Après la marche étouffée du 30 novembre 2017 : le Rassop projette une nouvelle action pour le 19 décembre !

Après la marche étouffée du 30 novembre 2017 : le Rassop projette une nouvelle action pour le 19 décembre !

This post has already been read 314 times!

Après la marche dite pacifique transformée en ville-morte le 30 novembre dernier, à l’initiative du Rassemblement, c’est parti pour, peut-être, le 19 décembre 2017, bien que l’exécutif provincial de la Ville-province de Kinshasa ait interdit ces genres des manifestations, dans le souci de sauvegarder la paix dans la Capitale. Cette date coïncide avec l’opération ‘’carton rouge’’ qu’avait lancé Etienne Tshisekedi de son vivant, contre le pouvoir en place au pays de Lumumba, selon la communication de Tshisekedi le fils. Cependant, jusque-là, la position de certains  protagonistes du Rassop reste encore partagée quant à la convocation de cette nouvelle marche, accusant Félix Tshisekedi d’avoir décidé, unilatéralement, apprend-on. Ceux-là estiment plutôt, qu’il est important de procéder à l’évaluation de la marche précédente qui s’est tout simplement métamorphosée en villes quasiment inanimées dans certains coins de la République. 

Affirmant n’avoir pas été consultés au sujet d’une probable marche prévue pour le mois de décembre prochain, soit le 19, certains membres du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement ne seraient pas encore prêts pour soutenir cette nouvelle initiative. ‘’Il est plus que temps de se mettre autour d’une table pour répondre à un certain nombre de questions’’, soutenant l’idée de faire l’évaluation de la journée du 30 novembre de l’année en cours, tout en examinant pourquoi la population n’a pas répondu massivement à ladite marche, qui s’est alors transformée à la ville-morte, rassure des sources concordantes préférant rester dans l’anonymat.

Manifestement, le Rassemblement ne compte désormais que sur le peuple pour se faire entendre, à travers des manifestations de rue, au regard de la Constitution, qui consacre la liberté d’expression. Objectif, barrer la route à toute personne ou groupe de personnes qui voudrait se maintenir au pouvoir au-delà du délai constitutionnel, selon l’esprit de la même Constitution, la mère des lois de la République Démocratique du Congo.

L’accord de la Cenco

‘’Bientôt, nous allons fêter l’an 1 de ce compromis politique. Devant nous, il y a comme un vide. Si nous devons nous en tenir à ce même Accord du Centre interdiocésain qui offre aux institutions actuelles du pays, leur légitimité légale, la transition en cours doit en principe prendre fin au 31 décembre 2017. Alors, que va-t-il se passer par la suite? Il est regrettable de constater que la classe politique, principalement la Majorité présidentielle puisse éluder cette question existentielle, au motif que la Commission électorale nationale indépendante (CENI), avait déjà publié le calendrier électoral depuis le 5 novembre dernier. C’est bien triste de constater que nombre d’acteurs politiques de la coalition au pouvoir, puissent passer le plus clair de leur temps à manipuler l’opinion dans ce sens, comme si l’échéancier de la Centrale électorale avait force d’un nouvel Accord Politique’’, c’est selon une des bouches autorisées du Rassemblement/Limete.

Germain Lobo

About

POST YOUR COMMENTS

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com