This post has already been read 551 times!

En marge de sa 17ème session élective

ECC : le synode national invite Kabila à veiller au respect de la Constitution

Ils étaient tous réunis en session élective du 14 au 19 août au Centre d’Accueil Mgr Shaumba, à la Gombe, en vue de réfléchir sur l’avenir de l’Eglise et sur la situation sociopolitique qui prévaut actuellement en RDC. Il s’agit de Messeigneurs, Révérends, Pasteurs,  membres du Synode national de l’Eglise du Christ au Congo qui, aux termes de leurs travaux, soit le 19 août, ont produit une déclaration dont une copie  volante a été récupérée sur la toile. Pour les membres du Synode national de l’ECC, la situation du pays ne s’est pas améliorée, mais s’est plutôt empirée. D’où, plusieurs recommandations ont été formulées. Tout en félicitant le Président de la République, Joseph Kabila Kabange, pour les avancées sur l’accord du 31 décembre 2016, qui ont abouti à la nomination du Premier Ministre Bruno Tshibala et à la mise en place du CNSA, il lui demande de veiller au respect de la Constitution, en tenant compte de l’Accord de la Saint sylvestre. Mais aussi, à ce que les services de sécurité soient réellement au service de la population. Ci-dessous, l’intégralité du message du Synode national de l’ECC.

MESSAGE DU SYNODE NATIONAL DE L’EGLISE DU CHRIST AU CONGO (ECC) FACE A LA SITUATION SOCIOPOLITIQUE ACTUELLE EN RD. CONGO

Texte biblique : 1 corinthiens 3,10-11

Peuple de Dieu,

Face à la situation sociopolitique qui prévaut actuellement dans notre pays, la République Démocratique du Congo ;

Conscients de la mission confiée par le Seigneur Jésus Christ, notre Sauveur ;

Devant la Nation  et l’histoire ;

Nous, membres effectifs du Synode National de l’Eglise du Christ au Congo, réunis en session ordinaire du lundi 19 août 2017au Centre d’Accueil Mgr Dr.  Shaumba à Kinshasa/Gombe pour la 17ème  session ordinaire, avons examiné la situation sociopolitique de notre pays, la RD. Congo ainsi que celle de notre Eglise et avons constaté ce qui suit :

La situation de notre pays ne s’est pas améliorée contrairement à nos attentes depuis la dernière déclaration du Comité Exécutif du mois de mai 2017 ;

Les trois éléments majeurs qui freinent encore la poursuite du processus de démocratisation en RDC sont l’insécurité quasi-totale à travers le territoire national, l’instabilité politique et la précarité de la vie des populations congolaises.

  1. La recrudescence de l’insécurité : l’Eglise du christ au Congo est consternée à la montée des violences perpétrées par les groupes armés qui sèment la terreur, la mort et la désolation au peuple de Dieu.

Ces actes ignobles, souvent accompagnés des viols des femmes et de petites filles, ont endeuillé les populations congolaises sur toute l’étendue du territoire national particulièrement à l’Est du pays (Nord-Kivu, Sud-Kivu, Maniema, Tanganyika) et très récemment le Kasaï. De milliers de familles sont en perpétuel déplacement, fuyant les affrontements entre les groupes armés eux-mêmes, et entre ceux-ci et FARDC, etc.

  1. La mésentente continuelle des acteurs politiques.

Celle-ci est traduite par les contradictions et les divisions internes au niveau des regroupements politiques aussi bien de la majorité que de l’opposition. La tendance au non-respect de la constitution de la République avec toutes les conséquences qui s’en suivent. Dès lors, l’instabilité des acteurs politiques devient manifeste ;

  1. La paupérisation des populations de plus en plus, les populations congolaises endurent des souffrances liées à la baisse très sensible de leur pouvoir d’achat face à la dévaluation de la monnaie nationale. Nombreuses sont les familles qui ne peuvent plus subvenir à leurs besoins primaires, fautes de moyens financiers. Les fonctionnaires de l’Etat ainsi que les enseignants ne savent plus couvrir leurs besoins et ceux des membres de leurs familles. Le marché d’emploi étant trop réduit, le chômage est très élevé et les jeunes gens sont abandonnés à leur triste à la fin des études. Dans la recherche de survie, ils sont à la merci des forces négatives et du banditisme qui les prédisposent ainsi à la culture du gain facile et de la loi du moindre effort. L’agriculture est de plus en plus abandonnée à cause de l’insécurité. les villes deviennent surpeuplées car cette insécurité dans les villages provoquent l’exode rural.

Ainsi, dans le souci ardent d’accomplir notre devoir d’éclairer le peuple de Dieu, les femmes et les hommes épris de paix et de bonne volonté ; et de les encourager à aller de l’avant pour bâtir un  Congo nouveau et meilleur, nous nous en remettons aux différentes instances ci-dessous :

  1. La Présidence de la République ;
  2. Le Gouvernement de la République ;
  3. les deux chambres du Parlement ;
  4. Le Pouvoir Judiciaire ;
  5. Les services de sécurité
  6. La Commission Electorale Nationale Indépendante ;
  7. Les acteurs de la politique
  8. la communauté internationale ;
  9. Les chefs de confessions religieuses ;
  10. Les médias
  11. Le peuple congolais
  12. La Présidence de la République

Le Synode, tout en félicitant le Président de la République pour les avancées sur l’accord du 31 décembre 2016 qui ont abouti à la nomination du Premier Ministre Bruno Tshibala et à la mise en place du CNSA (Conseil  National de Suivi de l’Accord et du processus électoral)

  • Le Synode demande au Président de la République Chef de l’Etat, Garant de la nation et de toutes les institutions de tout mettre en œuvre et  veiller au respect de la Constitution tout en tenant compte de l’Accord du 31 décembre 2016 ;
  • En tant que Commandant suprême des FARDC de garantir l’unité nationale et la sécurité du pays et de veiller à ce que l’Armée, la police et les autres services de sécurité soient réellement au service de la population ;
  • En tant que symbole de l’unité nationale, de veiller au bon fonctionnement des institutions ;
  • De prêter une oreille attentive aux différentes revendications des uns et des autres et de trouver des solutions durables aux conflits opposant les différentes parties du processus démocratique en RDC.
  1. Le Gouvernement de la République

– le Synode félicite le Gouvernement d’avoir accompagné la CENI en lui fournissant les moyens nécessaires pour l’enrôlement des électeurs et l’encourage à continuer  son action  pourvoyeuse jusqu’à la fin de l’enrôlement dans les provinces démembrées issues du Kasaï ;

– Demande de poursuivre ses efforts en vue de bannir tous les phénomènes des groupes armés, de terrorisme urbain en RDC, afin de garantir une sécurité maximale aux populations ;

– Améliorer le social des agents de l’Etat en particulier et de toute la population en général, en augmentant leurs revenus mensuels ;

– De mettre en place un environnement favorable (juridique, politique, économique et sécuritaire) permettant aux congolais  et plus particulièrement, aux jeunes et femmes de créer des PME, facteurs essentiels du décollage économique du pays ;

– De mettre en application avec rigueur les mesures prises en vue de juguler la crise liée à la dépréciation monétaire ;

– De s’investir davantage dans la réhabilitation et la construction des routes de dessertes agricoles et des voiries urbaines pour l’évacuation des produits agricoles et forestiers et pour rendre la circulation fluide.

– De promouvoir l’entreprenariat privé et améliorer la politique d’investissement ;

– De créer des opportunités d’emploi  pour réduire le taux de chômage en RDC.

  1. Les deux chambres du Parlement

Le synode recommande de :

  • Voter dès la rentrée parlementaire du mois de septembre 2017 la loi organique portant organisation, fonctionnement et attributions du Conseil National de Suivi de l’Accord et du Processus Electoral pour permettre à cette institution de jouer pleinement son rôle :
  • Mettre à la disposition de la Ceni les lois nécessaires pour l’organisation des élections libres, équitables, transparentes et paisibles ;
  • Voter les lois et textes réglementaires relatifs à la décentralisation, lesquels textes et lois sont en souffrance dans les deux chambres.
  • Le pouvoir judiciaire

Le synode demande que :

  • La justice soit appliquée de manière à décourager tous les semeurs des troubles dans le pays, plus particulièrement les terroristes. L’impunité est souvent à la base du dérapage observé dans différents coins de notre pays ;
  • Les magistrats, en tant que Ministre de Dieu, continuent à rendre la justice avec impartialité et ne se laissent pas corrompre ;
  • Les installations pénitentiaires soient améliorées et le phénomène d’évasion des prisonniers à répétition soit éradiqué à travers toute la République en y affectant des éléments de sécurité, de la police appropriée et bien formés en la matière ;
  1. Les services de sécurité

Le synode demande :

  • A la PNC de sécuriser les personnes et leurs biens sans discriminations et en mettant fin aux violences des groupes armés et à la criminalité à l’intérieur du pays comme dans la Capitale, conformément à l’article 182 de la Constitution, adapter ses méthodes aux nouvelles techniques et tactiques utilisées par les ennemis du peuple et groupes terroristes qui sévissent la population ;
  • Aux FARDC de continuer à défendre l’intégrité du territoire national et des frontières conformément à l’article 187 de la Constitution ;
  • Aux services de sécurité de jouer efficacement leurs rôles par le respect des principes des droits
  1. La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI)

Le synode :

  • Félicite la Ceni pour le travail déjà abattu dans le cadre de l’enrôlement des électeurs pour avoir atteint, présentement, la barre de 39 millions d’électeurs et l’encourage à poursuivre l’opération jusqu’aux provinces restantes, notamment le Kasaï et la Lomami ;
  • Encourage encore la CENI d’aller de l’avant jusqu’à la tenue effective des élections que nous voulons tous crédibles, paisibles et transparentes.
  1. les acteurs politiques

Le synode national demande aux acteurs politiques de :

  • Privilégier l’intérêt supérieur de la nation au détriment des intérêts individuels
  • Eviter l’instabilité politique par le respect des idéologies politiques et économiques ;
  • Eviter des discours haineux, divisionnaires, incendiaires et l’apologie du terrorisme ;
  • S’investir de manière effective dans l’éducation civique de la population ;
  • Expliquer de mieux en mieux à leurs militantes et militants le contenu global de l’Accord conclu grâce à la facilitation de la Cenco en ce qui concerne plus particulièrement le chapitre IV relatif au processus électoral, et qui stipule : « les parties prenantes conviennent  de l’organisation des élections en une seule séquence présidentielle, législatives nationales et provinciales au plus tard en décembre 2017.  Toutefois, le Conseil National de Suivi de l’Accord et du Processus électoral, le Gouvernement et la CENI peuvent  unanimement apprécier le temps nécessaire pour le parachèvement desdites élections.
  1. 8. La Communauté Internationale

Le synode national de l’ECC demande aux organisations internationales et régionales comme l’Union Européenne, l’Union africaine, la SADC, la CEEAC, la CIRCL etc.

  • De veiller à la paix et à la concorde en vue d’accompagner la RDC dans sa volonté d’aller aux élections apaisées ;
  • De maintenir la cohésion avec la CENI, d’éviter des contradictions avec celle-ci et d’appuyer ses efforts déjà consentis pour l’organisation desdites élections par l’enrôlement de plus de 96% du territoire national.
  1. 9. les Chefs des Confessions religieuses

Le synode  recommande  aux  chefs des confessions religieuses de :

  • Continuer à travailler dans l’Unité pour le bien du peuple de Dieu
  • Continuer à organiser des prières pour la paix dans notre pays et pour l’heureux aboutissement du processus électoral ;
  • Demeurer neutres, et s’abstenir de prendre position pour l’un ou l’autre parti ou regroupement politique comme « l’église au milieu du village » pour bien jouer leur rôle prophétique.
  1. les médias

Le synode demande de :

  • S’interdire de lancer des messages populistes, partisans, incendiaires et haineux qui peuvent susciter des violences de tout genre ;
  • Travailler désormais et davantage l’éducation civique des masses ;
  • Informer objectivement le peuple en évitant d’être des médias de la haine ;
  • Former leurs journalistes en journalisme sensible aux conflits en vue de les éviter ;
  • Permettre au CSAC de faire convenablement son travail sur les médias aussi bien officiels que privés.
  1. 11. Le peuple congolais

Le synode lui demande de :

  • Améliorer ses relations avec la police, les militaires et les services de sécurité en tout temps, en tout lieu et en n’importe quelle circonstance ;
  • se préparer pour les élections apaisées et responsables afin de se choisir, le moment venu, les dirigeants dignes de leur confiance ;
  • Ne pas céder à la manipulation de qui que ce soit ;
  • Dénoncer les foyers et les actes de violations que subissent les populations et toute autre tentative tendant à compromettre la paix sociale ;
  • Travailler chacun dans son domaine afin de prendre une part active au développement du pays ;
  • Continuer à prier pour notre pays conformément aux écrits de la Bible dans 1 Thessaloniciens 5 :17 :

Priez sans cesse », Jérémie 29 :7 : «  Recherchez le bien de la ville où je vous ai menés en captivité (mais nous, nous sommes libres et nous sommes chez nous) et priez l’Eternel en sa faveur parce que votre bonheur en dépend »

Que l’Eternel Dieu bénisse la RDC,

Que l’Eternel Dieu bénisse le peuple congolais,

Que l’Eternel Dieu bénisse l’ECC !

Sur ce, je déclare clos les travaux de la 17ème session du synode national au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

Pour le synode national de l’ECC

Mgr Unda Yemba Gabriel

Modérateur National

Rév. Dr Bokundoa bo Likabi André

Représentant Légal et Président National

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com