Ratification de l’Accord de Paris. Assemblée Nationale : le projet de loi présenté par Amy Ambatobe passe !

Ratification de l’Accord de Paris. Assemblée Nationale : le projet de loi présenté par Amy Ambatobe passe !

This post has already been read 288 times!

Amy Ambatobe, Ministre de l’Environnement et Développement Rural a été une fois de plus ce jeudi 12 octobre 2017 à l’hémicycle du Palais du Peuple. Il était question pour ce membre du Gouvernement Tshibala de répondre aux différentes préoccupations soulevées  lors de sa présentation, mardi 10 octobre dernier, du projet de loi autorisant la ratification de l’accord de Paris dans le cadre de la convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique. A l’issue de cette plénière, il avait sollicité 48 heures pour rassembler les éléments de réponses adéquates. Après avoir porté des éclairages plus raffinés aux inquiétudes des Honorables Députés, la plénière a adopté son texte. Amy Ambatobe reste optimiste quant au bon cheminement de ce projet de loi qui doit normalement passer à la chambre haute afin d’être envoyé à la présidence pour sa promulgation.

Le Ministre de l’Environnement et Développement Durable a expliqué, à la perche des journalistes, l’importance qu’il y a pour la RDC de ratifier l’accord de Paris. Cela permettra, d’après lui, d’offrir les avantages perçus sous plusieurs enjeux notamment, politique,  diplomatique et forestier quant à cet accord. Par ailleurs, l’accord de Paris a été adopté par 195 Etats et a été signé à New York le 22 avril par le Président de la République. L’adhésion à cet Accord est perçue comme le symbole de la cohérence et de la continuité de notre engagement politique tel qu’exprimé par le Garant de la Nation. Hormis cela, la RDC, en adhérant à cet accord historique a affirmé son Leadership régional et international qui l’inscrit dans le peloton de tête des pays faisant montre d’ambitions dans le domaine de la lutte contre le changement  climatique.   Concrètement, selon les termes de l’accord et des décisions qui l’accompagnent, le fonds vert pour le climat qui dispose actuellement d’un capital initial de 10,2 milliard de dollars américains sera alimenté par les pays développés afin de canaliser des financements climatiques équivalents à 100 milliards de dollars américains à partir de 2020, année prévue pour l’entrée en vigueur de l’accord. Cette manne financière se présente indubitablement comme une opportunité à  saisir pour la RDC, a précisé le Ministre de l’Environnement aux Députés. Selon Amy Ambatobe,  cet accord prévoit également un nouvel engagement financier précis à partir de 2025 puis il sera revu tous les cinq ans. Ce, avant de rebondir, également, sur les enjeux forestiers. ‘’La RDC qui détient plus de 145 millions d’hectares de forêts ; 2ème  poumon mondiale après l’Amazonie, pour garder sa position de leadership dans la régulation du climat, elle devrait donc se sentir interpelée. Il en est de même de la sécurisation du droit d’accès des communautés aux ressources forestières. Ceci, en conformité avec l’article 13 dudit accord relatif à la transparence et à la souveraineté des Etats ‘’, a-t-il dit. Amy Ambatobe précise qu’il en est de même de la sécurisation du droit d’accès des communautés aux ressources forestières garanti par la disposition sus évoquée dans le texte de Paris qui vient  renforcer et garantir la gestion durable et efficiente de la forêt.

Kereph Kabeya

 

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com