Loi électorale : l’AR dénonce la confiscation de la démocratie par le pouvoir !

Loi électorale : l’AR dénonce la confiscation de la démocratie par le pouvoir !

This post has already been read 180 times!

L’Alternance pour la République n’a pas pris beaucoup de temps pour réagir au sujet de la loi électorale en gestation. Après une réflexion très approfondie, cette plateforme membre du Rassemblement que préside  le tandem Lumbi-Tshisekedi a, au cours d’une matinée politique tenue hier, dimanche 3 décembre, à son siège, démontre noir sur blanc les dessous de cette loi qu’elle considère comme une loi d’allégeance à la dictature. Sans ambages, Delly Sesanga, Coordonnateur de l’AR, note qu’il s’agit là de la confiscation de la démocratie.   En présence de Pierre Lumbi et Félix Tshisekedi, l’Alternance pour la République tire la sonnette d’alarme au sujet d’une loi qui, pour elle, est liberticide, anticonstitutionnelle, confuse et restrictive. La seule vocation de cette loi, à en croire Sesanga, c’est de confisquer ce qui est essentiel et fondamental à la démocratie, c’est-à-dire : «le droit de vote». ‘’C’est une loi d’allégeance à la dictature qui consacre un recul indéniable pour la consolidation de l’Etat de droit et rompt la concorde intérieure’’, a dit Sesanga devant la foule, tout en martelant sur le fait qu’on ne peut pas, dans une démocratie, modifier le mode de scrutin à la veille des élections. Dans sa réflexion, l’AR souligne que la loi électorale telle que présenté par le gouvernement veut anéantir tous les efforts et les sacrifices que le peuple congolais a consenti pour la démocratisation du pays. Les impératifs du contexte politique actuel, martèle Sesanga, concernent l’accélération du processus électoral afin de résorber la crise qui n’a que trop duré. 

« Pas plus ! Dans ce cadre, la loi électorale doit offrir, comme base légale, les garanties nécessaires quant à la crédibilité de ce processus. Contre cette voie de la raison et de la paix, la majorité tente, encore une fois de plus, d’imposer à la nation une loi électorale autant discriminatoire qu’antidémocratique. Avec cette loi, nous devons dire : Adieu l’auto-détermination du peuple congolais ! Tout y bien fait pour empêcher aux congolais d’être représentés et diriger par ceux qu’ils ont élus »,  a expliqué le Coordonnateur de l’Alternance pour la République. Aussi, poursuit Sesanga, plutôt que de résoudre le vrai problème simple de faire reposer la répartition des sièges sur le résultat de l’enrôlement et non plus sur les données du recensement, le projet de loi du gouvernement n’apporte pas plus sinon une confusion  qui augure des graves troubles et contestations au bout du processus électoral.

« Les prétendues innovations dont on parle ne sont que les moyens d’institutionnaliser la confiscation de notre démocratie chèrement conquise au prix du sang, par l’instrumentalisation de droit de vote », a souligné Delly Sesanga.

Au sujet de seuil de représentation
au sujet de seuil de représentativité, l’Alternance pour la République déclare qu’il porte toutes les plaies de martyr que la majorité veut laisser en stigmates sur la démocratie en République Démocratique du Congo. « L’introduit comme condition d’éligibilité des candidats d’un parti politique, ce seuil n’est qu’un mécanisme antidémocratique mis en place pour tenter de légaliser la fraude. L’objectif principal est clair : enraciner la dictature par blocage du principe constitutionnel de l’alternance politique», dévoile Sesanga.  Pour cette plateforme, membre du Rassemblement, on ne peut pas lutter contre la multiplicité de partis politiques en apportant des confusions et des ‘’règles-cadre’’ de la fraude et l’arbitraire dans la loi électorale.  Juriste chevronné, le Coordonnateur de l’AR souligne que l’arbitraire ainsi élevé en principe légal, conduirait très facilement à la non proclamation de certains meilleurs candidats comme élus, nonobstant la popularité dont ils jouissent  dans leurs circonscriptions à cause de la faiblesse de leurs camarades du parti dans d’autres circonscriptions. D’ailleurs, précise-t-il, nombreux risquent d’être injustement victimes.

Kevin Inana

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com