Pas un pas sans la prospérité.
Chaque jour, du lundi à samedi, reprise des publications quotidiennes

Confusion autour de la marche d’aujourd’hui : Kimbuta interdit, Félix Tshisekedi persiste!

Confusion autour de la marche d’aujourd’hui : Kimbuta interdit, Félix Tshisekedi persiste!

This post has already been read 1709 times!

*C’est une journée de jeudi 30 novembre qui s’ouvre sur fond d’une grande confusion. Kimbuta André, le Gouverneur de la ville, interdit la marche. Félix Tshisekedi, le Président du Rassemblement des Forces Politiques et Sociales Acquises au changement, confirme la marche. Comme quoi, le décor d’un vrai bras de fer entre les manifestants et les éléments des forces de maintien de l’ordre public est planté. La Monusco, appelée à jouer au sapeur pompier, tente, de son côté, de tempérer les ardeurs des uns et des autres. La Force Onusienne qui se dit, en même temps,  prête à s’adonner au monitoring pour inventorier  d’éventuels dérapages, réitère, toutefois, son attachement aux valeurs démocratiques dont le droit de manifester pacifiquement, y compris celui  de s’exprimer librement, constitue le socle. Elle ne donne pas, cependant, un feu vert aux manifestants de faire du n’importe quoi. Par contre, la Monusco qui  proscrit tout acte de vandalisme ou de violence, invite les organisateurs de la marche ainsi que leurs affidés à s’abstenir  de verser dans des voies extrêmes qui contrasteraient, au bout de compte,  avec les prescrits de la Constitution et  les dispositions consensuelles consignées dans  l’Accord du 31 décembre 2016, conclu sous la barbe des Evêques.  

Normalement, il était question, pour le Rassemblement, de contester le calendrier électoral, tel qu’il a été publié, le 5 novembre dernier, par la Commission Electorale Nationale Indépendante.

Mais, le contexte, aux yeux des autorités de la ville,  serait, plutôt, peu propice à cette marche. Kimbuta, à l’issue d’un Conseil Provincial des Ministres, dans un compte rendu dont le contenu a été lu sur les antennes de la RTNC, par Thérèse Olenga, la Porte-parole, avait formellement interdit cette marche de l’Opposition au motif que son office avait enregistré autour de la période allant du 28 au 30 novembre 2017,  tout un florilège de demandes des marches.

Arguments opposés

Même si, après tout, le Rassemblement avait dû décaler la sienne qui, comme tout le monde sait, était initialement prévue pour le 28 novembre, pour la refixer à ce jeudi 30 novembre, l’Hôtel de ville dit maintenir sa décision pour autant qu’il y aurait eu des jeunes d’un groupe dénommé ‘’Café Kinois’’, plus proche du Pprd,  et l’UNANA de Willy Mishiki, un ancien du Rassemblement, entré au gouvernement Badibanga à l’issue du dialogue de la Cité de l’Union Africaine présidé par Kodjo, non retenu dans le Gouvernement Tshibala, formé sur les traces des discussions directes, officiées par les Evêques, au Centre interdiocésain.

Ceci aurait servi de prétexte à l’autorité urbaine d’interdire  la marche. Et, pourtant, Félix Tshisekedi est resté sur la lancée des options du Rassemblement consistant à monter la pression au maximum, pour obtenir les conditions susceptibles de l’amener à   sonner le glas de l’actuel régime, au plus tard, le 31 décembre 2017 et d’instituer la fameuse (TSKN = Transition sans Kabila, ni Nangaa).  Ainsi qu’il apparaît clairement dans ces prises de position, des visions demeures floues,  rivales et diamétralement opposées. Au radicalisme du Rassemblement, les autorités vont certainement user de  moyens légaux à leur portée, pour sévir. A l’inverse, de la façon dont les forces de l’ordre agiront, correspondra  également  la nature de la riposte des manifestants. L’on craint que les débordements n’en viennent à envenimer le climat jusqu’à bloquer, peut-être, le peu d’efforts en cours pour l’avancée du processus. Déjà, le budget 2018, instrument nécessaire à la mobilisation des recettes est  sous examen au Parlement. La loi électorale aussi. Le calendrier qui manquait est aussi connu. A part le fait que les élections ne devront plus se tenir à la fin de  cette année 2017, pour le reste  en termes de détails, les acteurs politiques pouvaient bien les vider   autrement.

Compteurs…

Curieusement, dans cette situation amphibologique, les pêcheurs en eaux troubles pourraient, apparemment, y trouver leurs comptes.

D’où, les calculatrices seront de nouveau en marche. Les compteurs des violations et autres actions de sape qui, pourtant, ont du mal à revenir à zéro lorsqu’il s’agit de juger les actes posés, vont suffisamment avoir  du travail. Surtout qu’au-delà de la Ville-Province de Kinshasa, la machine de cette même marche aurait été déployée à travers le pays.

Que du travail et des tiraillements qu’on pouvait  éviter, si jamais l’on avait opté pour la voie du consensus, du dialogue permanent,  de la décrispation politique et, surtout, de la gestion réellement consensuelle de la période de transition, comme le stipulait si bien l’Accord de la Saint Sylvestre.

Comment alors  regarder de l’avant, vers le calendrier dont la tenue des élections est fixée au 23 décembre 2018, dès lors que le Rassemblement ne le reconnaît pas et qu’à la place, il voudrait obtenir la reconfiguration de la CENI et, même, la tenue des élections, au plus tard, le 30 juin 2018 ?

L’Onu et les Evêques qui approuvent ce calendrier, préviennent, cependant, qu’un énième report des élections, au-delà de décembre 2018,  ne saurait nullement être toléré. C’est donc-là, une menace à peine voilée dont la portée  relève, singulièrement,  d’une démarche recommandatoire.

En tout état de cause, il y a lieu de noter que tout  dérèglement de l’atmosphère politique, qu’il subvienne aujourd’hui, demain ou après demain,  aurait une incidence indubitable sur la suite des préalables à la tenue des élections. Allusion faite, ici, aux contraintes multiples soulevées, au début de ce mois, au niveau de la CENI. Qu’on se le tienne pour dit !

 

LPM

 

 

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com