Heurts du 30 novembre : Michel Okongo condamne !

Heurts du 30 novembre : Michel Okongo condamne !

This post has already been read 189 times!

Dans un message parvenu tard à votre Quotidien, le président de la formation politique de l’Opposition en RDC, Unité des Valeurs, réagit aux affrontements ayant émaillé la journée du 30 novembre 2017. Veuillez parcourir, ci-dessous, l’intégralité de ce message dans lequel l’UV condamne avec force l’irresponsabilité et l’insouciance de l’élite politique congolaise.

Faisant suite aux échauffourées sanglantes du 30 novembre dernier relatives à la marche de protestation initiée par certains collègues de l’Opposition à la suite de laquelle, selon l’Association congolaise pour l’Accès à la justice (ACAJ), 78 personnes ont été plus ou moins grièvement blessées, un recadrage des faits s’impose impérativement pour situer les priorités nationales relavant des attentes de notre peuple qui pourtant aspire à une amélioration de ses conditions sociales et à un changement politique paisible selon les termes du calendrier électoral du 5 novembre 2017, car excédé par plusieurs décennies de misère et de précarité entretenues par celles et ceux qui se sont tour à tour succédés au pouvoir dans notre pays depuis plusieurs décennies. Unité des Valeurs condamne avec force l’irresponsabilité et l’insouciance de l’élite politique congolaise face au sort catastrophique de notre peuple, et constate que cette attitude est d’une flagrance inouïe ! Unité des Valeurs fustige le comportement de la Majorité présidentielle qui s’accroche pourtant au pouvoir au-delà de ses deux mandats constitutionnels, et qui se permet de s’enfermer dans une tour d’ivoire pour comploter à la fois, contre la démocratie ; contre la République, et contre le peuple congolais notamment en insérant des écuelles dans la loi électorale afin de la transformer en un piège mortel contre le processus électoral, exhumant des vielles pratiques mobutiennes pour s’agripper au pouvoir. L’indiscrétion grâce à laquelle les Congolais ont pris connaissance de l’élément sonore compromettant autour de la réunion secrète de la Majorité Présidentielle, a permis à chacun de comprendre que la Majorité présidentielle au pouvoir est devenue une substance nocive pour la démocratie congolaise. Répercutant ici les préoccupations de notre peuple, Unité des Valeurs se pose la question de savoir comment les Députés nationaux qui se trouvent en sursis, leurs mandats étant échus, peuvent-ils se permettre dans une période cruciale comme celle-ci, de transformer l’hémicycle du Palais du peuple qui est un temple de la démocratie en une niche des gladiateurs où ces derniers se battent à coups des motions, sans égard ni pour l’intérêt supérieur de la nation, ni pour le peuple congolais qu’ils sont encore sensés représenter ? Comment la Majorité Présidentielle au pouvoir doit-elle tomber aussi bas au point de ne plus être capable de diriger, se contentant hélas de courir après le Rassemblement en organisant en refrain une marche à une date choisie par le Rassop ? Gouverner étant prévoir, à l’instar d’un match de football, une équipe qui joue en défensive face à une autre, est vouée à la défaite, car contrainte d’évoluer dans la surface de réparation où elle peut encaisser à chaque instant. C’est ce à quoi ressemble la Majorité présidentielle au pouvoir élargie aux transfuges de l’Opposition ! On ne peut danser le Tango qu’à deux dit-on. Sachant que pour parler de la paix, la démocratie et le respect de la parole et de textes, il faut avoir en face de soi, un partenaire qui comprend la portée de toutes ces vertus ; le cas échéant, il faudrait parler un autre langage car on ne peut préparer l’omelette sans casser les œufs. C’est ce qui justifie éventuellement le recours par certains collègues de l’Opposition à des journées villes mortes, ou encore les marches pacifiques qui sont les pratiques d’une autre époque devenues par ailleurs obsolètes contre lesquelles le régime Kabila mobilise des tanks ; chars ; camions-citernes à propulsion ; la police et l’armée. À l’instar de la tradition démocratique française où l’alternance au pouvoir chevauchait des années durant entre deux pôles à savoir : la droite et la gauche ; ou encore de la tradition américaine où l’alternance au pouvoir s’effectue depuis des années entre Démocrates et Républicains, s’agissant de la RDC, une nouvelle voie s’impose, car les deux principaux pôles, à savoir le Rassemblement et la Majorité présidentielle, ont affiché leur incapacité à diriger le Congo du 3ème millénaire. Ils doivent cesser de jouer avec l’avenir de notre peuple en déployant leur unique projet de société commun, à savoir : les journées villes-mortes à l’issue desquelles, ils s’arrachent respectivement le bilan. Les uns se targuant d’avoir poussé les autres à avoir fait beaucoup de victimes, et les autres jurant d’en avoir fait moins avec des cartouches blanches mélangées par moment aux balles réelles !!!

Face à cette incapacité avérée, nous rendons attentive l’Opinion nationale et internationale que présentement, Unité des Valeurs est le seul mouvement politique congolais qui se soit sérieusement préparé pour porter le Congo et assurer la relève, notamment en ayant pris le temps de former et d’éduquer les Congolais ; en les préparant à réintégrer les milieux professionnels, le moment venu, pour assurer l’épanouissement de la RDC. Notre peuple étant affaibli et affamé, nous ne pouvons permettre ni au RASSOP, ni à la MP de prolonger sa misère au-delà du 23 décembre 2018, date à laquelle les Congolais devront se choisir un nouveau Chef de l’Etat, ainsi que des Députés nationaux et provinciaux qui devront renouveler les Assemblée nationale et provinciales. Toute manoeuvre politique tendant à boycotter ou à prolonger ce délai ne serait-ce que d’un seul jour, sera considérée comme étant un acte de déclaration de guerre de la part de la Majorité présidentielle contre les 85 millions de Congolais. Et croyez-moi, de l’avis des Congolais, ce serait le déclic ou le déclenchement d’une méga mobilisation des masses pour une ultime solution contre laquelle les armes ne prévaudraient point. Nous profitons ici pour rappeler nos forces armées de veiller à ce que nul ne puisse les détourner de leur mission qui est celle d’assurer la défense de la nation ; de sécuriser les populations et leurs biens ; de préserver leur caractère républicain. Nous exhortons la Police nationale congolaise à préserver leur caractère républicain ; à demeurer un service public civil accessible, à l’écoute de la population meurtrie ; à assurer la sécurité des personnes et de leurs biens ; à ne pas infliger, tolérer et encourager aucun acte de torture, inhumain ou dégradant de quelque circonstance que ce soit, et de veiller à ce que nul ne puisse la détourner à ses fins propres. Nous demandons à nos services de renseignements d’être non pas au service des individus, mais de ne privilégier que l’intérêt supérieur de la nation pour laquelle ils ont pris l’engagement de servir loyalement.

Nous avons toujours appelé en vain, au respect des textes ; au respect de la parole donnée, et au respect des lois et de la Constitution à chaque fois où l’occasion nous avait été donnée pour nous asseoir ensemble et discuter afin de rechercher des solutions durables pour l’avenir de notre pays, mais aussi pour relever de grands défis liés à la vocation internationale de la République démocratique du Congo.

Pour sceller la cohésion nationale et engager les Congolais sur une nouvelle ligne du départ dans la course vers le développement et le bien être social, nous préconisons un pardon sincère envers tous les dirigeants qui ont failli dans la gestion de la chose publique relative à l’exercice de leurs responsabilités respectives

Aucun Congolais ne peut prétendre être plus Congolais qu’un autre, car tous, nous avons chacun une place et le droit de vivre en toute liberté au sein de la Communauté nationale. Les marches pacifiques ; les journées villes-mortes ainsi que les manoeuvres politiciennes engagées par le RASSOP et la Majorité Présidentielle élargie aux transfuges de l’Opposition sont de nature à projeter davantage la RDC plusieurs années en arrière en lui imposant une marche à reculons alors que le monde actuel, celui du 3ème millénaire impose à chaque nation de la planète, un rythme qui soit adapté aux nombreux défis du siècle présent.

Les Congolais sont déterminés à combattre avec fermeté l’un ou l’autre de deux pôles politiques en perte de vitesses qui tenterait de remettre en cause le processus électoral en cours, car fusse t-il corrompu par la CENI et la Majorité Présidentielle, le calendrier électoral du 5 novembre 2017 doit nous servir de cadre électoral défini. Et nous devons nous y engager tout en restant fermes, vigilants et déterminés.

Que le Seigneur Tout Puissant bénisse la République démocratique du Congo !

Fait à Kinshasa, le 04 décembre 2017

Me Michel OKONGO LOMENA

– Candidat Président de la République,

– Président national de l’Unité des Valeurs

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com