Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Elections et renouvellement de la classe politique. PANECO : Bernard Kayumba s’est enrôlé dans son fief de la Lukunga

Elections et renouvellement de la classe politique. PANECO : Bernard Kayumba s’est enrôlé dans son fief de la Lukunga

This post has already been read 1465 times!

Il l’avait promis il y a peu. Aujourd’hui, il a tenu parole. Il, c’est Bernard Kayumba, Président National du Parti du Nouvel élan du Congo, PANECO. Accompagné d’une foule immense, l’homme s’est enrôlé hier, dimanche 28 mai 2017 au Centre 10048, au Complexe Scolaire Bambinière dans la commune de Lingwala, dans son fief de la Lukunga, à Kinshasa. Aux yeux de bon nombre des congolais, le Président du PANECO, qui insiste sur le renouvellement de la classe politique congolaise, a du vent en poupe. Cela s’explique, entre autres, par le fait qu’il a franchi, en un temps, le cap de 10 mille fiches d’adhésion. Il a profité de cette occasion et a lancé un appel à la mobilisation générale pour l’enrôlement, surtout à l’endroit de la jeunesse. A en croire ses propos, c’est l’occasion que tout le monde attendait car, pour sanctionner les politiques, il n’y a que le chemin des élections. Insistant toutes les fois sur le renouvellement de la Classe politique congolaise, Bernard Kayumba, Président National du PANECO est déterminé à faire enrôler un grand nombre de la population. C’est dans ce cadre qu’il a voulu prêcher par l’exemple en allant lui-même se faire enrôler.

Accompagné des militants et cadres de son parti qui ont, pour la circonstance, rythmé le rendez-vous par une chaude animation, Bernard Kayumba a connu une matinée politique en avant-goût de grandes mobilisations à venir.

A la sortie de la salle d’enrôlement, celui que les proches surnomment «le Macron congolais » a appuyé son message sur le renouvellement de la classe politique. Il appelle tous les jeunes à s’enrôler pour peser sur les suffrages à accorder aux candidats à tous les niveaux des élections.

Il y a lieu de souligner que par renouvellement, il entend l’avènement du Nouvel homme congolais adapté au rêve de grandeur du pays- continent.

Bernard Kayumba, un centriste

Homme de valeur, doté d’un savoir-faire hors du commun, Bernard Kayumba est ni de la majorité, ni de l’opposition, l’homme se veut centriste. Et en cette qualité, il reste convaincu que les valeurs sociales fondent le socle du développement pour un avenir mérité et non subi. Ainsi donc, s’inspirant de grandes théories de développement, le Paneco prêche un développement endogène, avec la prise en charge des jeunes par l’autonomisation tous azimuts. Se refusant toute anticipation, il a convié la jeunesse à venir suivre ce message qui sera au cœur de la grande communication prévue lors de la sortie officielle au cours du mois de juin 2017 à Kinshasa.

La chance à la jeunesse

Il faut donner aussi la chance à la jeunesse qui est presqu’abandonnée à son triste sort. En tout cas c’est ce que pense Bernard Kayumba qui soutient que les grands défis de la République Démocratique du Congo se constatent et se mesurent dans la durée, dans le long terme. Il s’étonne du fait que la participation de la jeunesse dans les institutions politiques reste insignifiante.  «La paix, la sécurité, le développement économique et humain, la réforme de l’Etat, le renforcement de l’Autorité de l’Etat, etc., sont des objectifs qui transcendent les générations; ce sont des projets d’avenir qui doivent être entamés aujourd’hui, poursuivis demain et mis en œuvre après-demain.

Il est donc primordial que la jeunesse adhère aux projets de société actuels et s’en approprie. Les raisons qui devraient encourager une politique d’insertion des jeunes dans le jeu politique sont multiples. Cependant, les plus simples sont identifiées dans le discours de la jeunesse actuelle. Outre le ras-le-bol de la classe dirigeante actuelle, les jeunes estiment que c’est leur rôle de se préparer à diriger la RDC, de contribuer à l’effort de reconstruction et de développement, de promouvoir les droits citoyens et civiques, etc. Mais sont-ils prêts ? », S’est-il interrogé à haute voix. Réagissant à sa propre interrogation, Bernard Kayumba pense, sans avoir froids aux yeux que les leaders des jeunes sont une réponse pour effacer les contrastes de la vie politique en RDC où les jeunes sont relégués à l’arrière-plan et servent généralement de marchepieds aux dinosaures en devenir. A la lumière de ce qui précède, la population attend, avec impatience, le grand oral de Bernard Kayumba au mois de juin prochain.

Kevin Inana