StarTimes : compléter la numérisation de l’Afrique en avançant main dans la main !

StarTimes : compléter la numérisation de l’Afrique en avançant main dans la main !

This post has already been read 1279 times!

«L’Afrique pourrait parvenir à son objectif pour  fournir une télévision numérique abordable à chaque foyer via l’adoption d’une technologie et de modèles commerciaux unifiés. La numérisation est un processus technologiquement intensif et complexe qui requiert un investissement initial énorme. Elle doit être considérée comme un projet social car, elle affecte la manière dont la population reçoit et partage l’information». Ces propos sont de M. Pang Xinxing, Président du groupe StarTimes, prononcés lors du séminaire sur la numérisation placé sous le thème «Généraliser la télévision numérique et jouir de la vie smart». Plus de 400 participants originaires de 43 pays se sont réunis pour partager leur expérience en matière de migration numérique. L’Afrique, a-t-il soutenu, doit unifier ses normes technologiques si elle veut compléter sa migration vers la télévision numérique.

Le Président de StarTimes, Pang Xinxing, a déclaré lors de son discours d’ouverture, placé sous le thème «Avancer main dans la main pour créer ensemble un avenir commun », que l’Afrique pourrait parvenir à son objectif de fournir une télévision numérique abordable à chaque foyer via l’adoption d’une technologie et de modèles commerciaux unifiés.

« La numérisation est un processus technologiquement intensif et complexe qui requiert un investissement initial énorme. Elle doit être considérée comme un projet social,  elle affecte la manière dont la population reçoit et partage l’information», a-t-il  ajouté.

Le processus mondial de numérisation a été lancé pour libérer le spectre des ondes radio et favoriser la croissance du secteur des technologies de l’information.

Le passage à la télévision numérique terrestre est un processus complexe qui requiert la participation du corps législatif, des régulateurs, des entreprises du secteur de la diffusion (producteurs de contenu, diffuseurs et opérateurs des réseaux), des fabricants et des spectateurs.

2017 est une année critique pour une Afrique qui doit respecter la date-butoir de la fin de l’analogique et adopter une approche panafricaine au niveau de la technologie, du financement et du développement des contenus afin que tous les citoyens puissent bénéficier d’une vie numérique positive.

En plus d’images de meilleure qualité, d’un nombre plus élevé de chaînes et d’une meilleure réception, la libération du spectre des ondes radio favorise le développement des technologies Internet.

Selon le Professeur Elisante Ole Gabriel, Secrétaire permanent du ministère Tanzanien de l’Information, de la Culture, des Arts et des Sports, « une Afrique complètement numérisée est vitale pour apporter aux citoyens, et en particulier à ceux des zones rurales, l’information nécessaire ».

Pour rappel, durant une session sur la numérisation universelle lors du 7ème Séminaire sur le développement de la télévision numérique en Afrique, le Professeur Gabriel a déclaré qu’avancer au niveau de la technologie fera en sorte qu’un plus grand nombre de citoyens africains puisse accéder à l’information.

« Via la diffusion numérique, les fermiers pourront accéder aux informations sur le marché de leurs cultures et également obtenir de nouveaux services dans des zones où l’accès des experts est limité, » a précisé le Professeur Gabriel.

Le thème du séminaire était « Généraliser la télévision numérique et jouir de la vie smart ».

Plus de 400 participants originaires de 43 pays se sont réunis pour partager leur expérience en matière de migration numérique.

Tous les pays se sont engagés à compléter le passage de la diffusion analogique au numérique dans le cadre de l’accord de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT).

Lors de la Conférence de Genève de juin 2006, un plan de diffusion numérique couvrant 116 pays, principalement en Afrique et en Europe, a été mis au point pour les bandes de fréquence 174-230 Mhz et 470-682 Mhz.

Selon ce plan connu sous le nom de GE06, la date-butoir du passage au numérique était le 17 juin 2015, sauf pour certains pays où elle a été repoussée au 17 juin 2020.

L’accord GE06 de l’UTI a établi dans son Plan de fréquences pour la diffusion de la télévision numérique, les bandes de fréquence pour les bandes d’Ultra hautes fréquences (UHF) et de Très hautes fréquences (VHF).

La date-butoir approchant à grand pas, un nombre croissant de pays africains cherchent à compléter leur migration numérique mais rencontrent des barrières en matière de technologie, d’infrastructures et de financement.

Chaque pays est dans une situation différente mais StarTimes s’est révélé être un partenaire fiable dans la mise en place de la migration numérique.

Opportunités d’affaires

Les bénéfices de la migration numérique créent automatiquement les moyens de fournir plus de services Internet tout en offrant des débouchés à un plus grand nombre de diffuseurs et de fournisseurs de contenu.

La multiplication des chaînes de contenu donne lieu à une hausse de l’emploi dans le secteur de la création.

Les nouvelles stations de diffusion n’ont plus besoin d’investir dans des équipements de transmission et voient leurs coûts d’exploitation baisser.

L’apparition de nouveaux acteurs du secteur des technologies de l’information contribue à la hausse des recettes fiscales des gouvernements.

Le financement du processus de migration numérique a été un obstacle que de nombreux pays cherchent toujours à franchir mais avec le soutien du gouvernement chinois, plusieurs institutions financières proposent des prêts de long terme à faible taux d’intérêt.

StarTimes s’est associé avec plusieurs gouvernements pour établir des partenariats public-privé (PPP) chargés de conduire la migration numérique.

Les coentreprises permettent également aux gouvernements d’attribuer une plus grande part de leurs ressources à des secteurs essentiels tels que,  l’éducation, la santé ou le développement tout en garantissant que le secteur de la diffusion numérique devienne viable et profite à la société dans son ensemble.

Zoom sur StarTimes

StarTimes est le premier opérateur de télévision numérique en Afrique, avec près de 10 millions d’abonnés et couvrant plus de 90% de la population du continent. Son réseau de distribution massif est composé de 200 salles de marque, de 3000 magasins de proximité, et de 5000 distributeurs, répartis dans 30 pays africains. StarTimes possède sa propre plate-forme de contenus variés, avec ses 480 chaînes autorisées allant des chaînes d’informations généralistes, à celles dédiées aux films, aux séries, au sport, au divertissement, aux programmes pour enfants, à la mode, ou encore à la religion, etc. Les chaînes sont diffusées en 10 langues différentes, dont l’anglais, le français, le portugais, le chinois, ainsi que d’autres langues africaines locales. La vision de l’entreprise est de “Permettre à chaque famille africaine d’être capable de s’abonner à la télévision numérique et d’en profiter au quotidien’’, en combinant les systèmes de télévision numérique terrestre et par satellite, fournissant ainsi une plate-forme numérique sans fil, à la fois ouverte et sûre. StarTimes fournit un service de transmission de signal robuste pour les radiodiffuseurs publics et privés, et offre aux consommateurs des programmes exceptionnels de TV payante, des services multimédia mobile et de connectivité Internet, mais également, des services en ligne pratiques comprenant l’accès au guide TV, la possibilité de regarder des matches de football en direct, et de bavarder avec ses amis voir même avec des célébrités.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com