Développement Social en RDC. Kinshasa: la Banque Mondiale au front!

Développement Social en RDC. Kinshasa: la Banque Mondiale au front!

This post has already been read 1084 times!

Devant la Presse congolaise ce jeudi 1er juin 2017, Maninder Gill, Directeur Général du Développement Social de la Banque Mondiale, a usé de tout son savoir pour présenter l’engagement de la Banque par rapport au Développement Social en RDC. Ce dernier se concentre sur la nécessité de placer les populations au premier plan des processus de développement. Ce domaine est très complexe, a-t-il souligné. Cependant, pour y faire face, il faut programmer les domaines d’intervention. C’est ainsi qu’il a livré quatre secteurs principaux dans lesquels la Banque Mondiale peut intervenir. Il s’agit des secteurs de l’inclusion sociale, de la cohésion sociale, de la redevabilité sociale et de la sauvegarde sociale. Autrement dit, le Développement social favorise l’inclusion sociale des personnes pauvres et vulnérables en leur donnant les moyens d’agir, en bâtissant des sociétés unies et résilientes et en permettant aux citoyens d’accéder à des institutions qui leur rendent des comptes. Il était accompagné de M. Jean  Weetjens et du Directeur pays de la Banque Mondiale en RDC, M. Ahmadou Moustapha Ndiaye.

Il a été face à la Presse congolaise qu’il a trouvée motivée et engagée dans le secteur de développement social et à qui il a invité à sensibiliser et instruire la population congolaise à ce sujet. Bien que trahi par la langue officielle rd. Congolaise,  il a posé les bases principales dans son domaine, qui est le développement social. Dans son intervention d’ouverture, Maninder Gill, Directeur Général du Développement Social de la Banque Mondiale a soulevé quatre secteurs importants qui se complètent lorsqu’il s’agit du développement social. Il a cité les secteurs de cohésion nationale, de l’inclusion nationale, la sauvegarde sociale et la redevabilité sociale. S’agissant du secteur de l’inclusion, il est celui qui s’occupe des populations ou des personnes vulnérables. Il voit aussi comment elles peuvent participer au processus de développement. Les personnes vulnérables visées ici sont, entre autre, ‘’les enfants de la rue’’, des jeunes désœuvrés, les femmes, les personnes vivant avec handicap, les mineurs ainsi que les victimes de toute forme des violences, qu’elles soient conjugales, sexuelles…  Quant au secteur de la cohésion nationale, il concerne tout ce qui a trait aux conflits. Le mode de leur gestion ainsi que de leur prévention tant au niveau national que local. Ici, donc, on cherche à régler pacifiquement des problèmes liés notamment, aux violences domestiques, interpersonnelles dans la vision d’éviter qu’ils n’aboutissent à un conflit. Il y a déjà plusieurs projets, selon M. Maninder dans ce sens, surtout dans les coins touchés par des conflits armés. Le troisième secteur est celui de la rédevabilité sociale. Ici, il s’agit de mettre en place des moyens pouvant faire découvrir à la société ses droits et de la faire doter des capacités pouvant la stimuler à contribuer à la gestion du pays. A titre illustratif, la Banque Mondiale a déjà mis en place un projet qui forme des personnes qui travaillent dans l’élaboration du Budget pour que celui-ci ait une compréhension facile. Et que la population puisse en prendre connaissance. C’est le Directeur-Pays,  Ahmadou Moustapha Ndiaye qui l’a affirmé avant de démontrer que le Budget congolais est toujours élaboré avec une technicité ne permettant pas sa compréhension facile. Le dernier secteur est celui de la sauvegarde sociale ou secteur financier. Du point de vue financier, les différents intervenants ont fait comprendre que la Banque Mondiale intervient tant au niveau du pouvoir public qu’au niveau des secteurs privés.

Pour ce qui concerne les mécanismes pouvant rendre effectifs tous ces 4 secteurs, la Banque Mondiale utilise trois méthodes: l’étude analytique, l’élaboration du projet ainsi que l’approche du développement. C’est-à-dire que, la Banque Mondiale en tant que telle, dans sa double mission, lutter contre la pauvreté et contribuer au développement des pays du monde, elle n’a jamais remplacé ou pris la place d’un quelconque gouvernement. Elle vient toujours soutenir les actions des gouvernements sur base des projets élaborés.  Dans cette perspective, la Banque Mondiale mène des études pour le développement de la RDC. De ce fait, le Directeur-pays invite le gouvernement de tenir compte des conclusions ou encore des recommandations faites par les experts pour contribuer au développement social de la RDC. Il a, aussi, annoncé l’élaboration d’un projet sur Kinshasa, qui prendra en compte les enfants de la rue et les personnes vulnérables.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com