Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Nouveau PCA de la SINELAC. Ruzizi II : Ingele Ifoto en appelle à des options courageuses pour fiabiliser cette centrale

Nouveau PCA de la SINELAC. Ruzizi II : Ingele Ifoto en appelle à des options courageuses pour fiabiliser cette centrale

This post has already been read 1471 times!

Bukavu, la capitale provinciale du Sud-Kivu, a accueilli, jeudi 22 juin 2017, les travaux de la 25ème  Assemblée Générale Ordinaire de la Société internationale d’électricité des pays des Grands Lacs, SINELAC. A l’occasion, Jean-Marie Ingele Ifoto, ci-devant Ministre Rd congolais de l’Energie et Ressources hydrauliques, a été porté à la tête du Conseil d’Administration de ladite société, en remplacement de M. Côme Manirakiza, ministre de l’Energie et des Mines du Burundi. Dans sont mot de circonstance devant ses pairs rwandais et burundais ainsi que de tous les participants, Ingele Ifoto Jean-Marie a relevé que la SINELAC est une des matérialisations de la volonté commune des Etats parties, entendez la RDC, le Rwanda et le Burundi, visant à développer la coopération énergétique dans la sous-région des Grands Lacs.

‘‘Notre présence ce jour, témoigne si besoin en était, de l’importance capitale que revêt l’amélioration qualitative et quantitative de l’accès à l’électricité, en vue de booster le développement socio-économique de nos Etats respectifs’’, a déclaré le Ministre Ingele, avant d’attirer l’attention des participants sur la vétusté des équipements de RUZIZI II, lesquels, martèle-t-il,  appellent à une réhabilitation urgente. Qui, plus est, s’impose comme une absolue nécessité et les efforts doivent être conjugués pour qu’elle soit opérationnelle dans les meilleurs délais. Ingele Ifoto a saisi cette opportunité pour inviter les participants à ces travaux, à mener des profondes réflexions devant déboucher sur des solutions durables permettant de réhabiliter la Centrale hydroélectrique communautaire RUZIZI II, dont l’une des machines se trouve actuellement en arrêt.

A l’en croire, les études s’y rapportant sont presque terminées. Ainsi, il a suggéré que soient levées des options courageuses en vue de fiabiliser cette centrale dont l’importance de son fonctionnement n’est plus à démontrer. Vieux de 28 ans, les groupes et équipements de cette centrale, selon le rapport y relatif, n’ont jamais subi une révision. Ce qui impacte négativement sur l’exploitation de ladite Centrale. D’où, l’appel du ministre Rd congolais de l’Energie et Ressources hydrauliques à « la réhabilitation urgente » de cette centrale pour garantir une fourniture continue de l’énergie électrique aux trois sociétés nationales d’électricité. Le nouveau PCA de la SINELAC souligne que «l’amélioration qualitative et quantitative de l’accès à l’électricité va booster le développement socio-économique de nos Etats-respectifs ».

Ruzizi II : l’Assemblée générale se prononce

L’Assemblée générale a noté l’urgence de la réhabilitation et de la fiabilisation de la Centrale. Ce, après avoir suivi une présentation sur l’état de cette dernière et sur l’état d’avancement des études de réhabilitation et des réformes institutionnelles.

Au nombre des décisions prises, l’Assemblée générale recommande à la SINELAC et à l’EGL « d’accélérer le processus déjà engagé tout en veillant à la séparation de Ruzizi I et Ruzizi II en tant qu’entité dont les propriétaires et organes de décision sont différents».

Pour parer à la situation d’urgence, les membres de l’Assemblée demandent à identifier les priorités des travaux, sur base des études existantes, à financer sur fonds propres et proposer un plan de financement y relatif à soumettre à l’Assemblée générale dans un mois à compter du 22 juin 2017. Sur base de ce rapport, ils détermineront la date de l’Assemblée générale extraordinaire.

Outre la présentation et l’approbation du rapport du Conseil d’Administration pour l’exercice 2016, la nomination statutaire a constitué un des temps forts de cette réunion. Le Rwanda et le Burundi ont nommé leurs mandataires. Pour la RD Congo, le ministre le ministre de l’Energie a promis de le faire incessamment, le temps d’étudier le dossier.

242 137,1 MWh en 2016

Selon le rapport de l’exercice 2016, malgré des conditions d’exploitation difficiles, la SINELAC a enregistré une bonne performance en 2016 et a atteint une production de 242 137,1 MWh sur une prévision de 210 GWh pour la première fois, soit un dépassement  de 12,6% par rapport aux prévisions et de 16,86% par rapport à la production de 2015. Ceci résulterait de la bonne pluviométrie enregistrée au courant de l’année et de l’entretien régulier de l’outil de production.

Un des organismes spécialisés de la CEPGL (Communauté économique des pays des Grands Lacs), la SINELAC a pour mission, l’exploitation de la Centrale hydroélectrique Ruzizi II et la commercialisation de l’énergie électrique produite, aux pays membres. Ce, à travers les Sociétés nationales d’électricité (REGIDESO au Burundi, Snel en RDC et EUCL au Rwanda). La SINELAC est née de la convention signée en 1983 par les chefs d’Etat membres de la CEPGL en vue de contribuer à l’intégration économique de la région des Grands Lacs, l’un des objectifs principaux de la CPGL.

Allocution de son Excellence Monsieur Ingele Ifoto

– Excellence Madame la Secrétaire d’Etat chargée de l’Eau et de l’Energie de la République du Rwanda,

– Excellence Monsieur le Ministre de l’Energie et des Mines de la République du Burundi,

– Monsieur le Gouverneur de la Province du Sud-Kivu,

– Monsieur le Représentant du Secrétaire Exécutif Permanent de la CEPGL,

– Messieurs les Directeurs Généraux des Sociétés Nationales d’Electricité de la CEPGL,

– Madame, Messieurs les Membres du Conseil d’Administration de SINELAC,

– Madame, Messieurs les Commissaires aux Comptes de la SINELAC,

– Messieurs les Membres du Comité de Direction de la SINELAC,

– Distingués Invités,

– Mesdames, Messieurs,

De prime à bord, je voudrais m’acquitter d’un agréable devoir, celui de souhaiter la bienvenue à mes homologues du Rwanda et du Burundi ainsi qu’à leurs délégations respectives, ici à Bukavu, chef-lieu de la Province du Sud-Kivu, en République Démocratique du Congo pour prendre part aux travaux de la 25ème  Assemblée Générale Ordinaire de la SINELAC. J’adresse également mes salutations à l’endroit tant des participants que des divers invités ici présents dans cette salle, en leurs qualités et titres respectifs.

En effet, la SINELAC est une des matérialisations de la volonté commune de nos Etats visant à développer la coopération énergétique dans la sous-région des Grands Lacs.

Notre présence ce jour, témoigne si besoin en était, de l’importance capitale que revêt l’amélioration qualitative et quantitative de l’accès à l’électricité, en vue de booster le développement socio-économique de nos Etats respectifs.

C’est ici le lieu de faire état de la vétusté des équipements de RUZIZI II, lesquels appellent à une réhabilitation urgente.

Il convient d’indiquer que cette réhabilitation s’impose à nous comme une absolue nécessité et les efforts doivent être conjugués pour qu’elle soit opérationnelle dans les meilleurs délais.

Pour ce faire, j’invite les participants à ces travaux, à mener des profondes réflexions devant déboucher sur des solutions durables permettant de réhabiliter la Centrale hydroélectrique communautaire RUZIZI II, dont l’une des machines se trouve actuellement en arrêt.

A ce propos, je me fais le devoir d’affirmer que les études s’y rapportant sont presque terminées, c’est pourquoi je suggère que nous levions des options courageuses en vue de fiabiliser cette centrale dont l’importance de son fonctionnement n’est plus à démontrer.

Dans ce contexte, j’exhorte le Conseil d’Administration de la SINELAC de s’approprier les réformes institutionnelles, en préparation, de les examiner en profondeur et de s’assurer qu’elles sont en adéquation avec les textes fondateurs de la société.

S’agissant d’autres points saillants, handicapant le fonctionnement harmonieux de la SINELAC, non abordés dans mon exposé, je fonde l’espoir qu’ils feront l’objet des discussions au cours des présentes assises et que des solutions idoines seront envisagées.

Je ne saurai terminer mon adresse sans rendre un vibrant hommage à nos Chefs d’Etat, j’ai cité leurs Excellences Monsieur Paul KAGAME, Monsieur Pierre KURUNZINZA et Monsieur Joseph KABILA KABANGE, respectivement Présidents de la République du Rwanda, du Burundi et de la République Démocratique du Congo, lesquels ont permis la relance de la coopération sous-régionale et ce, au mieux des intérêts de leurs populations respectives.

– Excellence Madame la Secrétaire d’Etat chargée de l’Eau et de l’Energie de la  République du Rwanda,

– Excellence Monsieur le. Ministre de l’Energie et des Mines de la République du Burundi,

– Monsieur le Gouverneur de la Province du Sud-Kivu,

– Monsieur le Représentant du Secrétaire Exécutif Permanent de la CEPGL;

– Messieurs les Directeurs Généraux des Sociétés Nationales d’Electricité de la CEPGL,

– Madame, Messieurs les Membres du Conseil d’Administration de SINELAC,

– Madame, Messieurs les Commissaires aux Comptes de la SINELAC,

– Messieurs les Membres du Comité de Direction de la SINELAC,

Distingués Invités,

Mesdames, Messieurs,

Tout en souhaitant pleins-succès à ces assises, je réitère mes souhaits de bienvenu à nos hôtes pour les travaux de la 25ème  Assemblée Générale Ordinaire de la SINELAC.

Que vive la coopération sous-régionale entre le Rwanda, le Burundi et la R.D.Congo

Que vive le développement énergétique.

Je vous remercie.