8 machines à voter déjà à Kinshasa : la CENI sensibilise les congolais !

8 machines à voter déjà à Kinshasa : la CENI sensibilise les congolais !

This post has already been read 142 times!

La Loi électorale récemment votée par les parlementaires et promulguée par le Président de la République continue de torturer et d’inquiéter la tranquillité de l’âme de plusieurs politiques, particulièrement ceux de l’opposition. Les grandes têtes dirigeantes de l’opposition congolaise se retrouvent, de toute éventualité, emmaillotés par les nouveaux éléments inscrits dans cette Loi qui, pour eux, réinvente la roue du despotisme.

Accompagnée à ses trousses de la caution énorme, non-remboursable et aucunement négociable, à s’acquitter pour les dépôts des candidatures, et le supplice du seuil électoral, coupe-gorge pour les uns, discipline obligatoire pour les autres, la machine à voter reste à ce jour le plus gros obstacle qui pourrait faire mouche au déroulement du processus électoral en République Démocratique du Congo. Ceci, du fait que l’interrogation persiste sur la transparence de ces opérations et, même, la dimension de l’étendu du travail.

La Commission électorale nationale indépendante que dirige Corneille Nangaa a fait venir, comme pour un ballon d’essai, 8 machines à voter hier, mardi 9 janvier 2018, en provenance de la Corée du Sud où toutes les machines seront produites et programmées. Cela annonce en même temps le début de la campagne de sensibilisation aux populations sur l’importance, les préséances, le mode d’utilisation, mais surtout rassurer sur sa transparence pour lui faire confiance. Si pour la CENI cette opération ne prendra que quelques jours, nombreux restent septiques sur les mains mises sur ces machines pour le contrôle effectif du travail. Premièrement, les machines faites sur commandes à partir de la Corée du Sud seront coordonnées ici sur place par un personnel non-qualifié et pratiquement non encore formé à cette innovation en matière électorale. D’où, la nécessité d’une contre-expertise étrangère avec des experts compétents pour assurer la fiabilité de cet exercice. Ensuite, dans la logique des choses, ce sont les différents partis politiques engagés dans le processus électoral qui sont censés désigner quelques-uns de leurs membres pour le contrôle des opérations. Ces membres qui, bien entendu, doivent être formés sur la programmation de ces machines. Les principaux acteurs de la manœuvre électorale qui sont les candidats, n’ignorent probablement pas l’importance de cet exercice. Il sera certainement difficile pour les congolais d’être les seuls à avoir accès au serveur de programmation des machines à voter, mais une forte sensibilisation sera à même d’éveiller les esprits encore innocents des hi-tech.

Boris Luviya

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com