Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

La course !

La course !

This post has already been read 5359 times!

Qu’est-ce qui se passe exactement à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) ? Pourquoi son président, Corneille Nangaa, s’illustre-t-il dans des déclarations qui sont parfois loin de donner une minute de sommeil aux Congolais ? Difficile de répondre à la question. Tantôt, c’est l’annonce avec pompe de la publication du calendrier pour l’élection des Gouverneurs dans 11 provinces de la République notamment, l’Equateur, le Kwilu, la Mongala, le Bas-Uélé, le Haut-Katanga, le Kasaï central, la Tshopo, le Tshuapa, le Haut-Lomami et le Sud-Kivu. Tantôt, c’est le report qui est à l’ordre du jour et, tantôt c’est le revirement. En effet, il a été annoncé le report hier, même, avant qu’une autre annonce, captée sous la toile, ne vienne recadrer les choses, en indiquant que la centrale électorale allait s’y livrer finalement dans la soirée. Ce qui a été fait dans le JT de la RTNC de 20 heures. Désormais, la course est engagée pour prendre la direction de l’Exécutif provincial, du moins dans les onze provinces qui ont connu des perturbations sérieuses de fonctionnement. Au-delà du chronogramme, qui va du 21 juillet au 26 août 2017, jour de l’élection des Gouverneurs et Vice-Gouverneurs, il faut dire qu’il s’est passé beaucoup de choses dans la gestion des provinces issues du processus de démembrement. Les unes ont brillé par une confusion sans pareille entre les Exécutifs et les Assemblées provinciales. Il est des provinces où les Gouverneurs ont été sérieusement malmenés dans le cadre du contrôle parlementaire. Leur gestion étant jugé peu orthodoxe, ils ont été soumis au feu des motions de censure, puis évincés ; laissant ainsi derrière eux une situation délétère, où ce sont des vice-Gouverneurs qui assumaient l’intérim. Fait qui ne devait pas normalement se faire, parce qu’à l’Exécutif provincial, c’est un ticket, Gouverneur et vice-Gouverneur. Comme qui dirait, si le Gouverneur tombe, avec lui le vice-Gouverneur. Il est aussi des provinces, où les Gouverneurs déchus, ont été réhabilités par la Cour Constitutionnelle, mais qui continuent à trimbaler dans la capitale ou dans leur fief avec les Arrêts de la Cour constitutionnelle, qui ne sont pas pour une fois exécutoires et opposables à tous. Un autre Gouverneur a tout simplement été empêché d’embarquer à bord d’un aéronef, pour joindre son fief.  Avec cette publication du calendrier de l’élection des Gouverneurs, l’on peut donc bien considérer qu’il s’agit d’une étape franchie par la CENI, qui a agi après une saisine du Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, après le constat de dysfonctionnement à la tête de l’Exécutif de certaines provinces. Là n’est pas le problème. Pendant que les autorités de la centrale électorale se frottent les mains, dans l’opinion l’on se triture les méninges pour comprendre ce que veut cette institution d’appui à la démocratie. « Pourquoi la CENI entretient-elle pareille confusion, au point de publier un calendrier pour l’élection des Gouverneurs, alors que le peuple Congolais et la communauté internationale attendent le calendrier électoral pour l’élection présidentielle et les législatives nationales ?», a fait savoir un membre de la LINELIT. Qu’importe donc ce qui peut être soutenu, la CENI, elle, a fixé l’opinion et ceux qui sont intéressés à s’engager dans la course.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com