Heure de vérité !

Heure de vérité !

This post has already been read 6875 times!

Nouvelle pomme de discorde au sein de l’agora politique rd-congolaise, la loi électorale sera, sauf changement, ce lundi un des sujets que devront examiner les Sénateurs congolais. Seuil de représentativité, caution pour le dépôt de candidature, machine à voter, et Cie. Ce sont là, en quelques mots comme en mille, des aspects du projet de loi électorale validée par l’Assemblée Nationale sur lesquels le verdict des élus des élus est attendu par l’opinion tant nationale qu’internationale. L’histoire semble, à tout dire, se répéter. La scène n’a, à tout dire, rien de nouveau, un peu comme le dit l’Ecclésiaste. Il s’agit, en fait, d’un remake du scenarii de janvier 2015 avec une fine nuance, à savoir : que le contexte est, à présent, un peu plus différent. Normal ! L’impasse électorale redoutée à l’époque, concrétisée actuellement, va de mal en pis. C’est une véritable patate chaude qui est larguée à la Chambre Haute du Parlement.  A la chambre sœur, l’examen dudit projet de loi n’a pas manqué de faire des éclats. Bien avant que cette loi en devenir soit passée au scalpel au cours d’une plénière, elle avait déjà fait couler encre et salive après des fuites de la réunion CENI-Groupes parlementaires MP à l’Hôtel du Fleuve. Depuis, passé à la loupe, ce projet de loi devient un véritable délie-langue en RDC. Le Sénat, dans les viseurs, n’a de cesse d’enregistrer appels et interpellations. Mais, à quelles sirènes les Sénateurs vont-ils céder ce lundi ? La question perdure. Connus pour leur liberté d’esprit, vont-ils, comme en 2015, aller à contrario de la position affichée par la Majorité Parlementaire déjà à l’Assemblée Nationale ? Possible. Dans le tableau d’interrogations qui se dresse, d’aucuns se demandent au préalable qu’est-ce qui a été dit lors de la rencontre Kabila-Kengo-Minaku au Parlement. Car, après la visite de l’Opposition parlementaire et divers appels en sa direction, avant la programmation pour débat, Léon Kengo wa Dondo, à en croire des sources dignes de foi, avait écrit au Chef de l’Etat. Quoi qu’il en soit, les dits de ce rendez-vous demeurent un secret. Mais, ce lundi, l’heure aura sonné pour que l’opinion suive l’approche que prendront les Sénateurs face à ce projet de loi qui divise. A l’aube du 31 décembre, alors que les contradictions entre l’Opposition radicale et le pouvoir restent de plus poignante, si ce dossier est mal négocié, pour plus d’un observateur, cela risque d’être la goutte d’eau de trop. Qui, toute crainte considérée, pourrait faire déborder le vase du supportable à l’Opposition radicale où les esprits sont-ils plus qu’en surchauffe à la veille de la marche annoncée pour ce 19 janvier et qui, à une dizaine de jours du 31 décembre, est censée sonner l’ultime avertissement à l’endroit du pouvoir quant à son départ exigé dès les premières minutes du 1er janvier 2018. Dans ce décor déjà électrique, le son de cloche qui sortira, enfin, au Parlement, saura apaiser ou allumer des ardeurs.

La Pros. 

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com