Clé magique !

Clé magique !

This post has already been read 9550 times!

Ça y est. L’on n’en sait exactement bien sur les raisons qui ont poussé Vital Kamerhe, l’un des acteurs majeurs de l’Accord de la cité de l’Union africaine, à donner le dos à la réunion tenue au palais du peule par Aubin Minaku, Président de l’Assemblée nationale, lundi 3 juillet 2017. En l’absence de son collègue du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, cette réunion convoquée à l’initiative du Chef de l’Etat, Joseph Kabila, avait débouché à la validation des mandats des délégués au Conseil National de Suivi de l’Accord, CNSA. Quelles sont ces raisons ? La première, c’est que Kamerhe considère qu’il y a défaut de qualité dans le chef des personnes interfaces qui devaient présider ladite réunion. Ils sont parties prenantes et ne peuvent se substituer. En second, défaut de qualité des délégués devant procéder à la désignation du Président du CNSA. Par principe de parallélisme de forme, il ne voit pas ces délégués agir, alors que pour Etienne Tshisekedi, le consensus s’était dégagé entre toutes les composantes. Or, tel que cela a été fait, il se pose un grave problème d’inclusivité. Bien plus, il s’agit aussi d’une grave entorse, parce que la procédure suivie marche sur la lettre et l’esprit de l’Accord de la Saint Sylvestre, sur lequel s’appuient ceux qui mijotent la mise en place de cette institution. C’est dire que la voie qui conduit à ce faire est bouchée. Comme tel, il faut une clé magique, pour la déboucher. Sinon que c’est la crise qui s’installe à nouveau dans le processus de transition en République Démocratique du Congo. Pareille au pavé que la Commission Electorale Nationale Indépendante vient de jeter dans la marre. En effet, dans une récente déclaration, Jean-Pierre Kalamba, Rapporter adjoint de la Centrale électorale, a affirmé qu’il serait un leurre d’attendre le fichier électoral au 31 juillet prochain. De quoi taper sur la tête de ceux qui ne jurent que par ça, considérant qu’en octobre interviendra la convocation de l’électorat et les élections à fin décembre 2017. Que va-t-il se passer, alors que la CENI vient de se dédire ? A moins que le Rassemblement/Limete, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) ainsi que l’église catholique se rétractent. Sinon, début août, avaient-ils prévenu, ce sont des actions de rue et autre désobéissance civique qui seront au rendez-vous. Le tout, pas pour le bonheur des Congolais qui attendent les élections à fin décembre, tout comme pas des turbulences, parce que frappés par une crise économique sans nom. Alors que faire, pour remédier à ces vicissitudes ? Nécessairement une clé magique. Qu’est-elle cette clé magique ? Des analystes parlent d’une évaluation sans complaisance de l’application de l’Accord du 31 décembre 2016. Cela implique que les parties prenantes aux discussions directes du Centre Interdiocésain puissent se retrouver autour d’une table, et définissent la nouvelle marche. Qui va initier la démarche dans un environnement de crise mutuelle persistante ? Si à la Majorité présidentielle, le Chef de l’Etat, Joseph Kabila, a d’ores et déjà évoqué la question du dialogue permanent, à l’opposition radicale, cette hypothèse est exclue d’office. Alors, qui viendra aider les deux camps à regarder dans la même direction ? La question mérite son pesant d’or. Une dose de bonne volonté politique des uns et des autres, serait la véritable clé magique, pour une suite heureuse.

La Pros.    

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com