Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Un des valables descendants de King Kester Emeneya : Ntenga–Ntenga porte très haut l’étendard de la Sape

Un des valables descendants de King Kester Emeneya : Ntenga–Ntenga porte très haut l’étendard de la Sape

This post has already been read 969 times!

* «Il était comment ? Bien coiffé, bien parfumé, bien sapé… » avaient coutume de scander deux Icônes de la musique congolaise moderne et Rois de la Sape, King Kester Emeneya et Papa Wemba, qui ont créé ce monde des artistes à leur image. Dans la lignée de ses deux idoles, le jeune sapeur Ntenga-Ntenga arrivé fraichement de Matadi dans la province du Kongo-Central, nous a replongés dans cet art de bien s’habiller que l’illustre Stervos Niarkos baptisa «Religion Kitendi». Pourquoi seulement «les léopards de la Sape» du Député national Zacharie Bababaswe font des tournées en Europe et pas les jeunes sapeurs du Kongo-Central ?, s’interrogeait Ntenga-Ntenga qui a saisi cette opportunité pour solliciter un soutien de pouvoirs publics de la RDC. C’est en plein Boulevard Triomphal dans la commune de Kasa-Vubu, à Kinshasa, que ce descendant d’Evala Malakozi, Kwangolo Zonso, Muntuwa Zamani, Docteur Honoris Causa, … King Kester Emeneya, qui continue de porter toujours haut l’étendard de la Sape, a répondu à une série de  questions au travers de  l’interview, fort intéressante, que voici.

Entretien

Le grand sapeur Ntenga-Ntenga, parlez-nous des relations que vous entreteniez avec King Kester Emeneya et Papa Wemba, deux Super Stars qui ont quitté cette Terre des hommes 

Feu King Kester Emeneya a toujours été mon idole. Il était un grand artiste musicien reconnu mondialement qui excellait aussi dans l’art de bien s’habiller. Il en est de même pour Papa Wemba. Comme l’aîné Emeneya nous le disait, c’est le défunt Niarcos qui les avait initiés, lui et Papa Wemba, dans cet art de l’habillement. « Ceci du cuir, ceci du lin, ça c’est du blouson, etc. » leur enseigna-t-il. Nous autres aussi, qui formons ce qu’on appelle «Gouvernement Jet 7», avons emboîté le pas à ses précurseurs de la Sape dans notre pays, la RD Congo. A vrai dire, la «Religion Kitendi» tire ses origines de la province du Kongo-Central où était située la toute première capitale du Congo-Belge, en l’occurrence, Vivi. L’habillement faisait partie de la culture de nos ancêtres. Nous qui sommes nés à Matadi, la plupart de nos parents étaient des marins qui se rendaient régulièrement en Europe, le berceau et temple de l’habillement, et qui nous ramenaient des tenues vestimentaires «griffées». En quête des meilleurs habits confectionnés par des couturiers de renommée internationale, Papa Wemba et King Kester Emeneya venaient régulièrement se ravitailler dans le Kongo-Central, à Matadi notamment,  auprès de notre aîné «Cartouche – Mocartana» qui a aussi évolué au sein de l’orchestre Victoria Eleison avant de s’installer en Europe. Dernièrement en tournée à Matadi, le vieux Cartouche nous a encouragés à ne jamais renoncer à l’idéologie léguée par Emeneya Nkwamambu, Papa Wemba et Stervos Niarkos : «Kitendibotika te !»

A l’heure actuelle, c’est qui le leader de la Sape dans le Kongo Central ?

C’est bien moi Ntenga-Ntenga qui suis le représentant légal des sapeurs du Kongo-Central. Pendant les obsèques de l’ancien Gouverneur de l’Equateur, papa Koyagialo, j’étais venu représenter le Kongo-Central. Je suis le tout premier sapeur qui est entré et qui a suscité une grande effervescence à l’Interfédéral du Parti du Peuple pour la Démocratie et la Reconstruction (PPRD), ici, à Kinshasa.  Lors du défilé à l’occasion des festivités du 30 juin à Matadi, le Président de la République, Son Excellence Joseph Kabila Kabange, était très émerveillé par la présence des sapeurs dont je suis le leader. Après avoir jeté un œil sur ses chaussures et sur celles que nous on portait, le Chef de l’Etat demanda au Gouverneur Jacques Mbadu Situ : «C’est qui ces gens-là ?» Et le Gouv lui a répondu que ce sont les sapeurs de la province du Kongo-Central qui font la fierté du pays.

Avez-vous un témoignage particulier concernant le Colonel Carl Lewis Kinzumba Nkokila ?

A l’époque où il était encore Major, je me souviens que Carl Lewis Kinzumba avait fait du bon boulot dans la ville de Boma. Il était écouté et très adulé par la population. Par la suite, le Général Raüs avait recouru au Major Carl Lewis pour restaurer la paix dans la ville de Matadi. Encore une fois, il avait très bien accompli sa mission dans le chef-lieu de la province du Kongo-Central. Aujourd’hui, il est Colonel toujours au sein de la Police nationale congolaise. C’est le Général Raüs, le Colonel Thierry, le Colonel Carl Lewis et autres qui ont fait en sorte que le nombre d’accidents sur la National n°1 suit réduit sensiblement. Humblement, je demande à sa hiérarchie d’élever davantage le Colonel Carl Lewis Kinzumba Nkokila parce qu’il fait du bon travail et qu’il a laissé des empreintes indélébiles dans le Kongo-Central. Hormis ses loyaux services pour le compte de l’Etat, Carl Lewis est aussi un des nôtres dans le monde de l’habillement, de la Sape. N’oubliez pas qu’il est un jeune frère au défunt Grand Prêtre King Kester Emeneya.

Avez-vous un message à adresser aux autorités et aux autres sapeurs ?

Je commence par saluer le Président de la République, le Raïs Joseph Kabila, qui est le premier sapeur de notre pays. Je lui demande de ne ménager aucun moyen pour faire avancer notre culture de la sape. Je salue aussi Maman Olive Lembe Kabila dit «la Mère des opprimés.» Maman souviens-toi des accueils toujours très chaleureux que nous te réservons ainsi qu’à notre Papa Joseph Kabila dans la province du Kongo-Central. Comme conseil à prodiguer à mes compatriotes, sachons aimer et respecter nos autorités parce que « tout pouvoir vient de Dieu ». Enfin, je lance un vibrant appel pour que les sapeurs du Kongo-Central, qui font aussi la fierté de la RDC, soient aussi associés aux différents voyages qu’effectuent les «léopards de la sape», nos frères de Kinshasa, à l’extérieur du pays. En tant que descendant valable de King Kester Emeneya, lui-même descendant d’Abraham et de Moïse, moi Ntenga-Ntenga, je demande aux jeunes de vivre dans la paix et l’unité et de porter toujours très haut le drapeau de la République démocratique du Congo, notre beau pays. Merci beaucoup.

Propos recueillis par James Mpunga Yende