Familles pauvres et enfants abandonnés. Bien-être social: André Kiomba Dibue interpelle le gouvernement congolais !

Familles pauvres et enfants abandonnés. Bien-être social: André Kiomba Dibue interpelle le gouvernement congolais !

This post has already been read 278 times!

Le 15 mai est dédiée à la célébration de la journée internationale de la famille. C’est une journée qui permet d’évaluer plusieurs questions familiales notamment: les conditions sociales de la population, le rôle de chaque intervenant dans le domaine d’éducation familiale et de l’enfant. En RDC, plusieurs familles vivent en dessous du seuil de la pauvreté. ‘’L’Etat ne s’acquitte de son pouvoir de porter assistance aux familles, par un salaire décent susceptible de trouver solutions aux besoins familiers primaires’’. C’est ce qu’a affirmé André Kiomba, Vice-président de la CASE, dans une interview accordée à votre Quotidien La Prospérité.  Ainsi, il lance un appel pathétique au gouvernement congolais de se prendre en charge et de s’acquitter des devoirs lui confié par la Constitution. 

En effet, l’interpellation du Vice-président de la CASE est en rapport avec les conditions sociales de la population congolaise et de sa vie quotidienne. Avec la crise économique galopante, il pense qu’il est impossible en RDC de parler de la journée internationale de la famille. Par contre, il pense qu’il s’agit de ‘’la journée internationale d’irresponsabilité parentale pour deux raisons. D’abord, parce qu’il considère que le Congo est un Etat dans lequel tout est perverti. C’est-à-dire, là où les particuliers sont plus riches que l’Etat. Où, l’anarchie bat son plein, la loi est piétinée par les autorités et que l’épée de Damoclès n’est posé que sur des subalternes. Le pays dans lequel chacun cherche à s’enrichir seul. Ensuite, la RD. Congo est un pays dans lequel les parents sont irresponsables. Ils mettent au monde beaucoup d’enfants sans tenir compte de la situation sociale’’.

Comment sortir de cette situation?

En bon acteur de la société civile, qui maîtrise les notions du bien-être social,  André Kiomba Dibue Mpo est sorti de son statut de vice-président de la CASE, pour proposer des voies de sortie. Pour lui, il suggère que l’Etat manifeste la bonne volonté politique dans sa gouvernance. Il doit appliquer d’une manière équitable et générale la loi, car, tous les congolais sont égaux devant la loi. C’est même un principe constitutionnel. Il recommande aux parents de prendre conscience de leurs responsabilités dans toutes les décisions familiales à prendre. Ils ne doivent pas chercher à avoir beaucoup d’enfants  au-delà de leurs moyens. Ils doivent, donc,  tenir compte de la planification familiale. Aux enfants, ou aux citoyens congolais, il en appelle à l’amour de la patrie et à œuvrer pour son redressement.

Quid de la journée internationale de la famille?

Ayant pris part à plusieurs formations, André Kiomba Dibue Mpo, a eu de la chance de passer par une école où l’on parle du droit et dont on en fait une vie entière. Ici, il ne s’agit pas de l’observation des élections. Il s’agit, explique-t-il, de parler en tant que société civile de la vie que mène le peuple congolais.

Mais, c’est quoi la journée internationale de la famille ?

Pour cet expert chevronné en matières électorales, c’est depuis le 19 septembre 1993, que l’Assemblée générale des Nations Unies a consacré, par sa résolution 47/237, le 15 mai, journée internationale de la famille. Le but de cette décision était de mieux faire connaître les questions relatives à la famille, ainsi que les processus sociaux, économiques et démographiques qui affectent les familles. Dès lors, cette date a inspiré une série d’actions de sensibilisation à tous les niveaux de la vie de chaque Etat. Elle vise principalement à sensibiliser le public au rôle des familles dans la promotion de l’éducation de la petite enfance et des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour les enfants et les jeunes. C’est aussi une journée qui met en évidence l’importance des soutiens des familles, qu’il s’agisse des parents, des grands-parents ou des frères et sœurs et de l’importance de l’éducation parentale pour le bien-être des enfants.

Il y a, également, les bonnes pratiques en matière d’équilibre entre le travail et la famille afin d’aider les parents dans leurs rôles scolaires et de soins qui, il faut le souligner, sont indispensables. En plus, on y établi la responsabilité des parents et de l’Etat en grande partie’’.

Flodel Nkima

 

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com