notamment la levée des options courageuses pour contraindre le pouvoir en place à appliquer l’accord de la Saint Sylvestre.

Obsèques d’E. Tshisekedi

A une question d’un journaliste à la conférence hebdomadaire du mercredi passé, mourant d’envie de savoir si la Monusco craint une escalade des violences à l’horizon 2017, Charles Bambara a carrément indiqué que les casques bleus seront toujours disponibles d’assurer la sécurité de tous les congolais. Mais le plus important reste la paix car, comme le disait si bien Félix Prospère Basse, «la mort d’un congolais en est de trop». La Monusco, faut-il le souligner, est donc prête à accompagner la Police Nationale Congolaise pour la sécurisation des obsèques d’Etienne Tshisekedi de  l’aéroport international de N’djili jusqu’au lieu où la dépouille mortelle sera exposée. L’hôtel de Ville a été saisi mais n’a pas encore livré son dernier mot. Les observateurs avérés prédisent qu’il est fort probable que l’équipe du Rassop qui est en Belgique puisse rentrer ensemble avec le corps du Leader maximo.

Aubin Kandembi