Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Ephémère ?

Ephémère ?

This post has already been read 11957 times!

Yes, l’épée de Damoclès qui planait sur sa tête depuis mercredi 22 novembre 2017 a été, enfin, ôtée par la commission chargée de trancher sur le sujet avec le quitus de la majeure partie des Elus de la Chambre Basse du Parlement Rd Congolais. Donc, fini la stupeur et au sein du Gouvernement quant à la fin de règne et, aussi, au sein de la classe politique sur la réalisation des toutes dernières projections de l’après 31 décembre 2017 coulées dans le calendrier électoral publié par la CENI. Qui, quoique pomme de discorde dans la scène politique, demeure, néanmoins, la seule feuille de route qui exorcise la navigation à vue, mieux le plongeon dans le vide redouté dès le 1er janvier 2018 au Congo-Kinshasa.  En effet, l’éjection du Chef du Gouvernement dans le contexte du moment aura eu pour effet de bouleverser tous les calculs inscrits dans le chronogramme de la CENI. Déjà, pour commencer, la loi de finances exercices 2018 n’aurait pas pu être votée car, manquant qui le défendre. Puis, il aurait fallu mettre en place un tout nouveau Gouvernement. Cela allait-il se faire selon les recommandations de l’Accord de la Saint Sylvestre ? Si oui, naturellement, il sied de se demander de quelle aile du Rassemblement désormais bipolarisé devait alors sortir le tout prochain locataire de la Primature. Et, au cas contraire, d’où devait provenir le consensus politique pour la venue d’un prochain Gouvernement ? Aurait-il eu un troisième dialogue en RDC pendant que l’Opposition radicale a en horreur un tel forum présentement ? Bien de maux de têtes sont évités à l’opinion car, aucun effort ne peut plus être consacré à cogiter sur ces problématiques. Ils volent, tout simplement, en éclat tel de la fumée qui s’en va et disparaît. Quoi qu’il en soit, le feuilleton d’un départ de Tshibala, un Premier Ministre sorti de l’Opposition et donc n’ayant pas des Députés majoritaires à l’Assemblée Nationale, commence à faire réfléchir certains dont plusieurs, en connaisseurs des turpitudes de l’agora politique du Congo de Lumumba, pré-odoraient le couronnement d’un nouveau Roi ou Prince, c’est selon, à l’Hôtel du Gouvernement d’ici fin décembre. Le cas de figure qui vient de se dessiner au Parlement prouve à suffisance que la longévité de Bruno Tshibala et toute son équipe dépend d’une chose : la volonté politique du régime en place. Comme en politique ce sont les intérêts qui priment, le sauvetage de Tshibala n’est pas le fruit d’un amour-agape mais bel et bien d’un calcul politique. Le big-bang qu’allait déclencher son éviction n’aurait pas servi les intérêts de la mouvance qui, visiblement, face aux contradictions aiguës avec l’Opposition quant au cap du 31 décembre et la bénédiction ‘’sous réserve’’ des projections de la CENI par la communauté internationale table sur la stabilité de la configuration politique qu’affiche la République Démocratique du Congo à l’instant. Qu’en sera-t-il après 2017 ? Les âmes bien nées souhaitent que les deux parties, MP-Rassop/Kasa-Vubu et Cie convolent en juste noce, s’ils survivent au 31 décembre prochain, au moins juste aux élections pour éviter la naissance d’une nouvelle crise qui repousserait, une fois encore, les élections.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com