Beni-Butembo : la marche LUCHA-RASSOP étouffée !

Beni-Butembo : la marche LUCHA-RASSOP étouffée !

This post has already been read 179 times!

Le scenario était prévisible depuis un bon bout de temps. Le RASSOP-Beni ainsi que son nouvel allié de taille (la Lucha) ne voulaient pas céder à l’interdiction de l’autorité urbaine. Du coup, les militants se sont retrouvés sous les balles de la police qui les a dispersés, renseignent des sources locales. ‘’A Butembo, un jeune homme est tombé pendant qu’à OICHA ce sont des interpellations des manifestants qui font la une’’, confient des journalistes dans ces coins du pays.

La ville de Beni s’est réveillée ce jeudi 30 novembre sous un décor particulier. Pleine de vie, elle ressemblait à une ville fantôme. Ses routes embouteillées aux heures de pointe ont été désertes. Le boulevard Nyamwisi ressemblait à une piste d’atterrissage d’avion. L’administration publique a tourné au ralenti. Les quelques taxi-motos qui se sont aventurés dehors, ne trouvaient pas preneur, la circulation n’étant pas fluide. Seuls les éléments de la police, appuyés par les militaires FARDC, étaient visibles de part et d’autre de grandes artères. La veille, le Rassemblement, en collaboration avec la LUCHA, dans cette partie du pays comme ailleurs, avaient appelé à une marche pacifique. Malgré l’interdiction du maire de la ville, les membres de l’Opposition et les activistes des mouvements pro-démocratie ont persisté à descendre dans la rue pour manifester contre le calendrier électoral et signifier la fin de règne du pouvoir en pace dès le 31 décembre 2017.

Photo

Les heurts éclatent vers 8 heures au Rond-point Kanzuli, situé dans la commune de Bungulu. Quelques militants essaient de s’y regrouper pour marcher mais sans succès à cause de la forte vigilance des forces de sécurité. La police use du gaz lacrymogène pour les disperser. 4 jeunes militants de la Lucha sont interpellés par la police, d’après des sources. Des cameras et autres matériels des journalistes et deux confrères embarqués dans la jeep de la police, rapportent des sources de la société civile. Ils seront tous libérés quatre heures après et le matériel restitué après formatage des fichiers.

Maintien de l’ordre public

Plus loin, dans tous les carrefours de la ville, vendredi, des déploiements importants des forces de l’ordre étaient perceptibles. Selon le chef de la police, il s’agissait des dispositions de prévenir des éventuels troubles à l’ordre public. La cité d’OICHA n’était pas épargnée. La marche a été étouffée et une dizaine des militants interpellés, a-t-on appris. A Butembo, c’est une journée ville-morte qui a été observée ce jeudi 30 novembre. Les voies publiques étaient barricadées par les mouvements pro-démocratie. Pas de passages dans plusieurs avenues. La ville en silence de mort. Les éléments de la  police et militaires FARDC étaient visibles dans les points chauds de la ville. Un journaliste sur place témoigne qu’une personne aurait été tuée par balle tôt le matin du côté de Furu. Mais, la Police n’a pas encore confirmé ces statistiques.

Kaniki Eliel

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com