Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

La traque !

This post has already been read 2952 times!

Rocambolesque reste la situation des évasions à la Prison Centrale de Makala, à Kinshasa, et à la prison de Kasangulu, dans la province du Kongo central, la semaine dernière.

Dans l’opinion, l’on ne sait pas trop bien s’expliquer comment un  tel fait pouvait se produire dans l’intervalle de quelques jours, alors que des dispositions sécuritaires sont visibles dans les environs  de la plus grande des  institutions  pénitentiaires  de Kinshasa et dans le pays. Au niveau du Gouvernement de la République, la préoccupation est  aussi grande, parce qu’elle doit donner lieu à repenser la politique à mettre en place et des stratégies, pour que ces lieux de détentions soient hautement sécurisés. A la représentation nationale, les élus du peuple n’ont pas voulu laisser passer cette situation, alors qu’il y a controverse sur les chiffres des évadés. C’est ainsi que le  vendredi  19 mai, 2017, Alexis Thambwe Mwamba,  Ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, a eu à s’expliquer devant les représentants du peuple. « A l’heure qu’il est, et pour raison de sécurité, il ne peut être possible de mettre sur la place publique le nombre des évadés », a-t-il  déclaré, en indiquant aussi que des enquêtes sont en cours et que, par ailleurs, toutes les forces de sécurité sont mobilisées et mises en branle, pour la traque de ces hommes et femmes en cavale. En effet, il ne peut en être autrement  parce que les criminels qui ont réussi cette opération d’évasion,  doivent avoir déniché des failles et bénéficié des complicités, a-t-il ajouté. Et, de promettre des sanctions sévères et exemplaires à tous les niveaux. Il est,  certes,  vrai que de telles mesures ne peuvent qu’enchanter la population, qui se sent davantage en danger.  Parmi les personnes arrêtées, qui se sont volatilisées dans la nature et,  actuellement,  en cavale, il y a des nombreux malfaiteurs, voire des criminels de grands chemins, qui représentent permanemment un danger pour des paisibles citoyens tant à Kinshasa et ses alentours, que dans d’autres provinces, si jamais ils ont réussi à franchir les mailles du filet de la police nationale congolaise,  de toutes les forces de sécurité. Parallèlement à cette opération de traque, du reste,  saluée par plus d’un Congolais, il y a tout aussi des inquiétudes qui vont crescendo dans l’opinion. Elles se justifient, ces inquiétudes, parce que le risque devient aussi grand de voir, d’abord, certains compatriotes, de mauvaise foi, tomber dans le cas de règlement des  comptes,  en accusant faussement d’autres. Ensuite, il y a une large probabilité que des enquêtes policières ou judiciaires conduisent aux tracasseries des paisibles citoyens, qui se verraient arrêter, peut-être simplement parce que leurs têtes ne plaisent pas à certains agents qui les interpellent. Dans le lot, peut se trouver des compatriotes ayant perdu leurs identités, parce qu’ayant été victimes d’un vol ou alors, à la suite d’un incendie. Il est admis que dans pareil cas, ils doivent prendre des  précautions pour obtenir un document de perte de pièces auprès des services compétents. Mais, le cas tel qu’il s’est produit, sans compter la lenteur, déjà connue de l’administration publique, il y a des fortes  craintes  que des bévues soient, une fois de plus,  enregistrées, simplement parce que l’on voudrait voir cette maison d’arrêt bonder de son monde. C’est,  ici,  qu’il est appelé aux autorités de prendre des dispositions, pour que des paisibles citoyens, encore respectueux des lois et règlements de la République, ne soient confondus à des malfrats en fuite, à ceux-là qui ont choisi de vivre en marge des normes établies.

La Pros.