Grand-messe !

Grand-messe !

This post has already been read 27029 times!

Veillée d’armes à l’Opposition avant de lever des options définitives sur 2018. Malgré la TSKN, Transition Sans Kabila et Nangaa, revendiquée à cor et à cri, en 2018, un fait est là. L’un continue à coiffer la Présidence de la République Démocratique du Congo et, l’autre, la Commission Electorale Nationale Indépendante. Illégitime et illégale ? Peut-être, c’est une question où chacun y répond selon ses couleurs.

Les opposants, ceux de l’aile radicale incarnée par le trio Rassop/Limete, UNC et Front, se tritureront, donc, les méninges sur la suite de leur démarche politique dont la convergence demeure bien souvent que parallèle. Pourquoi ?

Primo, chaque partie a des idées bien arrêtées. Secundo, malgré cela, le but ultime de leur lutte sur l’agora politique, véritable arène des gladiateurs de par les temps qui courent, ne vise qu’une chose : l’alternance au sommet de l’Etat. Il faut avouer, guéguerre politique oblige, qu’à l’Opposition radicale, la sémantique de cette phrase sonne mieux présentée dans une autre proposition : que le Président Kabila quitte le pouvoir. Soit!

Au-delà des émois et de l’expression du ‘’moi’’ de politiciens congolais dont plusieurs sont encore très zaïrois, une dynamique se forme à Kinshasa, New York et ailleurs, pour que l’impasse électorale subodorée décembre 2018 soit décantée, préventivement, maintenant. Ce, par un forum de quelque nature que ce soit qui saura, l’ombre d’une poignée de jours ou d’heures, trouvé un consensus non plus sur le partage du bifteck mais, plutôt, sur la marche des élections, du processus électoral d’ici le vote effectif au Congo-Kinshasa.

Les évêques catholiques, des hommes bien souvent éclairés, par la lumière du Saint Esprit et ou des brillantes études, s’inscrivent déjà sur cette dynamique.

Décembre 2017, à la suite de la publication du calendrier électoral par la CENI, loin de suivre la tendance très va-t’en guerre des radicaux, celle du boycott, les princes de l’Eglise Catholique, anciens médiateurs des discussions directes ayant produit l’Accord de la Saint Sylvestre, avaient pris la sage décision de prendre le tandem CENI-Pouvoir au mot et souscrire aux projections de cet almanach.

A présent, alors que le cap fatidique du 31 décembre 2017 est franchi, et que désormais les regards sont fixés vers le 23 décembre, jour de vote, selon le calendrier électoral, la CENCO reprend avec son bâton de pèlerin pour se lancer dans la quête de l’application effective de l’Accord de la Saint Sylvestre gage de la tenue de ces élections de manière pacifique.

Après Sassou, Marcel Utembi et ses pairs semblent prêt à se rendre à Addis-Abeba et Cie pour d’autres messes afin de baliser cette perspective. Qui, à tout dire, ne saurait être concrétisée sans l’adhésion des Opposants restés en marge du processus et politique et électoral en RDC. Ces derniers, justement, devraient se réunir ce weekend, sauf imprévu, dans une grand’messe afin d’essayer de cogiter sur les erreurs du passé et les options à prendre pour l’avenir. Le tocsin du G7 au Rassop/Limete avait déjà posé la base de la nécessité d’accorder les violons. Quelle symphonie sortira de cette grand’messe de l’Opposition ? Et quelle partition sera jouée dans celles conduites par la CENCO ? Ces questions sont sur les lèvres. Bien loin d’eux, d’autres se tiennent dans des antichambres.

La Pros.

Contactez-nous !

  • Editeur - Directeur Général :

    Marcel Ngoyi



  • Phone: +243818135157
  • Mobile: +243999915179
lgo-data-consult Site web réalisé par dataconsult-rdc.com