Beni: des épouses des militaires morts au front en colère !

Beni: des épouses des militaires morts au front en colère !

This post has already been read 518 times!

«Une centaine d’épouses militaires à la une. Elles réclament la solde de leurs maris décédés, il y a deux ou trois ans sur la ligne de front. Et pourtant, certaines d’entre elles se sont déjà remariées et ont perdu le statut de veuves. D’autres encore ont été victimes de la mauvaise foi de certains officiers».

Réclamant la paie de plus de deux ans d’arriérés de solde, une centaine d’épouses des militaires ont manifesté leur colère mercredi 3 janvier 2017 à Beni. Les manifestantes sont descendues dans les rues du Quartier PAIDA en direction de la mairie vers Beni. Elles réclamaient la solde de leurs époux morts sur la ligne de front. Tenez ! C’est depuis maintenant quelques jours que les militaires de la trente quatrième région militaire reçoivent leurs soldes. Selon les femmes en colère, seuls les militaires « vivants » reçoivent la solde. Devant cet état des choses, les femmes des militaires morts sur le champ de bataille ont décidé de manifester leur colère. A en croire les mêmes sources, elles seules ne savent plus supporter les charges de leurs ménages. Joséphine Laila, l’une d’elles précise que nombre des ces femmes sont venues des autres provinces du pays et n’ont pas des familles dans la ville de Beni qui pourraient éventuellement leur venir en aide. C’est ainsi qu’elles se livrent à la mendicité et à d’autres petits métiers à travers la ville pour survivre. D’autres encore se donnent à la prostitution et à la vente des stupéfiants pendant que d’autres survivent de la bonne foi des fidèles de leurs églises respectives. L’éducation de leurs enfants est sérieusement hypothéquée, poursuit-elle. Une femme, épouse d’un sergent  avoue ne plus rien revoir son mari depuis le décès du Général Bauma duquel le défunt sergent serait garde du corps. Une autre épouse d’un autre sergent mort aux combats contre le M23 avec qui elle avait eu trois enfants dit être réduite à faire la bonne pour survivre.

Situation confuse

De son côté, le porte-parole des opérations SOKOLA I Sud dans la 34ème région militaire réfute ces allégations. Au même moment, notre source fait deux révélations dans son analyse de la situation. D’abord, qu’il y a des officiers mal intentionnés qui vendent les dossiers des soldats morts à des femmes qui viennent par après s’en réclamer veuves et demander leur solde. Certaines femmes, par ailleurs, sont veuves deux, trois ou plusieurs fois, alors que chaque mariage efface le statut précédent le veuvage. Pour le cas des femmes dont les réponses viennent «NON VU», le lieutenant Jules Ngongo rassure que c’est un problème administratif, ces femmes peuvent être dans leur droit mais ont dû manquer les contrôles, il les appelle à la patience car l’état-major 34ème région militaire s’en occupe.

Kaniki  Eliel

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com