Un temps pour tout…

Un temps pour tout…

This post has already been read 5643 times!

‘’…Un fruit ne tombe que quand il est mûr, mais devant l’ouragan et la tempête de l’histoire, mûr ou pas mûr, il tombe quand même!’’. Le 4 octobre 1973, du haut de la tribune de l’Assemblée Générale des Nations Unies, Feu Mobutu, ancien Président du Congo-Kinshasa alors Zaïre, lançait cette phrase dans un discours historique qui a depuis fait le tour du monde et des consciences. Mugabe Robert, figure bien connue de la scène politique africaine et mondiale est, désormais, tombé face à l’ouragan qu’aura lancé contre lui le front peuple-Armée. 37 années à la tête du Zimbabwe passent, ainsi, dans l’histoire. Pendant que le Parlement Zimbabwéen avait déjà entamé hier, dans l’après-midi, une procédure de destitution à travers une motion de défiance initiée, symbole fort, par son propre parti, la Zanu-PF, le plus vieux Président du monde, l’un des plus anciens en Afrique, s’est empressé d’envoyer une correspondance au speaker de l’Assemblée Nationale pour annoncer sa démission. Sans aucune surprise, cette scène captivait les attentions du monde et, la République Démocratique du Congo n’a pas fait exception. En effet, depuis le début du feuilleton Zimbabwéen le mercredi 15 novembre dernier, les regards des congolais et leurs langues, évidemment, ont eu un sérieux focus sur le Zimbabwe. Empêtrée dans une crise politico-électorale en perspective des élections reportées par deux fois pour qu’il y ait alternance, les congolais ne pouvaient qu’être épris de cette alternance-putsch. Mais, au vu des enjeux et du jeu politique, une question mérite d’être au centre des préoccupations des congolais : que faut-il retenir du scenarii à la Zimbabwe ? Certes, il y a là une réaffirmation de l’impérieuse date d’expiration qu’a toute chose sur terre, comme le clame le Roi Salomon dans son livre d’Ecclésiaste, à savoir : ‘’il y a un temps pour tout ‘’. Mais, au-delà, l’interrogation de savoir est-ce l’Opposition qui remporte la main haute le pouvoir ? Il appert que non. C’est plutôt les caciques connus depuis Adam et Eve comme proches de la machine qu’a tenu durant la trentaine d’années Mugabe qui garde une mainmise sur l’impérium. Cette alternance singulière sera-t-il une alternative au mode de gestion passée ? C’est plutôt ici la vraie problématique des départs et des arrivées à la tête des Républiques en Afrique. Et, l’histoire sait que bien souvent la réponse est négative. Engagé dans un tout autre processus et présentant un tout autre paysage politique ainsi que le contexte, incontestablement, la République Démocratique du Congo a le cap vers une transition dont les contours restent à définir, des élections programmées sans consensus et au finish, il y a la date du 31 décembre qui continue de créer bien d’appréhensions. Si les uns et les autres dans la MP comme dans l’Opposition cogitent sur ‘’l’alternance made in Zimbabwe ‘’, chaque partie devra se triturer les méninges en se posant les bonnes questions. L’histoire dira s’ils ont eu les meilleures réponses.

Danny Ngubaa

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com