Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Après deux mois de remous. Peloustore : les travailleurs touchent leur décompte final

Après deux mois de remous. Peloustore : les travailleurs touchent leur décompte final
Spread the love

This post has already been read 1496 times!

Ils sont au total quatre vingt sept (87) agents qui ont été révoqués sans motif valable au sein de leurs différents services, indique-t-on. Il s’agit bel et bien des travailleurs de l’alimentation Peloustore. Après deux mois de remous, pour rentrer dans leur droit, leurs voix ont été finalement entendues au niveau de l’Inspection Générale du Travail. Cette instance, qui traite des dossiers liés au conflit entre employés et employeurs, a fini par trancher pour le paiement de leur décompte final. L’opération de paie a débuté lundi, 5 juin 2017 dans les installations de l’IGT, à la Gombe.

A la recherche de l’information fiable et vérifiable, les  reporters du quotidien «La Prospérité» ont approché quelques travailleurs. L’un d’eux, qui a requis l’anonymat, explique qu’ils ont  été révoqués parce que  cette alimentation est dans un processus de faillite et elle est incapable de continuer avec les effectifs  habituels.

«Nous n’avons rien fait. Nous sommes révoqués parce que la hiérarchie nous a dit que la société n’est pas à mesure de payer les travailleurs», dixit un autre travailleur. «J’ai travaillé dans cette alimentation pendant huit ans. On nous a révoqués sans le décompte final. Nous avons revendiqué nos droits, mais nos décomptes finals n’étaient pas bien calculés  par rapport aux années que chaque travailleur a passées au sein de cette entreprise. Le 3 juin dernier, nous étions là pour exiger nos droits. Raison pour laquelle, on nous a dit que le dossier est entre les mains des Inspecteurs. C’est pour cela que nous sommes ici pour que nous touchions notre décompte final», a-t-il ajouté. Ce, avant de déplorer le fait qu’ils ont des familles qui sont abandonnées  et pendant ces deux mois de manque de travail, ils ont souffert  pour survivre.

« J’ai vraiment peiné pendant ce temps. J’ai des enfants qui étudient et je dois payer le loyer et il y a aussi d’autres besoins. J’attends que je touche mon décompte final, cela me permettra de liquider différents dossiers», a souligné un travailleur avant la paie. Il y a lieu de noter que l’Inspection Générale du Travail  a pris la charge de payer le décompte final de chaque travailleur selon sa durée, afin que la situation revienne au calme.

Christine Ngalula