Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Les enjeux de l’après 31 décembre 2017. FENAPHACO : les PVH proposent une transition de 6 mois

Les enjeux de l’après 31 décembre 2017. FENAPHACO : les PVH proposent une transition de 6 mois

This post has already been read 1030 times!

Le  jeudi 28 septembre 2017, Me Patrick Pindu-di-Lusanga, Coordonateur national de la Fédération nationale des Associations des Personnes Vivant avec Handicap du Congo (FENAPHACO), a donné le point de vue des PVH face aux enjeux politiques de l’heure.  Constatant que l’Accord de la Saint sylvestre souffre de sa non application, les PVH, se présentant en sapeur pompier, proposent une nouvelle et dernière transition de six (6) mois après le 31 décembre 2017 pour organiser les élections Présidentielle, Législatives nationales et provinciales avant le 30 juin 2018.  Bien avant cette transition, les PVH proposent, également, la tenue d’un Conclave Politique inclusif restreint de 10 jours avec une sérieuse implication de la Communauté Internationale pour sauver la RDC. Car, indique Me Patrick Pindu : ‘’nous sommes dans une situation des institutions illégitimes,  hors mandat et sans légalité. Lesquelles institutions ont été sauvées vers fin 2016 par l’Accord de la CENCO prévoyant l’organisation des élections au 31 décembre 2017’’. 

‘’Notre pays la RDC traverse une situation très difficile pour ne pas dire catastrophique. Sur ce, un conclave politique inclusif de 10 jours avec une sérieuse implication de la Communauté Internationale et des Nations Unies, comme une instance de discussion des questions d’intérêt commun qui réunit, sous forme de forum ou d’Assemblée, toutes les différentes composantes représentatives de la nation, semble être perçu comme nécessité incontournable pour extirper de manière pacifique et honorable, la RDC de ses nombreuses crises récurrentes’’, a insisté Me Patrick Pindu. Et d’ajouter qu’il y ait signature d’une charte de ce conclave politique entre les acteurs politiques de la MP et de l’Opposition, de la Société civile  ainsi que les représentants de la Communauté Internationale.

Non seulement que les PVH ont dit « oui » à une transition de 6 mois en RDC après le 31 décembre 2017, mais elles disent « non » aux animateurs de ces institutions de ladite transition pour être des candidats aux prochaines élections de 2018.

En effet, les PVH proposent la mise en place d’un Gouvernement d’union nationale de 35 membres, et qui sera dirigé par le Président du Rassemblement de l’Opposition radical/Limete. Cela, sous la vigilance d’un comité international d’accompagnement de la transition et du suivi des résolutions dudit conclave politique national inclusif.

Vote semi-électronique

Après analyse approfondie sur la déclaration de la CENI voulant instaurer le vote semi-biométrique aux prochaines échéances électorales en RDC,  les PVH ont estimé impossible un scrutin électoral électronique qui consiste  à voter à distance par un ordinateur connecté, par borne Internet, sur un ordinateur d’un bureau de vote, sur ordinateur d’une circonscription ou par un téléphone cellulaire.

Face à toutes ces exigences d’un vote électronique, la FENAPHACO exhorte la CENI et le Gouvernement de la République à orienter leurs efforts et les moyens financiers existants vers le scrutin avec le bulletin à papier afin d’organiser les élections sans envisager le vote semi-électronique. Car, indique-t-elle, outre l’assurance des résultats électoraux plus rapide et plus fiable, les inconvénients et risques paraissent plus nombreux quant au vote semi-électronique.

Affaire passeport biométrique

En ce qui concerne l’invalidation des passeports semi-biométriques, les personnes vivant avec handicap appellent le Vice-ministre Aggée Matembo à annuler sa décision qui risque, d’après Me Patrick Pindu, de compromettre le voyage de certains d’entre les personnes handicapées, prévu après le 16 octobre 2017. ‘’C’est avec beaucoup d’indignation et de regret que nous avons appris cette nouvelle. Nous demandons l’annulation de cette mesure dans un délai de dix jours. Sinon, les PVH seront obligées de descendre sur le terrain pour revendiquer leurs droits’’, a souligné Me Patrick Pindu-di-Lusanga, Coordonateur national de la Fédération Nationale des Associations des Personnes vivant avec Handicap du Congo (FENAPHACO).

Jules Ntambwe