Que s’est-il passé entre Koffi et les gardes du corps du Général  Bisengimana ?

Que s’est-il passé entre Koffi et les gardes du corps du Général  Bisengimana ?

This post has already been read 2103 times!

On n’en parle pas trop à Kinshasa, mais le fait est bel et bien réel.  Il y a eu une altercation entre l’artiste musicien Koffi Olomidé et la garde rapprochée du Général  Charles Bisengimana.  L’affaire s’est passée sur l’Avenue Mondjiba, dans le tronçon compris entre Socimat  et Komorico, à quelques encablures de l’école Loupiots,  à Ngaliema.

La star de la musique congolaise, qui vient de rater le décollage avec son nouvel album « Nyataquance », n’a plus ses deux pieds sur terre.  A bord de sa  grosse cylindrée rouge de modèle pick-up  de marque Ford, la star de la rumba roulait, aisément, sur le Boulevard du 30 juin, dans la commune de la Gombe. Arrivé au niveau du Rond –point Socimat, rapportent des fins limiers, le chanteur a été envahi  par des « Shegués», qui lui exigeaient  quelques billets de banque. Mais, il a tout fait pour s’échapper  des griffes de ces badauds. C’est en ce moment-là que le cortège du Commissaire Général de la Police nationale congolaise a débarqué en se dirigeant  vers Kintambo/Magasin.  A vive allure, le cortège de Charles BISENGIMA avait, certainement, pour  destination sa résidence de Mont Fleuri, quartier où habite aussi Koffi Olomidé, dans la commune de Ngaliema.  Gyrophare et sirène à l’appui, les agents de sécurité rapprochée  ont sommé les automobilistes de dégager la voie et laisser le passage, de façon à permettre au patron de la PNC de passer en priorité. Tout le monde a bien respecté la consigne et a cédé la chaussée au cortège, excepté Antoine Agbepa. Selon les mêmes sources, les policiers ont dû crier  sur la star en tapant  sur son véhicule. Mais, l’homme à la barbe blanche  était imperturbable au volant de sa voiture. Il semble qu’il était en pleine conversation téléphonique. Alors, au volant,  l’artiste roulait presqu’au ralenti, n’étant pas préoccupé, apparemment, par la suite des événements. Ce, malgré tout le mouvement effectué par la garde du numéro Un de la Police. Toujours humble, Bisengimana était obligé  de rouler au rythme du patron du groupe Quartier Latin, jusqu’au niveau du croisement Mondjiba et Komorico. C’est à ce niveau que le cortège  du pacifiste Commissaire  s’est débarrassé de Koffi Olomidé.

A la fois ‘‘ignorant et provoquant’’, l’acte de la star a été  certainement minimisé par le patron de la Police congolaise, qui n’a pas voulu perdre son temps. Bien qu’il ait le  pouvoir de l’interpeller  parce que l’effet de barrer la route relève de l’atteinte à l’autorité, si pas de l’attentat, a indiqué un Commandant de la Police, qui a requis l’anonymat.

JD

2 Comments

  1. KAMONO Filston

    C’est très rigolo et à mon humble avis, je crois que le musicien n’a rien fait de mal parce qu’il se trouve aussi dans son pays. Un inspecteur de la PNC a aussi droit de respecter la population à moins ça soit une exclusivité de la RDC. On s’en fou d’eux, Mboka eza ya biso nionso et non plus ya ba Rwandais.

  2. Markabas

    J’étais à Dundu (Angola), où j’ai vu de mes propres yeux le cortège du gouverneur avec deux deeps de chacal(environ 10 éléments dans l’ensemble) sans sirène. Je me suis dit, si c’était dans mon pays, je devrais voir 5 deeps pleines des policiers et militaires intimidant à leur passage les autres passagers pendant que la voie publique est un bien commun inéxcludable.
    Chez ns les privilèges ya bokozi eleki.

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com