Expertise nationale en communication. Professeur Ekambo : ‘’l’Ifasic demeure l’inégalable incubateur‘’

Expertise nationale en communication. Professeur Ekambo : ‘’l’Ifasic demeure l’inégalable incubateur‘’

This post has already been read 946 times!

Il s’est tenu du mercredi 31 mai au samedi 3 juin 2017, dans l’enceinte de l’Ifasic, un colloque qui avait pour thème : «Métiers de communication. Aujourd’hui et demain» organisé par le nouveau comité de gestion piloté par le Recteur de cette alma mater, le professeur Rigobert Munkeni Lapess. C’était à l’occasion de la 44ème année de la création de l’IFASIC à l’époque ISTI et les 40 ans des 1ers diplômes universitaires décernés au Zaïre-Congo (1975/1977). Après trois jours d’échanges intenses entre les anciens et les nouveaux de l’Isti-Ifasic, la clôture a eu lieu le samedi 3 juin dernier. Prenant la parole, le professeur Jean Chrétien Ekambo, le président du comité de recherche de l’IFASIC (CECOM), a relevé les avancées de cette conférence qui avait pour but de faire la jonction entre les anciens et les nouveaux. Ci-après, l’intégralité de son intervention.

En ce moment où s’achèvent les travaux de ce colloque, Co-initié par l’IFSIC et l’Association des anciens de notre Université, le CECOM, notre laboratoire de recherche, s’estime satisfait de cette activité scientifique. Nous espérons que tous se sont aperçus que la thématique de ce colloque demeure d’une actualité éternelle. Tout au long de notre formation, nos éducateurs n’avaient de cesse de nous répéter cette belle intelligence offerte par le journaliste et écrivain du XIXe siècle, jules Gérard JANIN. Cet Académicien avait dit : «le journalisme mène à tout, à condition d’en sortir».

Deux siècles plus tard, l’on se rend compte que, plutôt qu’en sortir à n’importe quelle condition, c’est entrer dans l’espace professionnel de la communication qui est resté ouvert à tout venant. Qui oserait penser, dans nos sociétés contemporaines, à créer un ordre des communicateurs, à l’instar de l’Ordre des avocats ou de l’Ordre des médecins ?

A ce propos, dans son témoignage écrit envoyé depuis paris, le journaliste congolais Lilo, nous a rappelé que, pour l’homme d’aujourd’hui, le fait de détenir une webcam arrive souvent à donner à Monsieur Lambda l’impression de commencer à diriger toute une chaine de télévision.  Ainsi, des métiers qui n’étaient ouverts jusque-là qu’à l’élite de la société ont été brusquement démocratisés. Démocratisés ? Oui, certes. Mais pourquoi ne pas dire aussi «démo-cahotisés». Le monde change ; il mute. Mais, peu de personnes le ressentent. Par exemple, ce sont aujourd’hui les équipementiers qui décident de ce que doit être le niveau standard de la technoculture. Qui d’entre nous ont pu remarquer que  les fabricants ont décidé, d’eux-mêmes, de ne plus jamais annexer les notices de mode d’emploi dans les cartons des nouveaux appareils de téléphone ?

Les équipementiers et les fabricants ont ainsi conduit la planète entière à supposer que chacun des êtres  humains, sur tous les continents, est censé savoir allumer, éteindre ou charger un appareil de communication.

Dans ces conditions, à quoi servaient encore les écoles  de communication ? Et pourtant, dans notre pays, chaque université s’efforce de créer une filière d’études de communication.

L’IFASIC n’entend pas se ranger derrière une mode aussi superficielle. L’essentiel est de répondre à la question cruciale : que faire de mieux dans un environnement sociétal pas très favorable ?

Une bribe de réponse a été perçue pendant ce colloque. Pour les anciens, ce n’est pas tant le nombre élevé d’étudiants qui peut causer problème. Ce qu’il faut privilégier de façon aussi stricte que dogmatique, selon eux, c’est la qualité des candidats à recruter.

L’un d’eux a laissé entendre que, à l’ISTI-IFASIC, les promotions ne s’identifient pas par l’année de sortie mais bel et bien par l’année d’entrée. Autrement dit, par l’année de la réussite au concours d’admission.

La formule particulière adoptée par notre colloque s’est avérée féconde. La flexibilité conférée à la disponibilité de chaque Ancien a permis aux uns et aux autres de se rendre sans contrainte de temps sur leur Avenue Colonel Ebeya n°101. D’autres ont pu envoyer leurs textes de témoignage depuis l’Europe ou l’Afrique.

La matière recueillie au cours de ce colloque est abondante, très abondante. Il nous faudra près d’une année pour l’exploiter et la traiter, avant d’en publier les Actes. Ce document sera mis à la disposition de tous les Anciens, où qu’ils se trouvent. Chacun d’entre eux a le devoir de contribuer à l’amélioration croissante de la qualité de l’expertise nationale en communication, dont l’IFASIC demeure l’Inégalable incubateur.

Professeur Jean Chrétien Ekambo

 

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com