Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Décédée à Tshikapa : Thérèse Ndembu reçoit les hommages dignes d’une mère !

Décédée à Tshikapa : Thérèse Ndembu reçoit les hommages dignes d’une mère !

This post has already been read 1165 times!

Très active et solidaire, Thérèse Ndembu s’était rendue à Tshikapa pour assister aux obsèques de l’un des membres de sa famille. Mère biologique de Cadet Ndanga, journaliste et fondateur du journal Impact New, va rendre l’âme dans des conditions tragiques et ignobles au cours de ce voyage funéraire. Elle a été tuée lâchement, a-t-on appris, avec 150 autres personnes en date du 22 mai dernier, par une milice qui sème la terreur dans l’espace grand Kasaï. En souvenir de celle qui aura été un atout et un tout pour ses enfants, ces derniers ont organisé un culte d’action de grâce le vendredi, 2 juin passé, à l’église Intercommunautaire «Prince de la Paix» où prie Cadet Ndanga, son fils bien aimé. Outre les membres de la famille biologique de l’illustre disparue, il y avait également une forte présence des journalistes, venus, sûrement, réconforter leur confrère qui a perdu un être cher, sa maman chérie.

L’indignation, mais aussi l’espérance  étaient bien visibles dans le chef des membres de la famille de la défunte. Indignation, parce que leur maman, pleine d’énergie, qui incarnait des vertus inépuisables, a trouvé la mort dans des conditions inhumaines.  Malgré cela, ils espèrent en Dieu, car il n’y a que lui, qui est en mesure de rendre à chacun selon ses œuvres. Deux temps forts ont caractérisé ce grand culte d’action de grâce. D’abord, l’assistance qui a été édifiée par l’homélie de Nzuzi Mbala, pasteur titulaire de l’église «Prince de la Paix». Il a délivré un message piquant, qui est tombé à point nommé, pour consoler les cœurs éplorés, suite à la disparition d’une figure emblématique. Dans ses commentaires, il a donné quelques significations autour du concept « la mort ». Pour cet éminent prédicateur, la mort signifierait une menace, un mystère, et une réponse  pour l’homme. La mort, comme menace pour l’homme, puisque c’est un passage obligé. Un mystère pour l’homme, car, ce dernier n’a jamais compris cette réalité. Et, une réponse, c’est suite au péché. Mais, que Dieu dans son amour avait prévu une solution, qui est Jésus –Christ, l’unique à vaincre la mort par sa résurrection.  C’est là que vient l’espérance de ceux qui meurent en Christ. Ainsi, le pasteur a donné l’occasion à tous ceux qui n’ont pas encore donné leur vie en Christ de le faire. Car, seul Jésus garantit une vie meilleure, même dans l’au-delà. D’ailleurs, Jésus appelle la mort sommeil. Et, le second temps a été la lecture de l’oraison funèbre. Une des petites filles de Thérèse Ndembu, Fady Ndembu a venté le rôle combien louable joué par sa grand-mère durant son séjour sur la terre.

Ndanga Cadet, faut-il le rappeler, est le fils de la défunte. Se confiant à la rédaction de votre journal, il a fait savoir à l’opinion que ce grand fléau d’insécurité dans l’espace grand Kasaï n’est pas une illusion. « Les gens meurent effectivement », a-t-il dit. Et de lancer un vibrant appel au gouvernement de la République, afin qu’il prenne au sérieux ce phénomène barbare, pour que la population soit sécurisée et vaque librement à ses occupations.

Francis Sengeyi

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com