Clôture de l’atelier sur les Assemblées provinciales. Ramazani Shadary : ‘’la Gouvernance des provinces prend ici un nouveau départ‘’

Clôture de l’atelier sur les Assemblées provinciales. Ramazani Shadary : ‘’la Gouvernance des provinces prend ici un nouveau départ‘’

This post has already been read 506 times!

Les lampions se sont éteints hier, jeudi 18 mai 2017, sur l’atelier-séminaire portant évaluation du bon fonctionnement des Assemblées provinciales en RDC. Après trois jours d’intenses travaux, les participants, essentiellement des membres du pouvoir législatif et une poignée appartenant à l’Exécutif central ou provincial, ont produit des recommandations pour consacrer une cohabitation pacifique entre ces deux pouvoirs dans la gestion du pays. Ainsi, à l’Assemblée nationale, il est demandé de renforcer la collaboration avec les Assemblées provinciales pour explorer les opportunités d’habilitation réciproque en vue de la production des lois et édits, qui soient de leviers pour le développement. Au Sénat, de renforcer, aussi, la collaboration  avec les Assemblées provinciales notamment, par des rencontres périodiques entre les Sénateurs et les Députés Provinciaux, d’une part et entre le bureau du Sénat et les Assemblées Provinciales, d’autre part. Par ailleurs, le Gouvernement central et les gouvernements provinciaux n’ont pas manqué d’être appelés à s’inscrire dans cette dynamique. Pour sa part, le Vice-Premier Ministre, Ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary a considéré, dans son mot de clôture, que l’impulsion donné ce jeudi constitue un nouveau, alors tout nouveau départ pour la gouvernance et le contrôle de cette dernière dans toutes les provinces de la République. Ci-dessous, l’intégralité de son allocution.

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE VICE-PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L’INTÉRIEUR ET SECURITE, A L’OCCASION DE LA CEREMONIE DE CLOTURE DU SEMINAIRE D’EVALUATION DU FONCTIONNEMENT DES ASSEMBLEES PROVINCIALES

Kinshasa, du 14 au 18 mai 2017

Honorable Président de l’Assemblée Nationale,

Honorable Président du Sénat ;

Excellences Messieurs le Ministre d’Etat, Ministres et Vice- Ministre ;

Honorables Députés Provinciaux ;

Distingués Invités, à vos titres et qualités respectifs ;

Au moment où nous atterrissons en douceur, au terme de trois jours de travail, je vois briller dans le regard de tout un chacun les étincelles de fierté et de satisfaction, que justifient pleinement les conclusions si bien rendues par le rapport général du séminaire. Tout ayant été si bien dit, il serait inopportun que j’y revienne.

Mais, je ne peux m’empêcher d’évoquer un fait majeur, qui mérite d’être relevé pour l’histoire, à savoir l’œuvre de pionnier qui vient d’être accomplie, avec beaucoup d’engagement et de responsabilité. Vous avez été invités presque à pied levé et vous êtes venus des quatre coins de la République répondre à l’appel de la Nation. Nous avons pu, à cette occasion, réaliser les difficultés de communication et de déplacement lorsqu’il s’est agi de réunir, à Kinshasa, des délégués provenant des 25 provinces. Il s’agissait presque d’un pari et il aura été gagné comme l’atteste votre présence en ce lieu. Elus en 2006, vous êtes pourtant à compter parmi les pionniers de la troisième République, à laquelle vous avez fourni les premiers Sénateurs. Avec le Sénat, vous aurez assumé pleinement vos charges en attendant les nouvelles élections, que notre Centrale électorale annonce pour très bientôt. Vous êtes les premiers à participer à l’inauguration d’un nouvel espace de concertation et d’échanges entre le Gouvernement de la République et les organes délibérants provinciaux. J’aimerais saluer votre volonté de consacrer ces échanges en une pratique salutaire, à la fois pour l’enracinement de notre démocratie et la pérennisation de la décentralisation. J’ai en effet noté à quel point les dissensions survenues entre les Exécutifs provinciaux et les organes délibérants provinciaux ont laissé un goût amer et qu’il y a un désir ardent d’en finir avec des combats de coqs ou des querelles de chapelles, pour se consacrer tous à la construction de nos provinces, et partant au développement de notre pays. Nous comprenons tous désormais qu’il ne s’agit guère d’étouffer les prérogatives de telle ou telle institution, mais plutôt de mettre fin à des querelles sans fin, grâce à une exploitation judicieuse de l’arsenal de mécanismes de contrôle et de sanctions prévus par la Constitution et les Règlements intérieurs des Assemblées provinciales. Une nouvelle ère se profile désormais à l’horizon, un nouveau climat se dessine dans le ciel congolais, la gouvernance des provinces prend ici un nouveau départ : aucune institution provinciale ne pourra plus se permettre de fonctionner ou d’évoluer en vase clos. Autant les Assemblées provinciales devront donner aux Exécutifs provinciaux les édits dont ils ont besoin pour gouverner et changer le visage de ces provinces, autant les Exécutifs provinciaux ont l’obligation de rendre compte aux Assemblées Provinciales et de solliciter les outils pour gouverner.

Honorables Députés Provinciaux ;

L’heure n’est plus donc à la recherche de trophées encore moins à l’enlisement dans l’improductivité législative. En tant que pionniers, de la troisième République, vous rentrez dans vos provinces  respectives en disant humblement : personne n’a le monopole d’être connu ou entendu à Kinshasa ; seul le bien du peuple doit être notre première et ultime préoccupation.

Honorable Président de l’Assemblée Nationale,

Honorable Président du Sénat ;

Excellences Messieurs le Ministre d’Etat, Ministres et Vice-Ministre ;

Honorables Députés Provinciaux ;

Distingués Invités, à vos titres et qualités respectifs ;

Voilà ce que j’ai retenu de ce premier séminaire et que j’ai tenu à partager avec vous avant notre séparation. La période que nous traversons est à la fois délicate et particulière, car nous sommes l’objet de nombreuses stratégies de déstabilisation, sous couvert d’approches diverses. Je vous invite à la prudence, car nous n’avons pas le droit de casser et d’abîmer notre pays au motif que nous connaissons du retard dans la réalisation de telle ou telle échéance.  Le Président de la République, à qui j’aimerais réitérer mes hommages les plus déférents pour l’initiative de la convocation de ce Séminaire, n’acceptera jamais que l’on déstabilise notre pays. Il est légaliste et respectueux de la Constitution. Il ne tolèrera guère la mise à feu et à sang du pays, au risque de notre anéantissement, comme il en a été le cas pour des pays que nous connaissons de par le monde. La République Démocratique du Congo est notre patrimoine le plus précieux : protégeons-la et ne laissons pas l’ennemi nous ronger de l’intérieur. Notre démocratie étant encore jeune, assurons-en la promotion dans la paix, la cohésion et la concorde nationales. Sur ce, je déclare clos les travaux du Séminaire sur l’évaluation du fonctionnement des assemblées provinciales.

Que vive la République Démocratique du Congo !

Que vivent les Assemblées provinciales !

Je vous remercie !

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com