Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Agressée le vendredi 12 mai 2017 : Qui en veut à Mme Bijou Buluku Mwamini ?

Agressée le vendredi 12 mai 2017 : Qui en veut à Mme Bijou Buluku Mwamini ?

This post has already been read 1525 times!

Trop c’est trop ! L’insécurité dans la ville-province de Kinshasa ne cesse d’inquiéter  les paisibles citoyens. Déjà, avec l’évasion la semaine dernière de plusieurs détenus de la prison centrale de Makala, pour la plupart des criminels, les kinoises et Kinois redoutent la recrudescence de l’insécurité, avec à la clé le phénomène «kuluna» et tant d’autres pratiques criminelles. C’est ici l’occasion d’informer les autorités urbaines via la police de proximité de renforcer la sécurité dans la Ville.

Tenez ! Le vendredi 12 mai 2017, une bande de criminels bien armés, non autrement identifiée, a pourchassé, vers 20 heures, heure de Kinshasa, Mme Bijou Buluku Mwamini, épouse de M. Idesbald Chinamula.

Au volant de sa voiture, alors qu’elle revenait de la répétition à l’église Berée, Mme Bijou Buluku a remarqué  un mouvement suspect. Elle était manifestement suivie depuis quelques temps par une autre voiture.

Arrivée juste devant sa parcelle sise avenue de la paix,  quartier GB, dans la commune de Ngaliema, elle va entendre une voix d’une fille qui sortait d’une voiture garée à quelques mètres de sa résidence, disant en lingala : «ye wana», traduisez : «c’est elle ». Aussitôt, deux assaillants sont sortis de ladite voiture qui, visiblement, l’attendait devant sa résidence. Comme dans un film Hollywoodien, ils ont immédiatement pointé leurs armes en direction de la Madame Buluku, l’obligeant à sortir de sa voiture. Criant au secours d’une voix forte, Mme  Bijou Buluku Mwamini a ainsi  alerté les voisins. Vigilante, la garde d’un Colonel habitant le quartier a tiré des tirs de sommation, poussant les assaillants à détaler. Dans leur fuite, ils ont tout de même réussi à emporter la montre et les Bijoux ravis à la Dame. Il sied de signaler que pendant la scène, le mari de la victime, M. Idesbald CHINAMULA, fonctionnaire au système des Nations Unies, était encore au travail.

La crainte, c’est que juste avant de s’en fuir, ces criminels  ont promis de revenir pour en finir avec elle.

Elle s’en est tirée avec des blessures aux genoux, après avoir trébuché plusieurs fois alors qu’elle cherchait à se mettre à l’abri dans sa résidence.

Traumatisée, elle ne cesse de perdre connaissance à chaque fois qu’elle pense à ce triste événement.

Mère de 5 (cinq) enfants dont 3 filles et 2 garçons, Bijou Buluku, 35 ans d’âge, demeure dans un état d’incertitude et de désespoir du lendemain. Ses enfants sont, eux, aussi, traumatisé et ne veulent plus vivre dans ce quartier. Toutefois, une plainte contre inconnu a été déposée au sous-commissariat du quartier GB, dans la commune de Ngaliema. Seulement, une semaine après, le couple Idesbald CHINAMULA reste inquiet. Dans la mesure où, manifestement, le dossier n’évolue pas.

La peur au ventre, cette famille ne sait à quel saint se vouer. Qu’à cela ne tienne, elle espère que la police pourra faire quelque chose.

Il convient de rappeler qu’il y a un mois, Mme Bijou Buluku Mwamini avait eu un message électronique d’agression anonyme lui disant qu’elle était poursuivie pour une cause, jusqu’à présent, inconnue.

«Nous ne connaissons pas ces criminels qui veulent nous faire du mal. Nous n’avons pas d’antécédent avec qui que ce soit. Nous sommes simplement victimes d’insécurité. Nous demandons à notre police de proximité de nous assurer la sécurité. Car, ces criminels ont promis de revenir », a souligné M. Idesbald CHINAMULA.

Jules Ntambwe

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com