Nouveau cadre !

Nouveau cadre !

This post has already been read 10240 times!

Ce mois d’août qui va finissant, parce que tirant sa révérence dans presque 12 jours, à partir de ce samedi, offre un spectacle pour le moins ignominieux, avec des grèves dans presque tous les secteurs clés de la vie nationale. Excepté les Régies financières où le Gouvernement, par le biais du Ministre des Finances, Yav Mulang, a ordonné, depuis le mardi dernier, la paie de la rétrocession de 5% sur les recettes réalisées aux mois de juin et juillet 2017, les médecins, infirmiers, fonctionnaires, professeurs d’université ont même durci leur mouvement de grève. C’est parce que leurs revendications n’ont pas encore trouvé un écho favorable. Si cette situation, somme toute délétère, perdure jusqu’au mois de septembre, elle se mêlerait à tant d’autres dont certaines seront à connotation politique. En effet, dès le 1er septembre, le Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement, Rassop/Limete, exige de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) la publication du calendrier électoral ; une façon de faire monter la pression. Un autre fait qui ne peut passer inaperçu, parce que déjà le 3 septembre prochain, la même méga plateforme projette d’organiser un grand meeting populaire. Si le lieu et l’heure ne sont pas encore fixés, il reste aussi à se demander si les intéressés ont ou vont obtenir le quitus de l’autorité urbaine de la ville-province de Kinshasa. Ou, au contraire, celle-ci va s’y opposer au motif de l’interdiction qui frappe la tenue des activités politiques dans la ville, ou encore au motif de l’insécurité qui a paralysé toutes les activités dans la capitale le lundi, 7 août dernier, suite aux événements malheureux et sanglants provoqués par les Bundu dia Mayala de Ne Muanda Nsemi. Et, par ailleurs, toute analyse sans complaisance conduit à soutenir que la journée du 4 septembre qui, correspondant à la date de la rentrée scolaire sur l’ensemble du territoire, sera tributaire de ce qu’aura été le jour de meeting de cette méga plateforme. Point n’est donc besoin de se leurrer. S’il y a des échauffourées, vite tout le monde se blottirait chez soi. Le mois de septembre, en République Démocratique du Congo, va charrier d’autres événements, non de moindres. Outre le meeting et la rentrée scolaire, il y a le Conseil National du Travail, qui aura le mérite, si besoin en est, de plancher sur la situation salariale des fonctionnaires et de toutes les autres catégories. Au courant du même mois, la rentrée parlementaire qui relancera la question de l’adoption des lois essentielles et de la loi organique sur le Conseil National de Suivi de l’Accord (CNSA). Et, pendant ce temps, l’on n’attendra de New York, la Résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur la crise en RDC. De cette dernière, la crise, lieu de comprendre que les protagonistes sont loin de parler le même langage, en dépit de quelques tentatives de rapprochement de vue, à travers les deux dialogues qui se sont tenus respectivement à la Cité de l’Union africaine, à Ngaliema, et au Centre interdiocésain de la Gombe. Puisque les signaux, indubitables, montrent l’impossibilité de la tenue des élections à fin décembre 2017, raison de pouvoir imaginer un nouveau cadre pour évaluer l’accord qui tombera caduc. Et là, les mêmes questions vont refaire surface notamment, le format, le lieu, la qualité des participants, la durée et l’organe de suivi pour veiller à l’exécution des résolutions qui y seront prises. C’est la trame qui attend les acteurs politiques congolais.

La Pros.

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com