Musique : le Karmapa refait surface dans l’album “Caligula”

Musique : le Karmapa refait surface dans l’album “Caligula”

This post has already been read 2383 times!

 ‘‘Caligula’’ est un album poignant. L’auteur a pris son temps pour sculpter son œuvre dans laquelle il décrypte les réalités dans une société bouleversante dominée par la perversion entre l’Homme. A la fois taquin et interpellateur, Karmapa  a frappé fort à travers ses paroles et mélodies pimentées, doublés d’un timbre vocal décisif à la Franco et OK Jazz.  ‘‘Caligula’’ s’illustre en véritable défi après deux albums «Le Millionnaire» et «Riposte» qui ont récolté un échec cuisant sur le marché du disque en 2013-2015.

C’est depuis le 23 décembre 2017 que le chanteur congolais Le Karmapa, de son vrai nom Bitu Djeni, a lancé officiellement son nouvel album culte. ‘‘Caligula’’ est déjà disponible en double CD audio auprès des disquaires et distributeurs supports musicaux à Kinshasa. Cette œuvre est constituée de 21 titres dans lequel Karmapa a donné l’opportunité à ses musiciens de placer aussi quelques chansons. A l’instar de sa nouvelle chanteuse, Djoulia Amazonie, le ‘‘Roi de la rumba’’ a fait appel aussi à d’autres musiciens qui ne sont pas de son orchestre. C’est-à-dire, il y a des featuring à découvrir dans “Caligula”. La force de ce disque réside dans la thématique. Surtout que Karmapa est un fin auteur-compositeur dans la musique congolaise et qui a fait ses preuves dans sa discographie. Sur le plan de fond, son nouvel album  est composé de titres engagés avec des phrases  très profondes. A travers cette œuvre musicale, l’artiste dénonce certaines réalités et comportement des hommes et femmes qui dérapent dans la société, d’une part. Il prodigue également quelques conseils de  manière accrochant. Des cantiques d’amour ont aussi une place de choix dans ce nouveau récital. On y retrouve des titres inspirés et intéressants  qui touchent la société. Par exemple, “AVC”, qui a été  travaillée avec de peine en termes des mélodies et textes. A travers cette belle mélopée, le patron du groupe ‘‘Rives Droit 5ème K’’ dénonce les femmes qui tourmentent leurs maris dans le foyer par leur comportement.

Sur les traces de Grand Maître Franco 

Dans  la  chanson phare “Caligula”,  signale-t-on, Karmapa s’inspire d’un ancien empereur romain qui avait un comportement sadique, invivable dans la société, de l’époque. Ce titre est chanté avec un ton révolté, style Grand maître  Franco dans la chanson “Princesse Kiku”.  Le Karmapa s’attaque ouvertement, à travers ces paroles, à ces hommes qui sèment la terreur, la division et qui posent des actes sauvages dans la communauté pour qu’on les craigne. Des gens qui n’ont aucun respect des autres et qui prennent pour copine les enfants de ses proches. Il faut, cependant, écouter et découvrir le travail abattu par l’artiste qui a essayé de ressusciter son idole, Feu patron du TP OK Jazz, à travers cette mélopée déchaînée.

Il y a surtout la chanson “Bébé Gourmand ” dans laquelle l’artiste fustige la façon dont certaines filles exploitent et  croquent l’argent, mieux le porte-monnaie de leur copain.  L’album est sorti en double CD comportant chacun une dizaine de titres. Le “kirumba ” (rumba à la kinoise) est le style musical  particulier que l’artiste a privilégié à 95% dans cet opus. Son identité reste la rumba pure, originelle. Comme lui-même aime à le dire: “la rumba cravatée”.  Sur les traces des ancêtres de cette musique, Karmapa est parmi les chanteurs de l’actuelle génération qui valorise la rumba, tout en mettant en exergue les maîtres du style.  En lui, on retrouve les genres Franco Luambo, TabuLey, Kuami, Essou Serge, Vicky Longomba, Jeannot Bombenga et tant d’autres grands esprits de la rumba.  Rappelons que  “Caligula” succède aux albums  “Riposte” et “Le millionnaire” qui n’ont pas du tout marcher sur le terrain à cause d’un manque de promotion. Puisque  l’artiste en est conscient, il n’a pas droit à l’erreur cette fois-ci. Le karmalove doit s’engager davantage dans le marketing afin de promouvoir le nouveau disque “Caligula” qui ne mérite pas d’être sacrifié, comme ses prédécesseurs. Surtout que ce disque regorge beaucoup de valeurs en termes de potentialité artistique et d’inspiration.

Jordache Diala

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com