Au cours d’un déjeuner d’échange. RDC : la Grande-Bretagne plaide pour le vote de la loi sur la planification familiale

Au cours d’un déjeuner d’échange. RDC : la Grande-Bretagne plaide pour le vote de la loi sur la planification familiale

This post has already been read 141 times!

En marge du sommet International sur la planification familiale qui se tiendra le 11 juillet prochain à Londres, l’Ambassade de Grande-Bretagne en RD. Congo a organisé hier, jeudi 6 juillet 2017, un déjeuner d’échange sur  la planification familiale. C’était en la résidence de l’Ambassadeur à la Gombe. Ce sommet,  qui sera organisé en partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) et la Fondation Bill et Melinda Gates, aura pour objectif d’encourager les gouvernements à opérer le choix de sorte que les femmes et les filles puissent avoir accès aux méthodes modernes de planification familiale. Il sera également question d’inviter tous les pays où la planification est très importante pour l’avenir ainsi que tous les partenaires internationaux qui peuvent aider ces pays à relever les défis  dans ce domaine. En effet, la Grande- Bretagne est fière d’accompagner la RD. Congo dans ce domaine non seulement avec  de l’argent, mais aussi rassembler tous les pays qui sont impliqués dans ce secteur.  En organisant ce sommet, l’idée est  aussi d’augmenter l’engagement de tous les pays, y compris la RD. Congo  pour avancer dans la planification familiale.

Dans son discours de circonstance, Graham Zebedee, Ambassadeur de Grande-Bretagne a indiqué que le  sommet international sur la planification familiale aura pour objectif d’encourager les gouvernements à opérer le choix le plus judicieux qui existe : celui de faire en sorte que les femmes et les filles puissent avoir accès aux méthodes modernes de planification familiale.

Et d’ajouter que la planification familiale améliore la santé des femmes et des filles ainsi que celle de leurs enfants. Elle permet également aux filles de mener à terme leurs études et d’accéder ainsi à des meilleures opportunités économiques. La planification familiale, dit-il, donne aux femmes et aux filles l’opportunité de pouvoir décider quand elles souhaitent faire des enfants afin de changer la trajectoire du développement socio-économique d’un pays et le tirer de la pauvreté.

Profitant de cette occasion, il a  salué les efforts fournis par le gouvernement de la RD. Congo pour d’avoir déboursé un million de dollars américains en 2016 pour l’achat des contraceptifs et 2,5 millions de dollars qui ont été alloués dans le budget 2017 en faveur de la planification familiale.

«J’encourage le gouvernement de faire de son mieux pour que la loi sur la planification familiale qui est au parlement soit rapidement votée», a-t-il insisté.

PF : un problème de tous

Par ailleurs, l’Ambassadeur de Grande Bretagne a souligné que la planification familiale est un problème de tous, raison pour laquelle chacun doit agir maintenant et non demain. A l’en croire, 60% des adolescentes dans les pays en voie de développement dont l’âge varie entre 15 et 19 ans sont sexuellement actives. Cependant, leurs besoins en contraceptifs ne sont pas satisfaits. Si nous ne faisons rien, dit-il, pour répondre à leurs besoins ; elles risquent de se retrouver dans le même cycle de pauvreté que celui vécu par leur parents.

Pour M. Mukengeshayi, Secrétaire Général à la Santé, le sommet sur la planification familiale sera une grande rencontre  pour échanger sur la santé de la reproduction. Ce sera aussi une occasion pour la RD. Congo, à travers le Ministre de la santé publique, d’expliquer les engagements réalisés par son pays en vue de réduire la mortalité très élevée des mères, des nouveau-nés, des enfants et même des adolescents. Parmi ces engagements, il a cité l’existence d’une ligne budgétaire sur la planification familiale. Il y a eu aussi le décaissement d’un million de dollars en 2016 pour l’achat des contraceptifs. Ensuite, la loi sur la planification familiale qui sera légiférée dans les prochains jours. Pour lui, c’est aussi une occasion de sensibiliser tous les partenaires afin de travailler en synergie dans la mobilisation des ressources pour arriver à infléchir la situation par rapport à la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant où la mortalité est élevée. La planification est connue comme une intervention à haut impact. D’où, il faudrait la mettre en œuvre pour arriver à un impact en termes de réduction de la mortalité.

Christine Ngalula

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com