Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Attention, danger !

Attention, danger !

This post has already been read 4699 times!

Nul doute. Après 57 ans d’existence comme Etat souverain et indépendant, la République Démocratique du Congo, pays de Patrice Emery Lumumba, se trouve dans les tourments. Mieux, elle connaît une situation explosive, si pas gazière sans précédant, si jamais l’on ne prenait des précautions pour la sécuriser. Encore que la fumée est perceptible à l’horizon décembre 2017. L’avis est celui de plusieurs analystes sérieux, qui ont réussi à passer au crible la situation sociale, économique, politique, mais aussi religieuse tant à Kinshasa, la capitale, qu’à l’intérieur de notre beau, grand et vaste pays, au cœur de l’Afrique. En effet, le social des congolais se passe de tout commentaire. Encore qu’il est difficile pour lui de nouer les deux bouts du mois, avec un pouvoir d’achat qui est continuellement en train de péricliter, sans que les autorités du pays ne sachent quel bouton ou levier actionner de façon à lui redonner sourire. A cela, s’ajoute, au plan économique, la hausse des prix des biens de consommation qui, à elle seule, suscite une surchauffe et une pression sans précédant dans l’opinion. Le cas des fonctionnaires de l’Etat qui menacer de débrayer d’ici peu, si jamais la paie de ce mois n’intègre l’indexation du taux du dollar évalué à 1.425 FC le dollar est illustratif à plus d’un titre. Se signalent aussi dans le lot, les professeurs d’université, les médecins, les infirmiers. Au plan religieux, il est avéré que la crise de confiance entre notamment, l’église catholique et l’Etat congolais ne fait l’ombre d’aucun doute. Il suffit de considérer les prises de positions des uns et des autres dans les médias pour s’en convaincre. Par ailleurs, c’est la situation politique qui est venue asséner un coup de massue à la charpente. En effet, les élections tant attendues, renvoyées sine die, à la suite de la déclaration du Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), offrent tout aussi des perspectives sombres en décembre prochain. Il n’est donc pas loin de considérer l’appel lancé par certaines organisations de la société civile pour une mobilisation citoyenne au 31 juillet prochain, pour des manifestations pacifiques. C’est la date fixée préalablement par la CENI pour publier le fichier électoral. Il n’en sera pas le cas. Ainsi, cette mobilisation a comme toile de fond, rappeler qu’il n’y a pas lieu d’accorder une seconde à Joseph Kabila au-delà de décembre 2017, exiger de la CENI la publication du calendrier et du fichier électoral, mais aussi dire non à la fluctuation constante du Franc Congolais et à l’insécurité. S’il est vrai que les manifestations publiques restent jusque là interdites, la détermination affichée par ceux-là qui vont battre le macadam ne saurait pas ébranler celle de la police nationale congolaise. Or, il est connu qu’au moindre attroupement, ses éléments se déploient. Et, les résultats, généralement, se déclinent en termes de bilan, parfois macabre dans les deux camps. N’est-il donc pas opportun de prévenir les uns et les autres, en leur disant attention, danger ! Pourquoi ? Parce que les motivations des manifestants ne seront pas toujours appréciées à leur juste valeur par la police. Autant que cela le sera pour la police. Car, chaque fois que celle-ci intervient, c’est toujours du mauvais goût des autres.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com