Oui à la démocratie par les élections. Marches, villes-mortes : Steve Mbikayi dit non à l’anarchie !

Oui à la démocratie par les élections. Marches, villes-mortes : Steve Mbikayi dit non à l’anarchie !

This post has already been read 758 times!

*Des cris de joie, une mobilisation grandiose, un message percutant, voilà ce que l’on peut dire de la manifestation du Parti Travailliste de ce 19 décembre 2017. Sans détour, Steve Mbikayi a lancé un appel à la conscience nationale, à la promotion de la démocratie et au soutien du processus électoral. Devant plusieurs centaines des membres du Parti Travailliste, l’Autorité morale a dénoncé ce qu’il qualifie de l’anarchie de certains acteurs politiques qui programment des marches sans raison valable. Pour le Patron du PT, l’heure n’est plus au débat stérile, il faut prendre toutes les dispositions pour se préparer aux élections, surtout qu’il y a un calendrier électoral publié et une loi électorale votée. Au sujet du seuil de 1%, Steve Mbikayi pense qu’il faudra voir dans quelle mesure tisser des alliances pour y faire face. Il soutient, par ailleurs, cette innovation du seuil dans la loi nouvelle électorale qui, selon lui, va assainir la scène politique congolaise. «Nous avons dit à nos bases de soutenir la démocratie et combattre l’anarchie et la démagogie», a-t-il martelé.   

Plusieurs centaines de cadres du Parti Travailliste se sont retrouvés hier, mardi 19 décembre, au siège de leur parti dans le cadre de l’école du Nationalisme initiée par l’Autorité Morale, Steve Mbikayi Mabuluki. C’est sous une animation toute particulière que l’Autorité morale a fait son entrée triomphale. Steve Mbikayi avait un seul message en ce jour. Il s’agit de dénoncer l’anarchie et soutenir la démocratie par les élections. Comme dans toutes les autres, cette séance pédagogique a permis aux cadres et militants du PT de cerner les vrais problèmes de la politique congolaise. Réagissant rapport à la politique des marches et villes- mortes, Steve Mbikayi n’est pas allé par le dos de la cuillère. A en croire ses propos, la marche est démocratique, mais il faut que cela puisse avoir un sens. «On ne peut pas marcher pour exiger des élections alors que nous avons un calendrier électoral publié et une loi électorale votée par le parlement», a-t-il déclaré devant cette population venue de tous les coins de la Capitale de la République Démocratique du Congo. Le Patron de la Nouvelle Classe Politique et Sociale a appelé tous les membres du parti à combattre avec la dernière énergie l’anarchie dans toutes ses formes et à soutenir la démocratie.

Ce, jusqu’en décembre 2018, date des élections selon la commission électorale nationale indépendante.

Devant la presse, l’Autorité Morale du Parti Travailliste a expliqué le bien-fondé de sa démarche.

«Nous pensons que nous dévons combattre l’anarchie et soutenir la démocratie, c’est ça même le message d’aujourd’hui. En démocratie on prend le pouvoir par les élections, nous avons un calendrier publié par la CENI, nous avons une loi électorale qui a déjà été votée par le parlement, nous nous posons la question de savoir pourquoi faire des marches, des bruits la nuit, c’est une anarchie totale que nous devons combattre. Voilà pourquoi, nous avons dit à nos militants d’aller dire à tout le monde que dorénavant, jusqu’en décembre 2018, on n’a pas besoin de villes-mortes, pas besoin de marches, et surtout pas des cloches ; des bruits la nuit parce que nous sommes là pour soutenir la démocratie et non créer des désordres dans le pays et déranger la quiétude des gens la nuit», a-t-il déclaré.

Violation de l’accord de la Saint-Sylvestre ?

A la question relative à la violation de l’accord du 31 décembre 2016, Steve Mbikayi en tant que signataire de cet accord souligne qu’il n’y a pas eu de violation.

«L’accord du 31 décembre 2016 a prévu une prolongation, je suis signataire de cet accord, ç’a été dit que s’il n’y a pas élections en décembre 2017, le CNSA, la CENI et le Gouvernement vont s’entendre sur la date des élections, c’est d’ailleurs ce qui a été fait, car la date des élections a été fixée au 23 décembre 2018. Donc, il n’y a plus besoin de créer les troubles dans le pays», a-t-il indiqué.

«Dire qu’il faut une transition sans Kabila, c’est de la démagogie. D’ailleurs, nous ne sommes pas pour cette transition. Car, s’il y a transition, les élections seront repoussées. Ce qu’il faut faire maintenant, c’est de faire des alliances, et nous allons faire des alliances qui nous permettront de gagner. On va avoir un candidat Président qui va gagner, voilà pourquoi nous sommes pressés d’aller aux élections», ajoute-t-il.

Vivement des alliances pour faire face au seuil

Au lieu de s’attarder sur les marches et villes mortes, Steve Mbikayi place la barre très haut en envisageant déjà des alliances avec d’autres forces politiques et sociales dans le but de faire face au problème de seuil qui va, à en croire ses propos, assainir la scène politique congolaise. Réputé par sa capacité de prédire l’avenir politique en RDC, Steve Mbikayi pense déjà affronter les élections et gagner, bien sûr en faisant des alliances.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com