Ça passe vite !

Ça passe vite !

This post has already been read 13276 times!

L’ancien Chef de l’Etat Congolais, (zaïrois, à l’époque de son règne), a totalisé 20 ans sous terre hier, jeudi, 7 septembre 2017. Comme qui dirait ça passe vite. Et même très vite. Non sous la terre de ses ancêtres, parce qu’il a été inhumé dans un lieu appelé « carré chrétien du Maroc», au Royaume chérifien du Roi Hassan II, lui-même aussi décédé. Mobutu Sese Seko Kuku Ngbendu Waza Banga, le dernier Maréchal Président de l’Afrique, l’homme à la toque du Léopard avec, à son actif, 32 ans de règne à la tête d’un pays immensément riche, mais pour une population d’une extrême pauvreté, s’en était allé un certain 7 septembre 1997, en exil, alors chassé du pouvoir le 17 mai 1997 par l’AFDL, un «Conglomérat d’aventuriers’’, dixit Laurent Désiré Kabila, son successeur. Il aura vécu, cet homme qui a su imprimer son idéologie, le Mobutisme, son credo, le recours à l’authenticité qui a consisté à bannir les noms étrangers, pour les remplacer par ceux puisés dans le patrimoine culturel zaïrois, l’abandon du port de la veste, de la cravate pour l’Abacost etc. Sur le plan politique, Mobutu avait instauré la dictature, mieux la pensée unique qui s’était cristallisée autour d’un quatuor : « Tata bo moko, ekolo bo moko, parti bo moko, Mokonzi bo moko ! ». L’Aigle de Kawele, autrement appelé, s’était battu pour l’unité de son pays, au point qu’un zaïrois n’avait pas à tourner ses méninges pour habiter une province qui n’est pas sa province d’origine. Son esprit de grandeur l’avait poussé à faire rayonner le pays dans les grandes instances internationales de prise de décision. Au-delà de son aura, Mobutu, chassé du pouvoir, voit son corps toujours à l’étranger. Le retour de ses restes, reste encore sujet à caution. Les tractations entre sa famille biologique et le pouvoir en place n’ont jamais abouti à quelque chose de concluant. Même la recommandation de l’Assemblée nationale quant à ce, est restée sans lendemain. Qui l’eut cru ? Voilà que Mobutu n’est pas seul à voir son corps être enterré à l’étranger. Si Mobutu était originaire de l’ex province de l’Equateur, Moïse Tchombe, ex premier ministre, était de l’ancienne province du Katanga. Alors en exil en Algérie, poussé par la force des choses, il y mourra et y sera inhumé.  D’ailleurs, très peu de gens évoquent son cas et, aucune instance, même dans son Katanga natal, n’initie une procédure du genre. C’est au point qu’un analyste s’est permis de soutenir que le Congo, RDC, est un pays dont le sol refuse d’accueillir ses propres fils.

A ce jour, soit 7 mois après, le Sphinx de Limete, Feu Etienne Tshisekedi, au-delà de sa notoriété, due essentiellement à son long combat politique pour la démocratie et le respect des droits, n’est toujours pas enterré. La querelle autour de la date du rapatriement de son corps, du lieu des obsèques et de son inhumation étant déjà solutionnée par des rencontres entre la famille biologique et politique, d’une part, et le Gouvernement de la République, d’autre part, les Congolais n’attendent que soit annoncée la date du rapatriement de la dépouille de l’illustre disparu. Sinon, le cas est en voie de se répéter. Qui l’eut cru ?

La Pros.

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com