Confusion autour des obsèques de Tshisekedi !

Confusion autour des obsèques de Tshisekedi !

This post has already been read 614 times!

*Semaine de tous les dangers. Semaine de tous les enjeux. Bruno Tshibala, le Premier Ministre, nommé le 7 avril 2017,  traine avec son gouvernement. Badibanga ne fait qu’attendre. Entretemps, l’Udps veut passer aux actes. L’Hôtel de Ville braque. Les Evêques, derrière la décrispation politique,  plaident, contre le gré des autorités congolaises et de la Majorité présidentielle,  pour un retour apaisé de certains Opposants recherchés,  en marge des obsèques de Tshisekedi.

Mauvaise odeur

Ce vieux  parti de l’Opposition annonce et confirme, en effet, le rapatriement de la dépouille de Tshisekedi, en accord avec sa famille biologique. Les autorités congolaises, prises de court, refusent d’endosser le programme unilatéralement annoncé, pour ces funérailles voulues  historiques. Le bras de fer, s’il faut l’appeler ainsi, s’installe et se corse au fil de jours.

Vendredi, c’est déjà le 12 mai prochain. Donc, c’est une question de quelques jours. Alors que le quiproquo subsiste et inquiète, sur fond d’une misère désastreuse  aux  effets collatéraux.

Les Evêques, sortis du bois, jettent le pavé dans la marre et soulèvent, eux aussi,  des vagues. Alors qu’on attendait un rapprochement des vues  sur la venue de Tshisekedi, l’affaire de la divulgation du rapport de Katumbi, attribuée aux Evêques,  re-empoisonne le climat politique, pourtant, délétère, depuis qu’un Arrangement a été signé, le 27 avril dernier, au Palais du Peuple, loin de l’implication de l’aile dure   du Rassemblement, restée fidèle aux ordres de Félix Tshisekedi.

Franchement, ça sent mauvais. L’odeur qui monte dans les narines fait, naturellement, craindre le pire, si des dispositions conséquentes ne sont pas prises, en amont.

Polémique

L’Udps  confirme l’arrivée de la dépouille à Kinshasa, capitale de la RD. Congo,  d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba, décédé le 1er février 2017, à la Clinique Sainte Elisabeth, à Bruxelles, vers 17 h22’, pour ce vendredi 12 mai 2017. Mais, jusqu’ici, cette annonce, de l’avis de plusieurs  analystes de la situation politique, fait l’objet d’une vive polémique.

D’autant  que les autorités congolaises, du moins, l’Hôtel de Ville de Kinshasa dont le Gouverneur André Kimbuta Yango avait eu une première rencontre avec Jean-Marc Kabund a-Kabund, le Secrétaire Général de l’Udps, n’ont toujours pas  donné leur quitus, quant au lieu d’inhumation du Sphinx de Limete.

Des tiraillements persistent  autour de la préférence, maintes fois manifestée, par l’Udps d’apprêter une sépulture au siège du Parti continuent.

L’on a appris, de source sûre, que l’architecte commis aux travaux du mausolée aurait subi une visite suspecte des personnes inconnues, à sa résidence. Et, dans la foulée, il aurait perdu, semble-t-il, une somme importante d’argent. Sans trop de précisions, certains combattants de l’Udps parlent de trente-deux mille dollars.

Ce week-end, le même architecte aurait reçu une convocation dont la nature de l’objet et la date à laquelle l’intéressé pourrait se présenter devant le convoquant, demeurent encore peu claires. Le flou qui en résulte jette de l’ombre sur les obsèques et brument le ciel de l’embellie  qui aurait dû entourer le déroulement des cérémonies d’adieux au leader incontesté de l’Opposition congolaise.

D’autres pesanteurs dont l’arrivée éventuelle de Moïse Katumbi ainsi que d’autres personnalités parmi les plus recherchées par la justice congolaise, alourdissent les choses et suscitent davantage  le doute, quant à la sérénité des esprits avant, pendant et après ces obsèques.

D’où, des appels à la paix se multiplient. L’urgence s’impose à  l’Udps, à  la famille biologique et aux  autorités de tout faire, pour harmoniser les vues et trouver un compromis, avant de passer aux actes.

Comment résoudre cette  dernière brouille entre la CENCO et la Majorité autour du rapport lié notamment, au retour en homme libre de Katumbi ? Ceci   illustre combien le climat demeure tendu, avant même que le corps de Tshisekedi ne foule le sol de ses ancêtres sur lequel, il n’aura plus coiffé la tête du CNSA, aujourd’hui, au centre d’une nouvelle controverse.

LPM

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com