Forum des femmes congolaises sur la résolution 1325 Nathalie Kambala en appelle à la synergie de toutes les femmes

Forum des femmes congolaises sur la résolution 1325  Nathalie Kambala en appelle à la synergie de toutes les femmes

This post has already been read 283 times!

La fondation PANZI organise, du 12 au 14 septembre 2017, au Centre Wallonie-Bruxelles de Kinshasa, à la Gombe, un forum des femmes congolaises sur la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Ce forum qui réunit toutes les structures importantes des femmes du pays, pour une mobilisation concrète en vue de voir leur quota être revu à la hausse. Elles ont voulu revoir la situation de la femme en RDC, au regard de cette résolution, voir les enjeux, le bilan et les perspectives d’avenir. 

Bien que les autorités du pays, invités à prendre part à ce forum, ont décliné l’invitation, mais la grande représentation des femmes venue de tous les coins du pays ont répondu à l’appel de la fondation PANZI. L’objectif était clair et bien défini. Il fallait mobiliser, sensibiliser et conscientiser toutes ces femmes qui peuvent influencer la prise de décisions au pays.

Toutes celles qui occupent une position stratégique, quelle soit de la société civile, dans la politique ou dans les domaines des affaires, afin de réaliser un grand front commun, pour faire entendre leurs voix dans notre pays.

L’une d’entre elles, Mme NATHALIE KAMBALA, qui vient de la province du Kasaï, avec son association « La femme, main dans la main pour le développement du Kasaï », explique ce qui suit : «On s’est réuni à ce jour, en marge d’une conférence qui s’annonce au Kasaï, où prendra part le Chef de l’Etat, le Gouvernement central, les notables du Kasaï et les chefs coutumiers de ce coin du pays. Encore que l’ordre du jour sera essentiellement axé sur la recherche de la paix dans les cinq provinces qui constituent le grand Kasaï. D’où vient que nous voulons faire participer tout le monde à la résolution des conflits qui ont surgi suite au phénomène Kamuina Nsapu. Mais, nous avons constaté qu’à chaque fois qu’il y a médiation, les autorités n’associent pas les femmes dans les discussions. C’est la raison pour laquelle, avec le concours de nos amies femmes qui sont venues de différentes zones, nous voulons qu’ensemble, nous puissions déposer un document ou une déclaration, pour dire que cette fois-ci, notre voix puisse être entendue et prise en compte, vu que chaque fois qu’il y a des conflits, ce sont toujours les femmes qui sont victimes. Il y a des violences sexuelles, des tueries, et les femmes vivent et accouchent dans la brousse. Donc, nous voulons par cette occasion, si nous qui sommes femmes, puissions nous mettre ensemble, afin d’élaborer un document qui exige que dans les institutions à venir, la femme puisse être représentée au moins à 30%, pourquoi pas à 50%, qu’elles participent aussi à la recherche de la paix». Par ailleurs, elle a préconisé que les femmes travaillent en synergie, s’il y a moyen, de faire des actions à impact visible, dans toutes les zones du pays, qu’elles poursuivent et parlent  des mêmes objectifs. «Que les femmes soient unies comme un seul corps et nous pourrons bien avancer »,a-t-elle conclu.

Clément kirongozi

 

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com