Avec l’appui du COREF/Profit- Congo : la Société Civile publie le rapport d’exécution de la loi de Finances 2016

Avec l’appui du COREF/Profit- Congo : la Société Civile publie le rapport d’exécution de la loi de Finances 2016

This post has already been read 167 times!

Après le contrôle citoyen de l’exécution de la loi de Finances 2016 de la R. D. Congo,  la société civile a rendu public, le vendredi 10 novembre 2017, le  rapport  y afférent. C’était au cours d’une conférence de presse organisée par le Comité d’Orientation de la Réforme des Finances Publiques, Coref, à travers le Projet de Renforcement de la Rédévabilité et de la Gestion des Finances Publiques, Profit-Congo, de la Banque Mondiale, à la Caritas Congo ASBL dans la commune de la  Gombe. En ce qui concerne les recettes, le rapport indique que toutes les régies financières  ont accusé une contre-performance dans leur mission de recouvrement des recettes budgétaires. Sur les prévisions de CDF 5.497.471.597.384, 00, les recettes ont été de l’ordre de CDF 4.532.445.164.008, 02, soit une réalisation de 82,45%. Ces réalisations se traduisent par une moins-value de CDF 965.026.433.375, 98. Au sujet des dépenses, ledit rapport indique qu’en 2016, les dépenses s’élevaient à CDF 4.954.552.554.897, 26, soit 90,12% du budget du pouvoir central contre CDF 4.445.786.144.781, 00, soit 58, 6% en 2015. Pour elle, il se dégage, en 2016, un solde déficitaire de CDF – 344.196.589.618, 88.

Dans son discours de circonstance, M. Baby Vangu, Coordonnateur Adjoint du Coref, a souligné que cette activité participe à la consolidation de la transparence des finances publiques en RD. Congo.

A l’en croire, la réalisation de cette étude marque la manifestation de la volonté politique du Gouvernement à travers le soutien de Profit-Congo d’impliquer davantage les citoyennes et citoyens dans la gestion des finances publiques. D’où, il a exprimé la gratitude du Coref   envers les partenaires techniques et financiers notamment, la Banque Mondiale, la Coopération Britannique et le Royaume de Belgique représentés ici par l’Union Européenne pour leur soutien au Projet Profit-Congo dans la réalisation des activités déclinées dans le plan stratégique de la Réforme des Finances publiques en RD. Congo. Ce, avant d’ajouter que la publication de ce rapport tombe à point nommé, le pays étant confronté à des nombreux défis tant politiques, économiques que sociaux.

«Le travail que la société civile vient de produire permet  d’aider les décideurs à recentrer les priorités pour mieux faire face aux multiples enjeux qui s’imposent dans  notre nation», a-t-il soutenu.

Ainsi, il en a appelé au sens de devoir de la société civile,  de relever le niveau de sa participation à la vie publique,  en restant fixée sur l’intérêt général comme elle vient de le faire à travers ce rapport. Pour ce faire, elle peut continuer à compter sur la disponibilité des autorités à travers le Projet Profit-Congo lorsque cela sera nécessaire.

Contenu du rapport

Le Professeur Florimond Muteba Tshitenge, Président du Conseil d’Administration de l’Observatoire de la Dépense Publique (ODEP) qui a lu le rapport, a laissé entendre que c’est dans le cadre de la mise en œuvre de sa feuille de route relative au Renforcement de la Transparence, de la participation citoyenne et du budget participatif que le COREF/Profit-Congo appuie actuellement la société civile dans son activité de contrôle de l’exécution de la loi de finances 2016.

Quelques secteurs ont été ciblés dans l’exécution de la loi de finances 2016.

A l’EPSP,  par exemple, le rapport indique que l’ensemble des dépenses exécutées sont de l’ordre de CDF 603.476.446.299, 00 sur une prévision de CDF 1.275.431.064.135,00, soit un taux d’exécution de 47, 32%.

A la santé, les dépenses ont été à la hauteur de CDF 351. 501.474.446,83, sur une prévision de CDF 366.005. 338. 403,00 soit 96,04%.

Recommandations

Après avoir tracé ce tableau, la société  civile a estimé que l’exécution du budget 2016 n’a pas été conforme à la loi de finances y afférent. Pour elle, elle n’a pas permis ni de créer des richesses, ni d’améliorer les conditions sociales de la population.

Raison pour laquelle, plusieurs recommandations ont été formulées.

Au Gouvernement, elle recommande le renforcement de contrôle de l’exécution de la loi de finances en interpellant les membres du Gouvernement, des institutions et des services publics ; la poursuite et la sanction des personnes impliquées dans le non-respect des procédures ; l’adoption de la bonne exécution du budget comme critère de bonne gouvernance dans l’évaluation du Gouvernement…

Christine Ngalula

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com