Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence. ESU : Steve Mbikayi lance officiellement les opérations d’inscription !

Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence. ESU : Steve Mbikayi lance officiellement les opérations d’inscription !

This post has already been read 1038 times!

*Le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, M. Steve Mbikayi, a procédé hier, jeudi 12 octobre 2017, au lancement officiel des opérations d’inscription à la Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence de l’ESU, BSN-ESU. C’était au Salon Bleu de l’Immeuble Intelligent, à Kinshasa/Gombe, devant les chefs d’établissements, les coordonnateurs des étudiants et plusieurs autres invités de marque. Une démarche qui s’inscrit dans la vision du Chef de l’Etat, Joseph Kabila, axée sur les actions tendant à améliorer le social du peuple congolais et revaloriser certaines filières scientifiques moins fréquentées, alors que celles-ci sont essentielles pour hisser la RDC au rang des pays émergents. ‘‘Il n’est un secret pour personnes que le développement est aujourd’hui, bien plus qu’hier, tributaire de la maîtrise de la science et de la technologie. Or, le recours à ces domaines autour desquels gravitent la technologie de pointe et les innovations scientifiques, implique que les jeunes soient très bien formés dans les filières des sciences exactes et pures’’, a soutenu le Ministre. C’est donc une initiative qui prône l’égalité de chance à tous les jeunes diplômés des humanités, en visant en même temps une émergence endogène. Car, indique le Ministre de l’ESU, il est injuste qu’un élève intelligent puisse abandonner les études par manque de moyens. Ainsi, Steve Mbikayi mobilise-t-il tous les chefs d’établissements de l’Enseignement Supérieur et Universitaire en vue d’un accompagnement accru de cette bourse innovante.  

La BSN-ESU, il convient de le préciser d’entrée de jeu, est destinée notamment, aux diplômés d’Etat en général, plus particulièrement à ceux issus des familles modestes et aux orphelins, et tant d’autres diplômés désirés de continuer les études universitaires et capables d’embrasser les filières concernées, entre autres, les mathématiques, la chimie, la physique, la pharmacie, la biologie, l’histoire, le latin.

A en croire le Ministre de l’ESU, tout est parti d’un constat, à savoir : certaines filières sont remplies d’étudiants au moment où il y a fuites des cerveaux dans d’autres.

«Si en Droit, Communication, et autres filières universitaires les étudiants manquent des places, dans les domaines scientifiques et technologiques les places manquent les étudiants…ce programme vise à favoriser la revalorisation de certaines filières qui tendent à disparaître, et aussi pour améliorer les conditions de vie sociale de certains», a indiqué Steve Mbikayi.

Opérationnalisation de la Bourse

Il sied de signaler que ladite Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence dispense les bénéficiaires au paiement des frais d’inscription et frais académiques. Cela, afin d’acquérir les compétences en vue de servir la communauté congolaise pour participer au développement du pays.

Conditions d’attribution

Conformément à l’arrêté ministériel 020 du 11 octobre 2017, portant création de la Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence, les candidats désirant  poursuivre les études universitaires doivent respecter les conditions suivantes : accepter de poursuivre les études universitaires dans les filières dictées par l’autorité de tutelle ; passer un concours sur les mathématiques, le français et la dissertation ; se placer en ordre fut-il en fonction des places disponibles ; être uniquement exempté du paiement des frais d’inscription et frais académiques ; étudier dans un établissement situé dans le lieu de résidence et, enfin, ne pas reprendre l’année académique pour pouvoir continuer à bénéficier la bourse de l’année suivante.

Chronogramme des activités

Les activités sur la Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence se présentent comme suite : du 13 au 21 octobre, c’est la période prévue pour la publicité dudit programme ; du lundi 23 au mardi 31 octobre, procédure d’admission, réception des candidatures ; du mercredi 1er au samedi 4 novembre, organisation du concours dans  toutes les conférences provinciales ; du lundi 6 au mercredi 8 novembre, correction au niveau des conférences provinciales et transmission des résultats au ministère ; du jeudi 9 au samedi 11 novembre, compilation et affichage des résultats de listes des candidats ayant réussi et, enfin, lundi 31 novembre des cours pour les boursiers 2017-2018.

Pour ce faire, Steve Mbikayi a, au vu de tous les chefs d’établissements congolais, signé une note circulaire portant création de ladite Bourse. D’où, il a appelé tous les chefs des établissements concernés par l’application de ladite Bourse, de bien accompagner et matérialiser le projet de Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence qui s’aligne sur le social du peuple congolais.

La Pros.

 

ALLOCUTION DE CIRCONSTANCE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET UNIVERSITAIRE

Cérémonie de lancement officielle de                                                                         la Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence

Kinshasa, Salon Bleu

  • Excellences ;
  • Madame le Secrétaire Général à l’Enseignement Supérieur et Universitaire ;
  • Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etablissements ;
  • Mesdames et Messieurs les Membres des Comités de Gestion ;
  • Messieurs les Responsables des Services Spécialisés du Ministère ;
  • Mesdames et Messieurs les membres du Personnel académique, scientifique et administratif des Etablissements de l’Enseignement Supérieur et Universitaire ;
  • Mesdames et Messieurs les Directeurs-Chefs de service de l’Administration Centrale ;
  • Camarades étudiantes et étudiants ;
  • Mesdames et Messieurs de la Presse ;
  • Mesdames et Messieurs en vos titres et qualités respectifs ;

C’est avec un réel plaisir que j’ai l’honneur de procéder en ce jeudi 12 octobre 2017 au lancement officiel du Programme de la Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, BSNE-ESU en sigle.

Il s’agit d’une initiative qui a vu le jour dès mon arrivée à la tête du Ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire et dont le bien-fondé s’est confirmé lors de mes échanges avec les Autorités académiques des Etablissements, notamment lors de ma tournée effectuée dans la Ville de Kinshasa en février dernier.

Les Etablissements de l’Enseignement Supérieur et Universitaire ont entre autre pour mission de participer au progrès de la société en permettant que, par la formation et la recherche, les étudiants formés acquièrent les compétences nécessaires au développement du Pays.

Il n’est un secret pour personnes que le développement est aujourd’hui, bien plus qu’hier, tributaire de la maitrise de la science et de la technologie. Or, le recours à ces domaines autour desquels gravitent la technologie de pointe et les innovations scientifiques, implique que les jeunes soient très bien formés dans les filières des sciences exactes et pures.

Le constat fait est qu’il est extrêmement difficile de trouver sur le marché de l’emploi de bons enseignants dans des matières telles que les Mathématiques, la Physique, la Chimie et la Biologie, le Latin, l’Histoire, la Géographie, etc. Cet état des choses constitue une préoccupation fondamentale pour notre Société qui aspire, selon la vision du Chef de l’Etat, à devenir une Nation émergente à l’Horizon 2030.

Cet objectif ne pourra pas être atteint ni approché si des mesures ne sont pas prises dès aujourd’hui pour garantir à notre jeunesse une formation de qualité dans les secteurs cités ci-haut.

C’est pour cette raison que j’ai décidé de mettre en œuvre le Projet de Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence de l’Enseignement Supérieur et Universitaire.

L’objectif de cette Bourse est de favoriser la revalorisation de certaines filières qui ont été désertées par les étudiants dans nos Etablissements et qui tendent à disparaître. Il s’agit également de contribuer à l’amélioration des conditions sociales de notre jeunesse. Raison pour laquelle la Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence cible dans un premier temps les jeunes issus de familles modestes, les orphelins et les filles, mais aussi tous les jeunes désireux d’embrasser les filières sélectionnées et qui rempliront les conditions d’attribution.

Comme je l’ai annoncé lors de la cérémonie de présentation de l’Instruction académique n° 019, le 07 octobre dernier, les bénéficiaires de cette Bourse seront exemptés du paiement des frais d’inscription et des frais académiques. Ils seront encadrés et suivis à la loupe jusqu’à la fin de leur deuxième cycle.

Au cas où le budget alloué au Ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire le permettrait, ils seront, à l’issu d’un concours, sélectionnés et envoyés pour continuer la recherche dans des pays les plus industrialisés en vue de favoriser l’importation du savoir et du savoir-faire scientifiques et technologiques, indispensables au développement de notre Pays.

L’organisation et les conditions d’octroi de cette Bourse sont déterminées dans l’Arrêté Ministériel n° 0120 du 11 octobre 2017 ainsi que dans la Note Circulaire n°       /MINESU/CAB.MIN/SMM/BLB/2017 que j’ai signée ce jour à l’intention des Chefs d’Etablissements et dans laquelle sont contenues les directives en vue de la mise en œuvre de la Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence. Ces deux documents seront portés à votre connaissance au cours de cette cérémonie de lancement.

Mesdames et Messieurs,

L’un des paris que nous devons relever par l’instauration de cette Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence est celui d’affirmer et réaffirmer notre capacité, contre vents et marées, en dépit de la situation difficile que traverse notre Pays, à maintenir nos liens de solidarité et de cohésion nationales.

Si d’autres pays accorder des bourses à leurs nationaux pour étudier à l’étranger, si d’autres pays peuvent accorder des bourses à nos concitoyens pour qu’ils aillent poursuivre des études dans des Etats amis ; pourquoi ne pourrions-nous pas nous aussi soutenir et accompagner certains de nos jeunes qui désirent suivre une formation universitaire ? Ces jeunes qui bénéficieront de la solidarité nationale sur la base du critère de l’excellence seront empreints de cette nouvelle citoyenneté que nous prônons et à laquelle nous convions la jeunesse congolaise.

C’est pour cette raison que je tiens à exprimer ma profonde gratitude envers Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, qui a encouragé cette initiative qui s’inscrit bien dans sa vision d’un développement endogène, c’est-à-dire qui s’appuie sur les ressources humaines nationales. Je remercie également Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, qui a manifesté un intérêt soutenu pour ce Projet qui entre dans la Feuille de route du Gouvernement de la République en alliant les aspects de formation des élites et de solidarité nationale pour le développement.

J’invite toutes les parties prenantes qui vont prendre part à la réalisation de ce Projet de s’investir afin de le consolider et d’en garantir la pérennisation.

Je termine mon allocution en souhaitant un franc succès à la Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence !

Que vive la jeunesse congolaise !

Que vive la Solidarité Nationale Congolaise !

Que vive la République Démocratique du Congo !

Je vous remercie !

Steve MBIKAYI MABULUKI

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire,

 

Vu la Constitution, telle que modifiée par la loi n° 11/002  du 20 janvier  2011, portant révision de certaines dispositions de la Constitution de la République Démocratique du Congo du 18 février 2006, spécialement en ses articles 90 et 93 ;

Vu la Loi-Cadre n° 14/004 du 11 février 2014 de l’Enseignement National ;

Vu l’Ordonnance n°16/071 du 29 septembre 2016 portant organisation et fonctionnement des organes d’Administration de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, spécialement en ses articles 4 et 83 ;

Vu l’Ordonnance n° 17/004 du 07 avril 2017 portant nomination d’un Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;

Vu l’Accord Politique Global et Inclusif du Centre Interdiocésain de Kinshasa du 31 décembre 2016 ;

Vu l’Arrangement Particulier du 27 avril 2017 relatif à la mise en œuvre de l’Accord Global et Inclusif du Centre Interdiocésain de Kinshasa, spécialement en ses articles 2, 3 et 10 ;

Vu l’Ordonnance n° 17/005 du 8 mai 2017 portant nomination des Vice-Premiers Ministres, des Ministres d’Etat, des Ministres, d’un Ministre Délégué et des Vice-Ministres ;

Vu le Décret n° 12/024 du 19 juillet 2012 portant organisation et fonctionnement des Cabinets Ministériels ;

Vu l’Ordonnance n° 17/024 du 10 juillet 2017 portant Organisation et Fonctionnement du Gouvernement, Modalités Pratiques de Collaboration entre le Président de la République et le Gouvernement, ainsi qu’entre les Membres du Gouvernement ;

Vu l’Ordonnance n° 17/025 du 10 juillet 2017 fixant les attributions des Ministères, spécialement l’article 1er, litera B point 27 relatif au Ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire ;

Considérant que certains finalistes du Secondaire chôment faute de moyens financiers suffisants pour supporter leurs études ;

Considérant que certaines filières dans les Etablissements d’Enseignement Supérieur et Universitaire risquent d’être supprimées par manque de candidats alors qu’il y a pléthore dans d’autres ;

Considérant la nécessité de revaloriser lesdites filières qui constituent un atout majeur pour le développement de la science et de la technologie au niveau national ;

Considérant la nécessité de faire participer les Etablissements de l’Enseignement Supérieur et Universitaire à la dynamique de la solidarité nationale ;

Considérant la nécessité d’être solidaire aux enfants de familles modestes en les mettant dans un contexte d’égalité de chance en matière d’accès à une formation supérieure ;

Considérant la nécessité d’encourager les jeunes filles à embrasser les filières scientifiques et technologiques ;

Vu la nécessité et l’urgence ;

ARRETE :

Article1er : Il est créé une Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence de l’Enseignement  Supérieur et Universitaire, « BSNE-ESU » en sigle, en République Démocratique du Congo.

Article 2 :     La Bourse de Solidarité Nationale de l’Enseignement Supérieur et Universitaire s’entend comme un mécanisme qui permet au bénéficiaire d’étudier pendant son premier et son deuxième cycles dans un établissement d’Enseignement Supérieur ou Universitaire sans payer les frais académiques.

La bourse couvre, en totalité, les frais d’inscription et les frais académiques.

Article 3 :    Sont éligibles à la Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence de l’Enseignement Supérieur et Universitaire (BSNE-ESU) les diplômés des Humanités prêts à embrasser les filières scientifiques et technologiques, et toute autre filière désertée par les étudiants. Priorité est donnée aux diplômés des humanités venant des familles modestes, aux orphelins et aux filles.

Article 4 :     Les candidats à la Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence de l’Enseignement Supérieur et Universitaire passent un concours portant sur les mathématiques, le français et la dissertation, organisé par une commission instituée par le Ministre de tutelle. Sont retenus, les candidats qui se placent en ordre utile en fonction du nombre de places disponibles.

Article 5 :     Les bénéficiaires de la Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence de l’Enseignement Supérieur et Universitaire étudient dans leurs lieux de résidence. Ceux qui changent de lieux de résidence sont tenus de prendre en charge tous les frais inhérents à ce déplacement, la BSNE-ESU ne couvrant que les frais d’inscription et les frais académiques.

Article 6 :     Le nombre de bourses par établissement est arrêté par le Secrétariat Général à l’Enseignement Supérieur et Universitaire après consultation des Chefs des Etablissements concernés.

Article 7 :     Le concours d’admission à la Bourse Solidarité Nationale et de l’Excellence de l’Enseignement Supérieur et Universitaire est organisé chaque première quinzaine du mois de septembre.

A Kinshasa, le concours est supervisé par le Directeur des Services Académiques du Ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire ;et en Provinces, par les Présidents des Conférences des Chefs d’Etablissements.

Article 8 :     Les listes des candidats les plus méritants sont transmises au Ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire qui les publie dans la deuxième quinzaine du mois de septembre et qui les dispatche dans les différents Etablissements tenant compte des places disponibles.

Article 9 :     Un étudiant bénéficiaire de la Bourse de Solidarité Nationale et de l’Excellence de l’Enseignement Supérieur et Universitaire qui reprend l’année perd sa bourse et ne la reprend que lors de son passage au niveau supérieur.

Article 10 : A la fin de chaque année académique, les Chefs d’Etablissements font rapport au Ministre de Tutelle sur la conduite et les résultats des bénéficiaires de la bourse.

Article 11 : Les filières concernées par la bourse de Solidarité font l’objet d’une note circulaire du Ministre ayant l’Enseignement Supérieur et Universitaire dans ses attributions.

Ladite note est signée tous les cinq ans.

Fait à Kinshasa, le

Steve MBIKAYI MABULUKI

 

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com